Olivier Robert n'en finit plus de sourire à Montpellier!

Crédit : Scoopdyga (archives)

Vendredi 08 mars - 21h13 | À Montpellier, Yeelen Ravier

Olivier Robert n'en finit plus de sourire à Montpellier!

Ce soir, Olivier Robert a à nouveau fait parler de lui en s'imposant dans l'épreuve phare du jour au CSI 3* du Jumping international de Montpellier. Aux rênes de son exceptionnel Vangog du Mas Garnier, le Bordelais a signé un barrage supersonique, enfonçant un peu plus le clou d'un début d'année exemplaire.

Décidément... Tout lui sourit! Très en forme depuis de nombreux mois, Olivier Robert n'en finit plus de briller. Ce soir, le Bordelais s'est imposé avec brio dans l'épreuve phare du jour, cotée à 1,50m, au CSI 3* du Jumping international de Montpellier. Sur la piste de la Sud de France Arena, l'intéressé, aux rênes de son exceptionnel et très prometteur Vangog du Mars Garnier, a signé deux tours absolument parfaits. Au barrage, le couple a su challenger leurs compatriotes Philippe Rozier avec Cristallo A*LM, alors en tête de l'épreuve, qu'il ont devancé de quasiment deux secondes grâce à un chronomètre de 33"38. Cette victoire illustre encore un peu plus l'arrivée d'Olivier Robert dans la cour des très grands. En passe de disputer sa première finale de la Coupe du monde Longines dans un mois à Göteborg -pour rappel, il avait dû déclarer forfait lors de sa première il y a deux ans à la suite d'une malheureuse blessure de Quenelle du Py-, le quadragénaire semble s'habiller d'un nouveau statut depuis quelques mois. Et au vu de la qualité de son piquet de chevaux, dont le jeune Vangog du Mas Garnier en est l'une des stars, nul doute que la route ne s'arrête pas là!

Devancé de seulement deux centièmes de seconde avec Vivaldi du Theil, son Selle Français de dix ans, l'Irlandais Mark McAuley a dû se contenter du deuxième prix. Alors que la victoire semblait lui tendre les bras, Philippe Rozier a terminé sur la dernière marche du podium avec l'attachant Cristallo A*LM de la Laiterie de Montaigu. 
Très bonne performance pour Raphaël Goehrs, cavalier des écuries EuroJump, qui a fini quatrième après un double sans-faute signé en 35"43 sur Radieuse du Landey. Il a devancé le Normand Edward Levy sur Sirius Black (qui ont d'ailleurs fait l'objet d'une longue interview TV ici) et Jérome Hurel avec As de Mai. Avec Eros, en préparation pour la finale de la Coupe du monde, tout comme Tempo de Paban qui est engagé dans le CSI 1*, Olivier Robert a également pris la septième place.

Un scénario parfait signé Jean-François Morand

Au vu du scénario et des scores, cette première manche fut vraiment bien dosée par le chef de piste français Jean-François Morand, laissant pas moins de treize couples aux portes du barrage pour quatre points de trop. Ce fut notamment le cas pour le couple qui a fait l’événement au Jumping de Bordeaux le mois passé, Félicie Bertrand et Sultane des Ibis. La paire a déroulé un superbe parcours mais a écopé d’une faute sur l’avant-dernier vertical. Mark McAuley a concédé le même score malgré une prestation admirable, associé à son charismatique gris Miebello. Plus proche encore du score vierge, Jérome Maurel a concédé un point de temps dépassé avec Varsovie du Thot, un Selle Français par Kashmir van't Schuttershof.
Trois éliminations et cinq abandons sont tout de même à relever. Parmi ces derniers, Guy Williams a préféré en rester là après un refus de Cicero II. Le Britannique était en revanche parvenu à qualifier Native Warrior pour le barrage. On ne peut plus chez lui puisqu’il coorganise l'événement depuis sa réédition en 2017, le Montpelliérain Harold Boisset s’est lui arrêté après plusieurs fautes de son beau Vakhenaton.
 

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #112 GRANDPRIX n°112 DÉCEMBRE/JANVIER

GRANDPRIX #112

(GRANDPRIX n°112 DÉCEMBRE/JANVIER)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter