Attention au retard !

Crédit : © Scoopdyga

Vendredi 15 février - 17h12 | Maxence Magnin

Attention au retard !

Il y a dans la vie deux types de personnes : les ponctuelles et les retardataires. Le problème, c’est que lorsqu’un rendez-vous ou un impératif est pris, il est alors compliqué de jongler entre le retard et les enjeux dans lesquels s’est engagé la personne. Chez les cavalier(e)s, le retard a aussi des conséquences plus ou moins graves mais qui en tout cas, agacent. Voici donc un top des choses que l’on souhaiterait éviter lorsque nous sommes en retard pour un cours ou un concours.   

Le cheval toujours est toujours plus sale. Très bizarrement, notre monture se trouve toujours être très sale lorsque nous arrivons avec du retard et donc, un temps de préparation beaucoup plus court que d’habitude. Si aucune explication rationnelle n’existe, les chevaux seraient-ils  alors capables de sentir notre arrivée tardive pour ainsi en profiter ? En tout cas, rien n’est plus stressant que de préparer un cheval sale qui nous fera donc arriver en dernier, non ?
Toujours être le dernier en carrière. Évidemment, le retard, qu’il soit à l’arrivée des écuries ou pendant la préparation, fait toujours de nous le dernier à entrer en carrière. Il faut alors jongler entre ceux qui ont déjà commencé à détendre et la barrière. Une expérience délicate pour ne déranger personne, comme pourront le témoigner tou(te)s les cavalier(e)s qui ont déjà vécu cette situation. 
On ne trouve jamais ses affaires. Puisque le sort s’acharne lorsque nous avons mal géré notre temps, les brosses ou autres éléments essentiels (tels qu’un tapis, des protections, etc) disparaissent toujours soudainement. Là encore, aucune raison particulière, si ce n’est la malchance qui nous suit jusqu’au bout. 
 

 - Attention au retard !

Crédit : © DR

Il y a toujours un oubli. Et puisque la situation l’impose, un oubli se glisse toujours lors de la précipitation. Qu’il s’agisse de la bombe, de la cravache, ou même d’un nose band, toute raison est bonne pour descendre de cheval et ressortir de la carrière pour aller chercher l’élément oublié. Un plaisir de courir dans tous les sens lorsque c’est déjà la course. 
Il n’y a personne pour nous aider à préparer la monture. Pour éviter de creuser le retard et voire même le combler, de l’aide peut être utile dans ce genre de situation. Mais souvent dans ces cas-là, l’urgence est commune à tout votre groupe. Seuls les vrai(e)s ami(e)s ou les plus organisés parviennent en général à vous donner un coup de main (mais vous gardez quand même le curage des pieds). 
La détente est presque bâclée. Pour gagner du temps sur un concours ou un cours, la détente peut être écourtée afin de pouvoir rattraper son retard et suivre le mouvement. Toutefois, cela peut alors donner lieu à quelques complications pour la suite, pour vous ou votre monture. 
La monte se fait dans le stress. Puisque tout a été rapide de A à Z, la monture comme le ou la cavalier(e) peut alors se sentir stressé(e). Entre une détente et une préparation rapide, le cheval peut se sentir agressé ou négligé. Conclusion ? Ne jamais se mettre en retard pour éviter que le sort s’acharne de malchance !

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #107 GRANDPRIX n°107 JUIN

GRANDPRIX #107

(GRANDPRIX n°107 JUIN)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter