Samedi 30 mars - 11h41 | Amélie Ulmer

''Ne pas recourir au transfert d'embryon est un choix personnel'', Christophe Schlotterer

Mardi, le haras de Malleret dévoilait un communiqué, expliquant leur décision d’arrêter les transferts d’embryons au sein de leur élevage de chevaux de dressage. Un tournant motivé par la volonté de préserver l’intégrité mentale des juments donneuses. Pour en savoir davantage, GRANDPRIX a laissé la parole à Christophe Schlotterer, vétérinaire.

Je n'ai jamais remarqué de signes de dépression chez une jument donneuse d'embryon” confesse le Docteur Christophe Schlotterer, qui est notamment Président de l'Association Française des Vétérinaires Cavaliers et également Lieutenant Colonel des Sapeurs Pompiers Vétérinaires FEI. Selon lui "le choix du Haras de Malleret est un choix personnel" et ne peut donc à ce titre servir de fondement à un changement de paradigme en matière d'élevage.
 
Toutefois, Christophe Schlotterer le reconnaît, le transfert d'embryon est contraignant notamment pour les juments de sport "le fait de devoir synchroniser la jument porteuse et receveuse demande une grande organisation. Par ailleurs, une jument donneuse doit être suivie gynécologiquement avec soin, ce qui peut légèrement affecter son entraînement quotidien, qui se voit généralement réduit." En effet, la jument qui aura son embryon prélevé devra ovuler en même temps (à trois jours près) que la jument qui recevra son embryon ; et cela nécessite un suivi gynécologique à la fois précis, rigoureux et coûteux. De cette étape dépend la bonne réception de l'embryon chez la jument porteuse.
Pour autant, selon ce vétérinaire, ces contraintes sont davantage logistiques que morales pour les chevaux en question et cela pour une raison simple : "la jument donneuse est prélevée à seulement huit jours, elle a donc eu un tout début de réaction hormonale mais n'a quasiment pas eu le temps de se rendre compte qu'elle était pleine." Autrement, la jument donneuse n'ayant pas eu le temps de développer son propre embryon ne peut en tirer des conséquences négatives pour Christophe Schlotterer.
 

À lire également...

Réagissez

  • muybien29 - le 30/03

    ça c'est une vraie avancée vers le bien-être animal !

  • mire - le 30/03

    J 'ai une amie qui a mis sa trois ans en transfert, sa pouliche au moment du débourage qq temps après se couchait ds le manége , tellement elle etait épuisée et une jument de grd prix que je ne citerai pas recommencait à sauter magnifiquement qq semaines après les tranferts......... Je pense qd m^me que cela les fatigue ,il suffit de demander aux mamans qui font des fives à quel point elles sont fatiguées qd elles sont boostées aux hormones!!!

Le mag

GRANDPRIX #109 GRANDPRIX n°109 SEPTEMBRE

GRANDPRIX #109

(GRANDPRIX n°109 SEPTEMBRE)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter