La tricherie est un vilain défaut

Raccourcir ou rallonger les étriers selon les préférences et le travail demandé peut s'avérer malin !
Crédit : © Scoopdyga

Mardi 01 janvier - 13h14 | Maxence Magnin

La tricherie est un vilain défaut

La triche est un train vilain défaut, comme nous le répétaient souvent nos aînés. En effet, tricher est un acte sans valeur et sans honnêteté. Toutefois, nous l’avons tous déjà fait une fois dans notre vie. Si si, réfléchissez bien. Si ce n’est pas à l’école ou à un examen, il vous est probablement arrivé de le faire à cheval (ou à côté). Vous ne vous souvenez toujours pas ? Voici  alors quelques exemples !  

Le pansage. Qu’il fasse beau ou mauvais, le pansage est toujours une tâche essentielle mais également longue et parfois agaçante. Qui n’a donc jamais sauté quelques étapes, comme le haut du dos ou les membres souillés de boue en hiver ? Ne parlons pas de la queue et de la crinière qui parfois, sont aussi laissés aux oubliettes. 
Le trot en levé. Le trot en levé est une pratique quotidienne pour les cavaliers lorsqu’ils échauffent leur monture. Mais parfois, certains exercices imposés par les moniteurs impliquent de trotter assis. Une sensation bien différente qui requière en plus de cela, une très bonne assiette. Alors souvent, la technique pour soulager son fessier est de se remettre au trot en lever lors du passage derrière le moniteur qui ne peut donc rien voir. Rusé !
Le saut de croix au galop. Il s’agit là d’un autre exercice difficile pour le cavalier, mais aussi pour la monture. En effet, celle-ci aime davantage aborder une croix au petit galop qu’au trot. Or, il est souvent demandé de le faire ainsi. Toutefois, ce type d’abord est inconfortable pour le cavalier, qui doit alors contrôler sa monture et suivre minutieusement la battue de foulée. Évidemment, c’est tout de suite plus facile au galop !
L’abord assis. L’équitation française requière que chaque abord d’obstacle se fasse en équilibre, afin de se faire sentir le moins possible sur le dos de sa monture. De plus, il est plus facile de suivre le cheval sur le saut lorsqu’on ne voit pas sa foulée arriver. Toutefois, il est aussi plus difficile de rester en équilibre pendant tout un tour. Par fainéantise, nombreuses(eux) sont celles et ceux qui ne veulent par forcer sur leurs jambes et ont alors simulé un rapprochement de la selle jusqu’à finalement, s’assoir dessus aux abords. 
 

La cisaille. Lorsqu’un cheval ou un poney est travaillé dans le bon sens, il va de soi que celui-ci cède dans sa bouche et vienne se poser sur le mors, donnant ainsi une ligne totalement horizontale de la tête à la queue. Toutefois, certaines personnes n’y parviennent pas et cisaillent donc leurs mains de droite à gauche afin que le cheval cède sous la contrainte. Grosse triche !
La coupe des coins de la carrière. Un des exercices importants lors de l’apprentissage de l’équitation est la direction. Certains la maitrisaient donc mieux que d’autres et notamment en reprise. Lorsque certain(e)s cavalier(e)s étaient en retard dans la file, ils/elles leur suffisaient alors de « couper le fromage » (ou couper les coins de la carrière) afin de rattraper les distances perdues.
La longueur des étriers. Lors des séances de mise en selle ou dressage, il est demandé à ce que les étriers soient rallongés au maximum afin que le bassin puisse fonctionner au maximum. Mais qui n’a jamais essayé de tricher en remontant discrètement ses étriers afin d’avoir les jambes plus soutenues ? Attention toutefois à la réprimande, qui peut par exemple être la suppression des étriers. 
La ration. Les chevaux au boxe ont leur nourriture régularisée avec des rations de foin et de compléments répartis sur une journée. S’il est important de faire attention aux compléments, qui n’a jamais pris pitié de ces chevaux qui sortent la tête du boxe par ennui, en leur donnant une petite ration supplémentaire de foin discrètement ? Coupables, avouez !

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #109 GRANDPRIX n°109 SEPTEMBRE

GRANDPRIX #109

(GRANDPRIX n°109 SEPTEMBRE)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter