“Je suis terriblement déboussolé, peiné, pour ne pas dire écœuré”, Philippe Berthol

Philippe Berthol autour de son cheval Hermès Ryan des Hayettes et Simon Delestre.
Crédit : Jessica Rodrigues/Agence RB Presse

Mercredi 12 décembre - 20h00 | Propos recueillis par Yeelen Ravier

“Je suis terriblement déboussolé, peiné, pour ne pas dire écœuré”, Philippe Berthol

Si la Fédération française d'équitation n'a pas encore officialisé sa fin de collaboration avec le sélectionneur national Philippe Guerdat, les messages de remerciements pleuvent. GRANDPRIX-Replay.com a décidé de faire réagir les personnalités du monde du saut d'obstacles à cette très probable éviction. Voici la réaction de Philippe Berthol, propriétaire de Hermès Ryan des Hayettes, le crack de Simon Delestre.

“Je suis un petit propriétaire dans le milieu du saut d’obstacles, mais je suis terriblement déboussolé, peiné, pour ne pas dire écœuré du départ de Philippe Guerdat. C′est un homme qui a apporté énormément de succès à l’équipe de France, ainsi qu’une vision globale et profonde de notre discipline. Il a ouvert les portes de l’équipe première à tout un tas de nouveaux cavaliers et chevaux. C’est un profond homme de cheval, qui a toujours servi les chevaux avant tout, notamment Ryan, qu’il a toujours suivi avec précision. Et il est terriblement passionné! Il allait, avec autant de plaisir, suivre des cavaliers français dans un CSI 5* que lors d’une étape du Grand National! Je ne comprendrais même pas que d′autres propriétaires remettent en cause son système... Au-delà du côté sportif, il a été l’une de mes plus belles rencontres dans ce milieu, et j’espère garder un contact avec lui, direct ou indirect. Je me suis énormément attaché à cet homme. J’éprouve beaucoup de regrets humains et équestres vis-à-vis de son départ... 

​En outre, je trouve abjecte qu’il soit remercié de cette façon, et jeté en pâture, pour des problèmes dont il n'est même pas responsable! La méforme actuelle de l’équipe de France ne vient pas de lui, mais d’une organisation et d’une situation qu’il n’a pas choisie, notamment parce que de nombreux chevaux ont été vendus, blessés ou connaissent une baisse de forme. Agir vulgairement en disant que cette situation est sa faute est médiocre, d’autant plus venant d’une fédération sportive française. Mais c’est habituel, on sauve les apparences…

Je n’ai pas voulu faire partir Hermès Ryan des Hayettes aux Jeux équestres mondiaux de Tryon parce que ce n’est objectivement pas la plus belle année de sa carrière, comme les gens ont pu le voir (l’alezan est atteint de la maladie de Lyme, ndlr). L’histoire des trajets en avion était un peu du cinéma… Les gens ont bien vu que le cheval n’était pas en forme et nous avons voulu le préserver. Mais cela n’a jamais été contre Philippe, à qui je voue un énorme respect.”

À lire également...

Réagissez

  • rosetta2303 - le 14/12

    ALBERT MUDA, ça c'est sur ! Et vous vous y connaissez en conneries ! C'est même votre spécialité ! Néanmoins, je suis responsable de ce que j'écris et pas de ce que vous comprenez ! Bonne journée

  • ALBERT MUDA - le 13/12

    C'est vraiment dommage d'écrire des conneries pareilles !! M. Berthol n'a jamais "investi" 2 millions chez Tops , c'est l'équipe de 5 cavaliers qui regroupent proprio , sponsors etc...qui payent les 2 millions ( en ce début d'année 2018 , Simon avait un proprio qui avait les moyens ) D'ailleurs , j'ai appris qu'un autre cavalier engagé en GCL n'a pas mit un centime dans son team .

  • rosetta2303 - le 13/12

    Après relecture et réflexion, oui, son analyse tient la route ! Ce qui me gène, c'est tout le cinéma autour de la non participation de Ryan à Tryon ! Pourquoi ne pas dire simplement "Ryan a la pyro, il ne peut pas voyager ! "? Tout le monde aurait compris et cela lui aurait évité de prendre les gens pour des imbéciles, ce qu'il avoue : faute avouée... A priori, il est toujours fatigué mais ça ne l'empêche pas de sauter du 160 ! De plus, "je suis un petit éleveur", c'est rudement bien alors d'investir 2 millions d'euros chez Tops, un vrai sacrifice...Bravo !

  • weltmeyer - le 13/12

    En terme de réaction, vous avez publié le fameux Philippe Rozier qui s'est déclaré prêt à aider l'EdF; ce cavalier qui dit le manque d'investissements dans des chevaux de Haut Niveau; ce cavalier qui préfère abandonner dans une CdN et du coup met en délicatesse le reste de "ses" copains de l'EdF, etc, etc....

  • rosetta2303 - le 13/12

    ET qu'en est-il d'une réaction de Simon Delestre ?

  • rosetta2303 - le 13/12

    Quid Haras de Clarbec, Haras des Coudrettes ?

  • arabebarbe - le 13/12

    L'analyse de la situation du CSO par Philippe Berthol est très juste. Il apparaît une fois de plus que Monsieur Philippe Guerdat est victime de la prise de position de la FFE. Les propos de Ph. Berthol montrent beaucoup d'émotion et de sincérité.

  • weltmeyer - le 12/12

    Enfin un propriétaire qui sort de la réserve, et qui souhaite aussi conserver P Guerdat. Donc, CAVALIERS PROPRIETAIRES = Totalité d'une équipe. DONC , CQFD et les cavaliers de second rang n'ont qu'à travailler et seuls les résultats réguliers en 3 et 4 étoiles permettent d'intégrer l'équipe première. Et comme le soulignent Mr Berthol et Emeric George, chevaux vendus, chevaux en méforme et propriétaires moins investisseurs, voilà le tryptique de la vague creuse actuelle.

  • OrientdeFrebourg - le 12/12

    Bravo monsieur, votre repentir vous honnore!

Le mag

GRANDPRIX #104 GRANDPRIX n°104 MARS

GRANDPRIX #104

(GRANDPRIX n°104 MARS)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Instagram

Twitter