“Je suis venu à Fontainebleau parce que c’est ici que se joue le futur”, John P. Roche

À l’occasion de GRANDPRIX Classic, à Fontainebleau, John P. Roche, directeur saut d’obstacles de la FEI, était venu observer les futures générations
Crédit : Loïc Baur

Dimanche 05 mai - 10h46 | Propos recueillis par Roxane Grolleau

“Je suis venu à Fontainebleau parce que c’est ici que se joue le futur”, John P. Roche

À l’occasion de GRANDPRIX Classic, à Fontainebleau, John P. Roche, directeur saut d’obstacles de la Fédération internationale d’équitation (FEI), était venu observer les futures générations, et féliciter les cavaliers vainqueurs des différentes Coupes des nations. L’opportunité de découvrir l’importance qu’ont, pour lui, les différents circuits de compétition réservés aux jeunes cavaliers…  

Pourquoi êtes-vous venu assister à cet événement ?
Je suis venu parce qu’ici se joue le futur. Les cavaliers que nous voyons tourner sur les pistes depuis trois jours, nous risquons fortement de les voir d’ici quelques années au plus haut niveau. Je voulais également avoir une vue d’ensemble sur les Coupes des nations et leurs participants mais aussi rencontrer les chefs d’équipe afin de réfléchir ensemble à comment nous pouvons améliorer les choses. Nous avons d’ailleurs beaucoup échangé sur comment rendre ces compétitions jeunes plus attractives, non seulement pour les cavaliers, mais également pour le public.
 
Et comment avez-vous trouvé la compétition ?
Incroyable ! Vraiment incroyable ! C’est très intéressant de voir autant de jeunes cavaliers, et talentueux en plus, associés à des chevaux tout aussi doués et d’observer la création de ces couples. C’est aussi très agréable de partager des émotions ensemble, et d’assister aux victoires de ces jeunes cavaliers. Honnêtement, nous ne faisons pas systématiquement des conférences de presse pour les plus jeunes cavaliers, mais c’est une très bonne expérience pour eux. Cela les aidera dans le futur. Ainsi, s’ils deviennent cavaliers Senior, ils seront capables de s’assoir et de contribuer en conférence de presse comme ils le doivent.
 
Et qu’avez-vous pensé des performances ce week-end ?
Impressionnantes ! Comme je le disais, les manières de monter à cheval ont beaucoup évolué et se sont considérablement améliorés. Les chevaux ont aussi beaucoup changé, et sont bien meilleurs. Tout cela est très encourageant, nous avions vraiment beaucoup de cavaliers très talentueux.
 
Qu’aviez-vous pensé des championnats d’Europe FEI Jeunes, organisés ici, l’an dernier ?
Ils ont organisé un merveilleux championnat, auquel je n’ai malheureusement pas pu assister. Mais tous les échos que j’ai eu étaient particulièrement élogieux, notamment concernant le professionnalisme avec lequel cet événement a été organisé, et cela a été un très grand moment de sport !

"Les Coupes des nations insufflent un esprit d'équipe, et une fierté nationale"

Les circuits internationaux jeunes prennent de l’importance au fil des ans, pourquoi la FEI souhaite-t-elle autant les développer ?
Et bien, prenons l’exemple des Coupes des nations, par exemple, qui sont particulièrement chères aux fédérations nationales mais aussi pour la FEI. Ces compétitions insufflent un esprit d’équipe, nous forcent à travailler ensemble, et surtout, elles permettent de faire ressortir un sentiment que tout le monde possède : la fierté de son pays. Faire partie de l’équipe gagnante, mais surtout de l’équipe qui représente son pays est quelque chose de fantastique ! Le but est bien sûr d’avoir de plus en plus de cavaliers qui y participent, mais aussi de pays. Ces circuits sont aussi un moyen de promouvoir la jeunesse, mais aussi le sport dans son ensemble, afin de motiver les plus jeunes à également rejoindre l’aventure.
 
Il y a quelques semaines, le Bonneau International Poney avait lieu ici, au Grand Parquet, avec la Coupe des nations réservée aux poneys. Au même moment, les jeunes cavaliers à cheval avaient rendez- vous à Gorla Minore en Italie. Finalement, beaucoup moins d’équipes qu’habituellement sont venues à Fontainebleau. Est-ce un choix de la FEI d’autoriser deux compétitions concernant un même public le même week-end ?
En vérité, la FEI ne régule pas qui organise quoi à quel moment. Les fédérations nationales candidatent pour des dates mais il n’y a pas de restriction. Les fédérations nationales, en fonction de leur calendrier, décident à quel moment il est intéressant pour elles d’organiser leurs compétitions et candidatent. S’il y a un conflit, et que deux événements ont lieu le même week-end, elles prendront probablement cela en compte l’année suivante, afin d’être sures que cela n’arrive plus.

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #109 GRANDPRIX n°109 SEPTEMBRE

GRANDPRIX #109

(GRANDPRIX n°109 SEPTEMBRE)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter