Samedi 14 mai - 22h53 | AnneClaireL

CSIO 5* La Baule : le jour J pour Henk Nooren

Voilà bientôt deux ans qu’il travaille auprès des Bleus. Pourtant, cet après-midi aura une saveur particulière pour Henk Nooren, puisqu’il vivra, en tant que sélectionneur de l’équipe de France, sa première Coupe des nations, en Top League.


 
Champion d'Europe par équipes en 1977 à Vienne, vice-champion du monde par équipes l'année suivante à Aix-la-Chapelle, médaillé de bronze par équipes en 1981 à Munich, le Néerlandais Henk Nooren a également été l'entraîneur des équipes d'Espagne et de Suède de saut d'obstacles. Depuis 2009, il travaille pour la fédération française, pour le saut d’obstacles, bien sûr, mais aussi pour le complet, et il prodigue toujours ses conseils à des cavaliers tels que [Marcus Ehning]. « C'est vrai que je suis sur le pont sept jours sur sept ! », indique Henk Nooren. « Les vacances, je ne sais pas ce que c'est ! Mais quand on vit sa passion, ce n'est pas grave ! »

 
Porter autant de casquettes demande une organisation quasi militaire et Henk Nooren peut aussi compter sur son assistant Barnabas Mandi. « Barnabas et moi, on se partage les tâches. Chaque deuxième semaine du mois, je suis à Saumur pour travailler avec les chevaux de complet, les cavaliers qui couraient Lümmen sont passés travailler chez moi avant que je parte à la finale Coupe du monde de Leipzig et la semaine dernière, j'étais à Fontainebleau avec les cavaliers de CSO. »


« C'est très agréable de collaborer avec les cavaliers français. Ils sont très travailleurs, comme [Kevin Staut], ou le sont devenus, comme [Simon Delestre]. Ils sont toujours les premiers arrivés le matin. Si je les écoutais, on commencerait dès 6h30 ! », poursuit le sélectionneur national.

 
Déjà tourné vers les Jeux olympiques de 2012, Henk Nooren n'en néglige pas pour autant le circuit Coupe des Nations FEI. « Pour nous, comme pour les autres équipes qualifiées pour les JO, le but c'est de prendre le maximum de points dès les premières étapes afin de pouvoir commencer ensuite à faire rentrer dans l'équipe des couples un peu moins expérimentés. »

 
Quant aux championnats d'Europe (du 13 au 18 septembre à Madrid), le sélectionneur a déjà une idée sur sa stratégie : « Dans un championnat, on prend forcément la meilleure équipe, mais comme nous avons la chance d'être qualifiés pour Londres 2012, on pourra sans doute introduire un nouveau couple. »

 
« Couple » est un mot qui revient souvent dans la bouche d'Henk Nooren. « Avec les chevaux, il faut toujours penser au couple », explique-t-il. « Garder les chevaux en France, conserver les couples, cela partie de nos objectifs. Pour y arriver, il faut être proche des cavaliers, mais aussi des propriétaires. Il faut établir une relation de confiance. Nous avons quatre à cinq très bons chevaux d'avenir et il est très important de maintenir les couples qu'ils forment avec leurs cavaliers ! »

 
Car une fois les Jeux olympiques de Londres terminés, un nouveau cycle démarrera avec les Jeux mondiaux en 2014 (en Normandie), puis les Jeux olympiques en 2016 (à Rio de Janeiro).

 
 
(avec communiqué)

À lire également...

Réagissez