Studbook Selle Français : Des services et un accompagnement à chaque étape de l’élevage

Crédit : Stud-book Selle Français

Jeudi 18 avril - 15h49 | Yeelen Ravier (en partenariat avec le Stud-book Selle Français)

Studbook Selle Français : Des services et un accompagnement à chaque étape de l’élevage

À la venue au monde d’un poulain issu de reproducteurs Selle Français ou facteurs de Selle Français, son naisseur doit effectuer quelques démarches administratives afin d’assurer son suivi et sa visibilité, qu’il tende à être voué à l’élevage comme au sport. En collaboration avec le Stud-book du Selle Français, GRANDPRIX décrit la marche à suivre pour accompagner les premières étapes de la vie de ces jeunes équidés.

Dans l’Hexagone, en 2018, on a comptabilisé près de 6 500 naissances de poulains Selle Français, un chiffre qui progresse légèrement depuis 2015 après avoir fortement baissé entre 2009 et 2014. En France, la loi impose que toute naissance d’équidé soit déclarée à L’institut français du cheval et de l’équitation (IFCE) et plus précisément au système d’information relatif aux équidés (SIRE). Les éleveurs sont libres d’inscrire leur poulain au stud-book de leur choix, pourvu qu’il réponde aux critères propres à chaque race.
Dans le monde du cheval de sport, la plupart des naisseurs professionnels et amateurs se tournent vers le Stud-book Selle Français, association nationale de la race, reconnue en tant qu’organisme de sélection au sens de la législation européenne. Si le croisement est éligible dès la naissance, l’inscription d’un poulain au Stud-book peut s’effectuer directement via l’IFCE : « Cette démarche administrative peut être accomplie sur internet ou par voie postale, toutes les informations ainsi que les déclarations étant disponibles sur le site du SIRE. Nous préconisons de le faire via internet pour un suivi et une gestion plus faciles. Cependant, une traditionnelle version papier est toujours disponible, car nous sommes conscients que des générations d’éleveurs n’ont pas grandi avec internet », explique Marion Bernard, responsable des inscriptions en France et à l’international.

LA LABELLISATION, UNE PLUS-VALUE POUR L’ÉLEVAGE

Le propriétaire d’une jument « étrangère » souhaitant la vouer à l’élevage a tout intérêt à la faire labelliser, notamment dans une optique de commercialisation de ses futurs poulains. Cette démarche repose sur plusieurs critères. D’une part, la jument doit être inscrite à un stud-book reconnu par l’Union européenne ou la Fédération mondiale de l’élevage de chevaux de sport (WBFSH). « Ainsi, une jument KWPN, sBs, BWP, Han ou Z peut très bien mettre au monde des poulains Selle Français », confirme la chargée de mission du SF.
« Pour cela, l’éleveur devra soumettre sa jument à une expertise au modèle effectuée par un juge, qui s’assurera qu’elle correspond aux standards souhaités par le Stud-book Selle Français. Par exemple, nous avons labellisé Silvana*HDC (KWPN, Corland x Widor, ancienne crack de Kevin Staut, ndlr) il y a peu de temps. » Pour assurer un service au plus près des éleveurs, le juge peut statuer soit lors d’une présentation, soit se déplacer directement chez eux. L’accès à ce service est compris dans l’adhésion, laquelle coûte 50 euros par an. La labellisation est quant à elle facturée entre 180 et 250 euros selon les options de déplacement choisies. Ayant prouvé leurs qualités sportives, les juments créditées d’un indice de performance (ISO, ICC ou IDR) supérieur à 110 sont directement éligibles à la labellisation SF et n’ont donc pas besoin d’être expertisées. En revanche, les propriétaires devront tout de même s’acquitter des frais de dossier.

Découvrez l'intégralité de l'article dans le dernier numéro de GRANDPRIX n°105, disponible en kiosques
 

À lire également...

Réagissez

  • TOF - le 20/04

    Bêtement j'inscris mes poulains au SF alors que l'inscription est beaucoup plus simple au studboook Z et surtout moins cher. Autre grave problème beaucoup beaucoup moins de ventes organisées par le stubook selle français pour les éleveurs SF afin de vendre leurs poulains SF. Les stubooks etrangers sont bien meilleurs que le SF pour vendre et c'est certainement pourquoi le nombre d'eleveurs fond comme neige au soleil. Un stubook c'est avant tout un outil pour vendre pour les éleveurs. Les belge et hollandais l'ont bien compris

Le mag

GRANDPRIX #111 GRANDPRIX n°111 NOVEMBRE

GRANDPRIX #111

(GRANDPRIX n°111 NOVEMBRE)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter