“L’un de ces week-ends où tout nous sourit”, Bram Chardon

Crédit : Scoopdyga

Dimanche 10 février - 18h38 | Propos recueillis par Lucas Tracol à Bordeaux

“L’un de ces week-ends où tout nous sourit”, Bram Chardon

Voici les réactions des trois meilleurs meneurs de la finale de la Coupe du monde de Bordeaux, Bram Chardon, Koos de Ronde et Glenn Geerts, ainsi que celle du seul Français au départ Benjamin Aillaud, finalement sixième.     

Bram Chardon 
“J’ai vécu deux belles journées à Bordeaux. Mes chevaux ont été supers hier et ont réalisé deux parcours sans faute. Je savais que je devais pousser Koos de Ronde dans ses retranchements. J’ai vécu l’un de ces week-ends où tout nous sourit ! Je savais que les quatre manches seraient longues, mais mes chevaux étaient très en forme. Ma saison a été plutôt bonne, mais j’ai fait quelques erreurs par moments ce qui m’a fait terminer deuxième derrière Boyd Exell. Évidemment, cette victoire me rend très heureux. […] Je savais que j’avais une chance cette année. En 2006, j’étais déjà venu pour être groom sur l’attelage de mon père Ijsbrand, qui avait gagné la finale. De remporter la finale comme atteleur cette fois est vraiment différent !”
 
Koos de Ronde 
“J’ai tenté ma chance mais ça n’a pas été suffisant. Mon team est bon, mais j’ai eu un peu de malchance hier en faisant tomber une balle. Bram mérite sa victoire, acquise grâce à ses quatre sans faute. En indoor, la différence entre le vainqueur et le deuxième et souvent infime… Je suis heureux de ma deuxième place !”
 
Glenn Geerts
“Je courais ici ma deuxième finale avec un team relativement inexpérimenté. Je suis donc très heureux d’être sur ce podium. Avec Bram nous nous sommes remémorés la dernière finale, lors de laquelle nous nous étions plaints de nos résultats. Il mérite sa victoire, et c’est un honneur pour moi d’être aux côtés de tels meneurs.”
 
Benjamin Aillaud 
“L’an dernier, mon attelage d’Arabo-Frisons était bon mais pas suffisamment rapide. Le résultat avait été propre mais le team manquait de vitesse. Cette saison, nous avons un team de Lipizzans, et ces chevaux ont besoin de rentrer dans le jeu et de fabriquer une mécanique pour que tout se mette en place”. 
 
 
 

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #105 GRANDPRIX n°105 AVRIL

GRANDPRIX #105

(GRANDPRIX n°105 AVRIL)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter