Les premiers retours et révélations des tournées de préparation

Guillaume Batillat a engrangé de très bons résultats avec Vintadge de la Roque.
Crédit : Sevilla Horse Tour

Samedi 02 mars - 14h50 | Amélie Ulmer

Les premiers retours et révélations des tournées de préparation

La saison indoor touchant à sa fin, des CSI 1, 2 et 3* prennent le relais, permettant aux cavaliers de préparer leurs chevaux aux terrains extérieurs et à leurs difficultés. De nombreux champions s’y rendent pour former leurs jeunes recrues, mais aussi pour remettre dans le bain leurs montures les plus expérimentées. GRANDPRIX-replay.com a effectué un petit tour d’horizon des éléments marquants de ce début saison extérieure.

Le retour des héros

Depuis bien longtemps déjà se développent des concours se déroulant durant plusieurs semaines, principalement – mais pas uniquement – dans le sud de l’Europe, où le climat est moins rude en hiver. Le but est d’opérer une transition idéale entre la fin de la saison indoor et le lancement des concours extérieurs. Ces rendez-vous offrent alors aux cavaliers l’occasion de renforcer leur écurie en repérant de nouvelles recrues, de faire connaissance avec des montures qu’ils montent depuis peu, de relancer un cheval après une période de repos ou de convalescence, ou encore de former les plus jeunes. Outre les traditionnels Sunshine Tour et Mediterranean Equestrian Tour (MET), disputés à Vejer de la Frontera et Oliva, l’Espagne s’est dotée de deux nouvelles structures cette année, ouvertes à Valence et Carmona, non loin de Séville. Sans oublier Vilamoura, au Portugal, Royan, et prochainement Villeneuve-Loubet et Cagnes-sur-Mer sur la côte d’Azur, Arezzo et Gorla Minore en Italie. Autant dire que les destinations ne manquent pas !
 
En février, ces tournées ont accueilli bien des montures aux palmarès flamboyants. On citera la talentueuse H&M Legend of Love, montée par le Belge Olivier Philippaerts, qui avait terminé cinquième de la dernière finale de la Coupe du monde Longines à Paris. À Oliva, la jument de treize ans n’a pas fait tomber une seule barre, ne concédant que des points de temps dépassé lors des sept épreuves auxquelles elle a pris part. À l’occasion du MET, on a aussi retrouvé Venezia d’Écaussinnes, grande partenaire de Thierry Rozier. L’alezane a effectué de bons parcours, à l’image de sa troisième place dans le Grand Prix à 1,50m du 24 février dernier. La sBs avait plus difficilement entamé sa saison avec un abandon et un parcours à seize points. Aquila*HDC, autre cheval important pour l’équipe de France, a lui aussi fait sa rentrée après plusieurs mois de convalescence. Le cheval de tête de Patrice Delaveau est apparu dans un très bel état au CSI 2* de Royan, déroulant deux encourageants parcours de travail. Pour sa part, Ilex VP, autre membre du nouveau Groupe 1 de la Fédération française d’équitation, a repris la compétition à Valence avec Nicolas Delmotte. Après deux mois d’arrêt, le hongre de onze ans a obtenu de bons résultats dans les épreuves de vitesse et signé deux sans-faute en Grands Prix à 1,45m.
 
Certains chevaux prometteurs, inscrits dans le Groupe 2 de la FFE, ont également repris en février. Ainsi, l’étalon Atlantys by Wisbecq a sauté à Valence avec Aldrick Chéronnet. Malgré quelques fautes lors de ses trois parcours autour d’1,40m, le sBs de treize ans a paru à l’aise sur la piste. L’autre complice de l’Occitan, Tanael des Bonnes, a lui aussi semblé très en forme, se classant dans le top six des trois épreuves auxquelles il a participé. Le fidèle Selle Français d’Alexandra Paillot, Tonio de la Goutelle, a goûté à l’air espagnol de Vejer. Après quatre mois de pause, la Française a fait le choix d’effectuer des parcours de travail à 1,40m puis 1,50m. Malgré deux épreuves pénalisées de quatre points, l’alezan brulé est lui aussi apparu dans un bel état, prometteur pour la suite de la saison.
 

Le défilé des nouvelles recrues

 
D’autres cavaliers ont fait connaissance avec de nouvelles montures de choix. À Vejer, un étalon a attiré tous les regards: Andiamo Semilly. Ce dernier, qui vient de passer sous la selle de Penelope Leprevost, a couru quatre épreuves de vitesse à 1,40m puis 1,50m avec une certaine aisance malgré deux parcours à quatre points. Le numéro un français, Kevin Staut, a lui choisi les CSI de Royan pour présenter ses nombreuses recrues : Edesa’s Kzoom van de Wittemoere, Calevo 2 et Chapka de Moyon. Cette dernière est celle qui a réalisé le meilleur week-end avec trois sans-faute et une septième place dans le Grand Prix des sept ans. Kzoom van de Wittemoere, BWP de neuf ans, a bien entamé le week-end avec un sans-faute à 1,30m, avant d’être pénalisé de quatre, puis huit points dans les deux autres épreuves auxquelles il a pris part. Enfin, Calevo 2, hongre de dix ans précédemment monté par le Suédois Rolf-Göran Bengtsson, a bouclé trois parcours séduisants avec seulement quatre points le dernier jour dans une épreuve à 1,45m.
 

Des Français en pleine forme

 
Parmi les nombreux pilotes français présents dans les tournées espagnoles, trois ont été particulièrement brillants : Julien Épaillard, Guillaume Batillat et Nicolas Delmotte. Le 22 février au MET, le premier a gagné une épreuve en deux phases à 1,45m avec son talentueux Safari d’Auge, troisième d’une épreuve similaire la veille. Virgule d’Auge a quant à elle remporté plusieurs épreuves sur des hauteurs allant de 1,25m à 1,35m. Durant cette tournée, la jument de dix ans a aussi été montée par Susana Épaillard, sa naisseuse et épouse de Julien. Mais la révélation de cette tournée est certainement Quincy Lady que le Français vient de récupérer. Sur onze épreuves courues, l’Hanovrienne a signé pas moins de neuf sans-faute. La baie s’est notamment adjugé un Grand Prix CSI 1* à 1,40 m le 23 février.
 
Guillaume Batillat avait, lui, choisi les CSI de Carmona. Un choix judicieux car le cavalier tricolore n’a cessé d’accumuler les victoires et autres classements, notamment avec Vendôme de la Roque et Vital Chance de la Roque. Le second, avec lequel le tricolore a intégré le Groupe 2, a notamment gagné une épreuve à 1,45 m le 22 février. Et le premier a terminé deux fois deuxième sur ce même type de parcours. Mais celui qui s’est sans doute le plus distingué est Vintadge de la Roque, précédemment monté par Michel Hecart, avec lequel il a également participé au CSI 2* de Carmona en janvier. Ce hongre de dix ans s’est classé dans le top cinq de six des sept épreuves qu’il a courues! Le nouveau couple compte déjà quatre victoires en Grands Prix et épreuves de vitesse à 1,45m. Enfin, Nicolas Delmotte a montré de très belles choses avec de talentueux jeunes chevaux, à l’image de Citadin du Chatelier, qui n’a pas fait tomber une seule barre en huit parcours. Avec Urvoso de la Roque et l’expérimenté Darmani van’t Heike, inscrit dans le Groupe 2, il a également obtenu de nombreux bons résultats. Autant de couples qu’on devrait revoir au plus haut niveau dans quelques semaines.

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #109 GRANDPRIX n°109 SEPTEMBRE

GRANDPRIX #109

(GRANDPRIX n°109 SEPTEMBRE)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter