Le sport et l'élevage pleurent Cardento

Crédit : Scoopdyga

Lundi 11 février - 17h43 | Marc Verrier

Le sport et l'élevage pleurent Cardento

Alors que le Jumping international de Bordeaux battait son plein, la nouvelle de la disparition de Cardento est tombée ce week-end. Âgé de vingt-sept ans, le gris aura durablement marqué le sport, mais aussi évidemment l’élevage. 

C’est un très grand performer et très grand étalon qui nous a quittés. VDL Cardento s’est éteint à l’âge de vingt-sept ans. Le gris était né dans le Holstein chez Reiner Witt, qui est également le naisseur de HH Conrad (de Hus), issu d’une souche différente de celle de Cardento.
 
Fils du chef de race Capitol I, Cardento avait pour mère B-Estelle, issue du croisement Lord x Sacramento Song PS. L’étalon réunissait donc le meilleur sang du Holstein (excepté Cor de la Bryère), associé à une des familles prestigieuses de ce stud-book, la « Stamm 741 », qui produit des gagnants internationaux et des étalons à chaque génération. De cette famille sont notamment issus Randi (John Whitaker), Naomi (David Mc Pherson), Colore (Hans-Dieter Dreher), Colorit (David Will/Christian Ahlmann), Click and Cash (Niklas Arvidsson), Lady Capitol (Henrik Von Eckermann), Quintender (Ludo Philippaerts), Lausbub (Franke Sloothaak), ou encore Leandro, père de Levisto Z.
 
Acheté par le Néerlandais Wiepke Van de Lageweg, Cardento a été présenté à l’approbation du KWPN, qui l’avait alors refusé. Van de Lageweg a alors loué l’étalon au haras national suédois de Flyinge, pour le plus grand bonheur de Peter Eriksson, qui en est devenu le cavalier à partir de l’âge de cinq ans et jusqu’à la fin de sa carrière sportive. 
Dès l’âge de huit ans, Cardento intègre l’équipe suédoise et obtient sa première sélection pour une grande échéance à neuf ans. Au championnat d’Europe d’Arnhem, le couple a obtenu une splendide médaille d’argent par équipes pour la Suède, qui n’avait plus obtenu de médaille en championnat depuis soixante-treize ans. Une nouvelle médaille d’argent par équipes, assortie d’une treizième place en individuel, suivra en 2002 aux Jeux équestres mondiaux de Jerez de la Frontera. Une médaille de bronze olympique, obtenue à Athènes en 2004, viendra s’ajouter au palmarès de l’étalon, qui arrêtera sa carrière sportive en 2006 pour se consacrer à l’élevage.
 
Cardento a essentiellement sailli pour le compte du stud-book suédois du SWB lors de ses dix premières années de monte, avant de revenir chez VDL aux Pays-Bas et de produire pour le stud-book KWPN. Il laisse près de cent produits ayant tourné au plus haut niveau, et certainement encore de nombreux autres à venir. Sa production lui permet de figurer depuis de nombreuses années parmi l’élite mondiale des étalons, avec une huitième place au dernier classement WBFSH.
 
Parmi ses meilleurs produits, sans pouvoir être exhaustif, citons Draco, Kiara La Silla, Classic Lady, Caramell KS, Cyklon, Glory Days, GDE Matrix, Carisma, Traffic Boy, Pimlico, Check Picobello, Nice Stephanie, Duke of Carneval, Zacramento, ou encore les formidables H&M Cue Channa et Flip’s Little Sparrow, très performants actuellement en cinq étoiles.
 
En France, Cardento n’a pas eu un grand succès et ne compte que soixante-quatorze produits en dix-sept années de monte. Quarante-trois ont tourné en compétition, dont sept sont indicés au-dessus de 140, parmi lesquels Sirène des Cresles ISO 145, Voyou de Beauvoir ISO 145, Tosca de l’Esques ISO 159, Sultan de Beaufour ISO 160 ou Quarto Mail ISO 161.
 

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #108 GRANDPRIX n°108 JUILLET-AOÛT

GRANDPRIX #108

(GRANDPRIX n°108 JUILLET-AOÛT)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter