Cruels dilemmes de cavaliers

Crédit : © Scoopdyga

Vendredi 25 janvier - 16h23 | Maxence Magnin

Cruels dilemmes de cavaliers

Être face à un dilemme n’est jamais simple, encore moins pour les indécis. Chez les cavaliers et cavalières, la tâche sait aussi être rude lorsqu’il s’agit de faire un choix entre ses préférences, notamment lorsque quelqu’un nous pose cette question fatidique : et toi, tu préfères quel type de cheval ? Voici donc un top des dilemmes auxquels cavaliers et cavalières ont pu faire face un jour ou l’autre. 

 - Cruels dilemmes de cavaliers

Crédit : © Scoopdyga

Poney ou cheval ? C’est la première chose à laquelle il faut répondre et surtout, éclaircir. Eh oui, il y a toujours ceux qui préfèrent les poneys et ceux qui préfèrent les chevaux. Alors pour donner directement le ton sur ses préférences, autant mettre les choses au clair entre le camp des poneys et des chevaux (même si pour un non-cavalier, la différence n’est pas bien flagrante). 
Gris ou de couleur ? C’est aussi un choix sur lesquels les cavaliers ou cavalières s’arrêtent beaucoup. En effet, l’équidé gris peut vite perdre des points dans notre estime lorsqu’on pense au temps qu’il faut parfois pour le rendre presque propre. D’un côté, ils sont aussi tellement plus beaux lorsqu’ils sont jeunes et pommelés. De l’autre, cette robe n’est pas éternelle. Les montures de couleur pèsent donc dans le contre en gardant la même robe toute leur vie et cachent alors la saleté. 
Hongre, étalon ou jument ? Le sexe de la monture influence évidemment sur le caractère de celle-ci. Si un hongre sera de nature gentille et adorable, la jument sera beaucoup plus caractérielle et il faudra donc savoir la vouvoyer avec des pincettes. Quant à l’étalon, il ne faudra pas compter sur lui pour être franc ou courageux, surtout si une jument est aux alentours. Mais alors, que choisir parmi ces trois ? 



Caractériel ou gentil ? Là aussi, le choix du caractère est une question difficile et piège. Entre un équidé qui possède un fort caractère et avec qui la monte est donc sportive, et un autre à l’esprit bien plus docile et maniable, la réponse dépend finalement du caractère de la personne qui monte. En effet, c’est avec le sien que la mentalité de la monture doit correspondre. 
Mou ou dans le sang ? Là aussi, le dilemme est important. Il faut savoir faire un choix entre une monture qu’il faut porter avec toute son âme et son corps et de l’autre, réussir à canaliser un destrier dont la motivation est un peu trop prononcée. Quoi qu’il en soit, monter un équidé mou ou dans le sang s’avère toujours être du sport !
Plein papier ou ONC ? Pour un ou une passionné(e) d’élevage, la réponse sera simple. Pour une personne qui s’en fiche, elle le sera aussi. Il n’empêche que parfois, le choix des papiers peut se révéler important lors d’un objectif de commercialisation, de sport ou même de maladies / génétique. 
Sport ou loisir ? Enfin, certain(e)s cavalier(e)s préfèrent l’équitation pour son côté sportif et d’autres pour le côté loisir. Mais alors, que faire lorsqu’un sportif part en promenade avec sa monture ? Les cavaliers sportifs sont-ils vraiment axés uniquement sur ce mode d’équitation, ou montent-ils aussi pour le loisir ? 

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #107 GRANDPRIX n°107 JUIN

GRANDPRIX #107

(GRANDPRIX n°107 JUIN)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter