L'ex vice-président du comité technique d'endurance de la FEI suspendu un an

Crédit : Scoopdyga

Jeudi 07 mars - 15h24 | Lucas Tracol

L'ex vice-président du comité technique d'endurance de la FEI suspendu un an

Le Tribunal de la Fédération équestre internationale (FEI) a suspendu l'ex vice-président du comité technique d’endurance Ignasi Casas Vaque pour une durée d’un an. Depuis le 25 février, il ne peut donc plus officier ou participer à un évènement national ou international. 

Vice-président du comité technique d’endurance à la Fédération équestre internationale (FEI) d’endurance, Ignasi Casas Vaque a été suspendu douze mois par le tribunal de l’entité régissant les sports équestres, en raison de son implication dans les scènes de révolte qui ont eu lieu au terme de la course des Jeux équestres mondiaux de Tryon, en septembre. Pour une durée d'un an, il ne pourra donc plus officier ou participer à un évènement national ou international. Jusqu'alors, il officiait comme chef de l'équipe espagnole, dont il était également le vétérinaire attitré. Il officiait aussi comme vétérinaire officiel dans des évènements internationaux d'endurance et de jumping. 
 
Pour rappel, au terme de la quatrième boucle, la course avait été annulée dans l’incompréhension générale, ce qui avait mené à une vague de protestation impulsée par les cavaliers et leurs entourages. Comme le note Pippa Cuckson dans un article très complet publié sur Horse-Canada.com, le Tribunal a noté que la FEI avait elle-même terni son image en manquant l’organisation la course de Tryon, et qu’Ignasi Casas Vaque n’avait pas jeté le discrédit sur la discipline. L’accusation selon laquelle l’Espagnol aurait menacé de mort Jean-Pierre Allegret, alors à la tête des juges, a été rejetée. Le Tribunal a toutefois reconnu qu’il avait fait preuve de comportements incorrects “à plusieurs reprises”.  
 
La suspension d’un an correspond à la moitié de la durée demandée par la FEI. Ignasi Casas Vaque a également été condamné à une amende de 2000 francs suisses, soit 1760 euros. Le quinquagénaire est apparu sur plusieurs vidéos diffusées sur les réseaux sociaux à la suite de l’annulation la course. Ces vidéos ont d’ailleurs été largement utilisées par le Tribunal.   
Depuis le 23 octobre, Ignasi Casas Vaque a été démis de ses fonctions par la FEI, qui a mis en place un comité temporaire, dont la présidence a d’abord été confiée à Margaret Sleeper, avant qu’elle ne soit remplacée par Valerie Kanavy, qui avait enfreint les règles
 
La FEI a déclaré que les agissements d’Ignasi Casas Vaque à Tryon manifestaient un “danger clair et présent de blessures et de dommages”, alors même qu’il aurait dû “faire tout son possible pour apaiser la situation et faire preuve de respect de respect envers les officiels. Au lieu de cela, sa conduite a aggravé les choses”, a souligné le Tribunal. 
Dans sa défense, Ignasi Casas Vaque a notamment mis en avant les efforts qu’il aurait fait en amont de la compétition pour tenter de contrer les nombreuses failles organisationnelles. 
 

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #108 GRANDPRIX n°108 JUILLET-AOÛT

GRANDPRIX #108

(GRANDPRIX n°108 JUILLET-AOÛT)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter