Quelques promesses et du pain sur la planche pour les Bleus à Bordeaux

Emeric George et Chopin des Hayettes sont passés à rien du barrage ce soir !
Crédit : Scoopdyga

Samedi 09 février - 23h45 | À Bordeaux, Lucas Tracol

Quelques promesses et du pain sur la planche pour les Bleus à Bordeaux

Onze couples français étaient engagés dans le Grand Prix Coupe du monde Longines de Bordeaux ce soir. Si cette sélection était plutôt composite en termes d’expérience, aucun des duos en lice n’est parvenu à se faire une place au barrage. Simon Delestre a toutefois enfin réussi à décrocher ses premiers points dans la Ligue d’Europe de l’Ouest, tandis qu’Émeric George est passé à un cheveu de l’exploit. GRANDPRIX-Replay.com retrace les performances des Bleus dans cette épreuve exigeante. 

 - Quelques promesses et du pain sur la planche pour les Bleus à Bordeaux

Meilleurs représentants français, Simon Delestre et Hermès Ryan des Hayettes ont conclu le Grand Prix à la neuvième place.
Crédit : Scoopdyga

 Sous l’œil du nouveau sélectionneur national Thierry Pomel et du formateur néerlandais Henk Nooren, la délégation tricolore aurait sans le moindre doute voulu faire mieux ce soir dans la Coupe du monde Longines de Bordeaux. Un à un, les onze Bleus au départ du dernier acte de la Ligue d’Europe de l’Ouest ont vu les portes du barrage se refermer devant eux, victimes pour certains d’un évident manque de réussite et pour d’autres de vraies défaillances.
 
Première Française au départ,Félicie Bertrand est sortie de piste avec huit points sur sa survoltée Sultane des Ibis. Un score qui n’est pas vraiment représentatif du parcours de la paire, qui a une nouvelle fois affiché un bon comportement. Les légères touchettes sur l’entrée du double et la palanque placée en 12 n’ont pas pardonné, mais le bilan est sans conteste encourageant pour la Normande et sa minuscule alezane, qui participaient toutes deux à leur première étape de la Coupe du monde Longines, avec deux points méritoires à la clé. 
 
Comme celle qui la précédait,Pénélope Leprevost a elle aussi écopé de huit points sur Vancouver de Lanlore. L’étalon de dix ans disputait là son dixième Grand Prix CSI 5*, un niveau sur lequel il ne s’est qualifié qu’une fois pour le barrage, à Bruxelles. Deuxièmes du Grand Prix CSI 3* d’Offenburg la semaine passée, le couple semblait très au point, avant de se faire piéger sur le vertical 11 et l’oxer 12. Le magnifique bai brun a semblé payer ses beaux efforts réalisés dans le triple.
 
Remarquables cinquièmes du Longines Masters de Paris début décembre, Edward Levy et Sirius Black n’ont pas affiché la même harmonie ce soir. Le jeune Tricolore et son fils de Calisco du Pitray s’étaient pourtant préparés au CSI 2* de Nantes il y a deux semaines, ce qui ne les a pas empêchés de se faire piéger sur les deux derniers éléments du triple aujourd’hui, comme tant et tant d’autres concurrents. 
 
S’il y a un parcours français à retenir ce soir, c’est sans doute celui d’Emeric George. Sur un Chopin des Hayettes qui a semblé prendre une nouvelle dimension, le presque trentenaire a vu ses rêves de barrage s’envoler après une faute rageante sur le premier plan de l’oxer 7. Le duo s’est montré au point, de quoi faire oublier un peu son abandon dans le Grand Prix CSI 5* de Treffen dimanche dernier. 
 
Le triple a été fatal pour nombre des trente-neuf partants ce soir, et Guillaume Foutrier n’y a pas échappé. Avec son puissant mais encore tendre Valdocco des Caps, il a laissé à terre les trois éléments du triple ainsi que l’ultime obstacle. Après une encourageante septième place dans la Coupe du monde Longines de Lyon en novembre, le couple n’a pas réussi à confirmer. Pas de drame, puisque le hongre n’a que dix ans et qu’il ne manque sûrement pas de moyens. 

Frayeurs pour Olivier Robert et Aldrick Cheronnet

Après deux semaines de préparation au Mediterranean Equestrian Tour d’Oliva fin janvier, Quilane de Lezeaux ne s’est pas montrée sous son plus beau jour pour son retour en indoor. Sous la selle de Nicolas Deseuzes, la surpuissante alezane de quinze ans est parvenue à s’extraire du double au prix d’un bel effort, mais a fait chuter la palanque qui suivant puis trois obstacles par la suite, avant que son cavalier ne choisisse de jeter l’éponge. En novembre, ils s’étaient classés neuvièmes à Lyon. Espérons donc qu’ils repartent de l’avant à l’extérieur!
 
L’une des frayeurs de cette soirée bordelaise a été pour Aldrick Chéronnet. Sans faute jusqu’alors, l’Occitan a effectué un petit vol plané dans le mur de palanques violettes de l’obstacle 9 après un refus de Tanael des Bonnes. Une réaction inattendue pour le bai, d’ordinaire vraiment sûr. En se prenant l’antérieur dans les rênes, le hongre aurait pu paniquer, mais il s’est heureusement montré très calme. Les deux athlètes ont semblé bien se porter en sortie de piste. 
 
Comme lui, Olivier Robert a dû se faire une belle frayeur. Avec le très prometteur et sublime Vangog du Mas Garnier, l’Aquitain ne s’est pas entendu sur la distance pour aborder le double. Le gris de dix ans a donc sauté au beau milieu des barres des deux éléments, avant que son cavalier ne signifie son abandon au jury. Par chance, pas de bobo à première vue. Cette péripétie n’aura pas d’incidence sur la participation à la finale de Göteborg du Bordelais, seizième de la Ligue au terme des treize étapes. 
 
Cinquièmes à Lyon début novembre et quatrièmes à Amsterdam fin janvier, Kevin Staut et For Joy van’t Zorgvliet*HDC représentaient l’une des meilleures chances françaises ce soir. Pourtant très frais, le fils de For Pleasure a pédalé dans l’oxer 7. Il a alourdi son score avec une faute à la sortie du double, sur laquelle il n’a pas pu couvrir le second plan. Pas de souci pour le Normand, largement qualifié pour la finale suédoise depuis plusieurs semaines. 
 
Dernier au départ, Simon Delestre représentait l’ultime chance de voir un Tricolore au barrage. Son Hermès Ryan des Hayettes, vainqueur du Grand Prix secondaire du CSI 5*-W d’Amsterdam il y a deux semaines, a laissé un postérieur au milieu des barres de Spa placées en numéro 4 par Jean-François Morand, et n’a pu sauver la faute. Rageant, car l’alezan brûlé a montré une belle forme! Après une saison difficile en Coupe du monde, le Lorrain a marqué ce soir ses premiers points sur le circuit grâce à sa neuvième place. Trop peu et trop tard pour espérer accéder à la finale…

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #103 GRANDPRIX n°103 FÉVRIER

GRANDPRIX #103

(GRANDPRIX n°103 FÉVRIER)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Instagram

Twitter