Kevin Staut prend un nouveau départ

Crédit : Sportfot

Lundi 31 décembre - 13h59 | Lucas Tracol

Kevin Staut prend un nouveau départ

En 2019, Kevin Staut ne sera plus basé au haras de la Forge d’Emmanuèle et Armand Perron-Pette, avec qui il poursuivra toutefois sa collaboration. Le numéro un français a en effet officialisé son nouveau départ dans les écuries familiales, et la mise en place de son système qui se partagera entre trois pôles normands. 

Si pour beaucoup nouvelle année rime avec bonnes résolutions, pour d'autres cela rime avec nouveau départ. Depuis plusieurs semaines, beaucoup ont remarqué que Kevin Staut montait moins de chevaux appartenant au haras des Coudrettes d’Emmanuèle et Armand Perron-Pette. Deuxième de la Coupe du monde Longines de Malines hier avec Edesa’s Cannary, le champion olympique par équipes en a profité pour officialiser la mise en place de son nouveau système auprès de nos confrères de Studforlife.

Désormais qualifié pour la finale indoor de Göteborg, Kevin Staut débutera un nouveau chapitre dès demain, puisqu’il ne sera plus basé au haras de la Forge, mais dans les écuries familiales situées entre Deauville et Honfleur, ainsi qu’au haras de la Chesnaye, où il montera plusieurs chevaux de commerce en collaboration avec Grégoire Oberson. Il poursuivra toutefois sa collaboration avec le haras des Coudrettes, dont il montera quelques chevaux. 

“Ouvrir mes portes à d’autres chevaux et d’autres propriétaires”

“Nous [Armand et Emmanuèle Perron-Pette ainsi que Kevin Staut] voulions éviter, d’un commun accord, que l’on s’enferme dans un système où le cavalier est bloqué. Aujourd’hui, nous sommes dans un système d’ouverture qui implique du changement. Bien sûr, je vais continuer à monter, tant qu’ils voudront de moi, certains chevaux pour eux mais je vais aussi essayer de nouvelles collaborations et ouvrir mes portes à d’autres chevaux et d’autres propriétaires. Quand on voit le niveau de chevaux qu’il faut pour rester dans le top, c’est tellement difficile qu’il faut faire évoluer son système. Je pense qu’un système quasiment exclusif comme je l’ai eu avec le haras de Hus et avec le haras des Coudrettes, cela a été formidable de confort. C’était vraiment génial, mais il y a eu un changement stratégique de Xavier Marie à l’époque du haras de Hus, comme il y a un changement stratégique d’Emmanuèle et Armand qui sont vraiment tournés vers l’élevage”, a notamment détaillé à Kevin Staut à Studforlife. Ainsi, il devrait conserver quelques chevaux du haras des Coudrettes à l’instar de For Joy van’t Zorgvliet*HDC, Ayade de Septon*HDC ou encore Vendome d’Anchat*HDC, tandis que Patrice Delaveau récupèrera les plus jeunes montures, comme cela a déjà été le cas ces dernières semaines avec Bahia de Mars, Touchant van T et L Z*HDC, ou encore Uraeus Blanc*HDC. 
 
“J’ai la chance que géographiquement, tout soit assez proche. Je vais retourner m’installer dans les écuries familiales entre Deauville et Honfleur qui se trouvent à 10km du haras de la Forge et à 10km du haras de la Chesnaye, où je collabore avec plusieurs chevaux pour Grégoire Oberson avec bien sûr une dimension commerciale. J’irai monter les chevaux là-bas comme j’irai également entrainer les chevaux d’Emmanuèle et Armand en préparation d’un concours chez eux. En revanche, mon équipe va être plus dispatchée entre le haras de la Chesnaye et les écuries familiales. Emmanuèle et Armand ont du super personnel et des chevaux d’âge qui ont besoin d’être entretenus physiquement et mentalement, notamment en faisant beaucoup de plage comme on le fait déjà, ce qui peut être assuré par leur personnel déjà en place, alors que mon équipe se retire de la base générale de la Forge pour bouger entre les deux autres sites”, a également précisé Kevin Staut.
 
De retour au bercail, le pilier de l’équipe de France ne pourra plus compter sur le même confort dont il a pu profiter pendant quatre ans au haras de la Forge. À Pennedepie, Kevin Staut et ses équipes n’auront en effet pas de manège, mais seront très proches de la plage. 
Pour le numéro un français, pas question donc de couper les ponts avec le haras des Coudrettes, même s’il espère s’ouvrir de nouveaux horizons et continuer de s’illustrer parmi le plus haut niveau mondial grâce à ce nouveau système. Souhaitons lui beaucoup de réussite pour l'année à venir ! 

À lire également...

Réagissez

  • TOF - le 02/01

    Question de moyens financiers des mécènes français par rapport aux mécènes américains suisse allemands

  • rosetta2303 - le 01/01

    Peut-être mire mais je crois que KS est surtout un garçon réfléchi et mesuré qui ne dira pas le fond de sa pensée...et c'est très bien comme ça !

  • mire - le 31/12

    c' est ce qui s' appelle ,révéler un secret de Polichinelle…………..!!!!

Le mag

GRANDPRIX #107 GRANDPRIX n°107 JUIN

GRANDPRIX #107

(GRANDPRIX n°107 JUIN)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter