Quel type de parent de cavalier êtes-vous ?

Michael Whitaker avec son fils en bord de piste.
Crédit : © Scoopdyga

Mardi 22 janvier - 16h11 | Maxence Magnin

Quel type de parent de cavalier êtes-vous ?

Qu’il s’agisse de l’équitation ou de tout autre sport, le rôle de parent dans une discipline sportive a toujours été d’une grande importance. En effet, il est important pour un enfant de se sentir entouré et soutenu par sa famille dans tout ce qu’il entreprend. Toutefois, il se peut aussi que chaque parent se comporte différemment lorsqu’il accompagne son ou ses enfant(e)s au sport. Voici donc les comportements les plus courants en équitation.

 - Quel type de parent de cavalier êtes-vous ?

La famille Rozier
Crédit : © Scoopdyga

Le peureux. Si votre père ou votre mère n’est pas cavalier(e), il se peut que celui ou celle-ci ne soit pas bien rassuré(e) en vous voyant à cheval, qui plus est sur un enchainement d’obstacles ou pendant une partie de horse-ball. Nombreux sont donc les parents qui préfèrent ne pas vous regarder lorsque vous êtes à cheval. Ne parlons donc même pas d’une hypothétique chute. 
Le bavard. L’un de vos parents (ou peut-être les deux) est sociable, voire un petit peu trop. Et lorsqu’il vous accompagne au centre équestre, il lui est donc impossible de tenir sa langue pour aller discuter avec les autres parents, vos amis ou bien les moniteurs. Finalement, ce type de parent passe tellement de temps à discuter qu’il en oublie de vous regarder. 
L’investi. Qu’il neige, pleuve ou vente, ce type de parent vous accompagnera toujours dans votre sport sous toutes ses coutures. Qu’il s’agisse de vous conduire à un concours, d’aider l’équipe organisatrice de manifestations ou de vous groomer, ce type de parent vous suit de partout. Un vrai partenaire pour une équipe de choc qui vous encourage toujours. 
Le compétiteur. Il peut être cavalier, ou pas du tout. Quoi qu’il en soit, il s’agit du parent qui vous pousse toujours au maximum dans tous ce que vous entreprenez car il agit de même dans ses activités. Le souci, c’est qu’il peut parfois vous débriefer sur une prestation alors qu’il n’y connaît pas grand-chose. 

 - Quel type de parent de cavalier êtes-vous ?

La famille Philippaerts entre père et fils
Crédit : © Scoopdyga

Le cavalier. Avoir un parent qui monte à cheval (ou qui a monté) peut être un grand avantage, mais aussi un inconvénient. En effet, celui-ci peut alors décider de vous coacher à la place de votre moniteur, vous conseiller et surtout, être plus dur avec vous afin que vous réussissiez mieux que lui. D’un autre côté, c’est aussi une chance puisque vous pouvez partager une passion ensemble. 
Le râleur. Il peut faire 25° degrés, grand soleil et ciel bleu, ce type de parent trouvera toujours l’opportunité de râler. D’un, parce que vous l’aurez forcé de venir vous voir et qu’il déteste l’équitation. De deux, car il trouvera un prétexte pour trouver sa voiture salie. De trois, car personne ne lui parlera. Enfin, sous le stress de son regard, vous commettrez probablement quelques erreurs.
Le curieux. Si votre père ou votre mère ne monte pas à cheval et ne s’intéresse pas à l’équitation, il ou elle sera tout de même curieux(se) de venir vous voir à l’œuvre durant la pratique de votre passion. Qu’il s’agisse d’un cours ou d’une compétition, il ou elle sera toujours intéressé(e) par ce que vous faites, même s’il ou elle ne comprend pas grand-chose. 
Le perdu. Contraint de force pour venir, ou pas, le parent perdu a déjà du mal à vous reconnaître en selle. Ne lui demandez donc pas de comprendre votre discipline. Il serait même capable de vous louper lors de votre passage à cheval s’il s’intéresse à autre chose. Mais il sera aussi le premier à vous féliciter pour vos prouesses car il était content d’être venu vous voir exercer ce que vous aimez. 

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #107 GRANDPRIX n°107 JUIN

GRANDPRIX #107

(GRANDPRIX n°107 JUIN)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter