La FEI va remodeler son système d’invitation en CSI… qui ne s’appliquera pas à la Global Champions League

De g. à d.: Sven Holmberg, ancien premier vice-président de la FEI, qui a présidé l'assemblée générale de l'IJRC, Eleonora Ottaviani, directrice de l'IJRC, Kevin Staut, président de l'IJRC, Steve Guerdat, Peder Fredricson et Henrik von Eckermann.
Crédit : Fabio Petroni/IJRC

Lundi 10 décembre - 14h00 | Sébastien Roullier

La FEI va remodeler son système d’invitation en CSI… qui ne s’appliquera pas à la Global Champions League

Face aux difficultés rencontrées dans la mise en œuvre de son système d’invitation en CSI, lequel est supposé clarifier les règles du jeu et lutter contre la prolifération des pay-cards, la Fédération équestre internationale va se remettre au travail. Afin de fluidifier les processus d’attribution des places en CSI 5, 4, 3 et 2*, enjeu crucial pour les organisateurs et propriétaires comme pour eux, les cavaliers devront désormais effectuer et prioriser leurs demandes sur une nouvelle plateforme en ligne. S’il a salué le travail des techniciens de la FEI lors de l’assemblée générale de l’IJRC, vendredi matin à Genève, Steve Guerdat a encore déploré que les circuits privés puissent appliquer leurs propres règles…

 - La FEI va remodeler son système d’invitation en CSI… qui ne s’appliquera pas à la Global Champions League

Crédit : GRANDPRIX

Si Paris ne s’est pas fait en jour, le nouveau système d’invitation en CSI voulu par la Fédération équestre internationale ne se fera pas en moins de trois ans! L’enjeu est majeur par la maison-mère des sports équestres, dans le sens où cette complexe machine à gaz informatique constitue a priori le seul moyen de faire respecter ses règles entrées en vigueur au 1er janvier 2017. Pour rappel, en dehors des CSIO (supports de Coupes des nations) et CSI-W (étapes de la Coupe du monde), mais aussi des concours appartenant à des circuits privés approuvés par la FEI (Global Champions League, Longines Global Champions Tour et DKB Riders Tour notamment), tous les CSI de niveaux 2 à 5* doivent en principe appliquer des quotas d’invitations communs (voir tableau en image). On parle particulièrement de la règle du 60-20-20 pour les CSI 5*: soit 60% des cavaliers invités selon le classement mondial Longines en suivant l’ordre descendant, 20% par la fédération nationale du pays hôte et 20% par le comité d’organisation du concours, en principe sans contrepartie financière bien que la FEI ne dispose d’aucun moyen de le vérifier dans les faits.
 
Si le Club des cavaliers internationaux de saut d’obstacles (IJRC) a toujours lutté contre la gangrène des pay-cards, ces sur-engagements pouvant aller jusqu’à 25000 euros par cavalier en CSI 5*, qui permettent à de nombreux organisateurs de boucler leurs budgets mais faussent le jeu en privant les méritants moins fortunés d’opportunités de se mesurer à l’élite, ses membres restent très attentifs à la mise en œuvre du nouveau système. Du reste, tous les prototypes présentés lors des dernières assemblées générales du Club ou des Forums des sports de la FEI n’avaient jamais vraiment convaincu les cavaliers, pas plus que les organisateurs, y compris les plus vertueux. À titre d’exemple, ceux du CHI de Genève, qui s’est tenu ce week-end, ont dû inviter sur leur quota de 20% l’Allemande Simone Blum, sacrée championne du monde en septembre à Tryon avec DSP Alice… Même si cette cavalière, qui ne compte qu’un cheval de Grands Pris, n’était que quatre-vingt-septième au classement mondial d’octobre – celui pris en compte pour allouer 60% des places à Genève – tout ne tourne pas rond et il y a vraisemblablement des ajustements à trouver.

Un nouveau système fondé sur des demandes de participation

Un nouveau système fondé sur des demandes de participation - La FEI va remodeler son système d’invitation en CSI… qui ne s’appliquera pas à la Global Champions League

Victoria Rydborn et Jérôme Bégey, salariés de la FEI, ont effectué une présentation très intéressante et détaillée.
Crédit : Fabio Petroni/IJRC

En outre, les tests menés sur deux semaines de concours de l’année 2018, en juin et donc en décembre, ont mis en évidence l’inefficience de cette machinerie. Ainsi, les places devant être allouées en fonction du classement mondial l’ont globalement bien été en CSI 5*, malgré quelques couacs. “Nous avons rencontré quelques soucis techniques au départ. Ensuite, certains cavaliers ou fédérations ayant parfois oublié d’accepter les invitations, nous avons dû repêcher des athlètes très bien classés en utilisant notre propre quota de 20%. Vu qu’il s’agissait d’une phase de test, j’aurais trouvé plus juste que nous bénéficiions d’une seconde chance”, tempère tout de même Michel Sorg, sous-directeur du CHI de Genève. En revanche, rien n’a fonctionné correctement aux niveaux inférieurs, surtout en CSI 2 et 3*. Pourquoi? Tout simplement parce qu’un cavalier invité via le système disposait d’un délai de sept jours pour accepter ou décliner. En cas de refus de sa part, la place qui lui avait été attribuée était logiquement proposée à un autre pilote moins bien classé, qui disposait à son tour d’un délai maximal de sept jours… et ainsi de suite. À ce rythme, même en lançant le mécanisme à huit semaines de l’événement, il n’est pas surprenant de constater que cela ne fonctionne qu’au plus haut niveau.
 
Face à ces difficultés, la FEI a décidé de repousser l’entrée en vigueur de son système d’invitation d’un an, au 1er janvier 2020, afin de se donner le temps de remodeler intégralement sa plateforme informatique et de procéder à de nouveaux tests. Désormais, un peu comme en France, les cavaliers devront émettre des demandes de participation aux concours qui les intéressent, à compter de huit semaines avant le week-end concerné. Ils pourront naturellement en choisir plusieurs programmés aux mêmes dates, en définissant un ordre de priorités, et librement modifier leurs vœux jusqu’à une date limite définie par le système. La FEI avait envisagé de clôturer cette phase trois semaines avant la tenue de l’événement, mais certains cavaliers estiment que ce délai est trop court pour pouvoir s’organiser sereinement, notamment lorsque les trajets sont longs, compliqués ou qu’ils nécessitent des périodes de quarantaine pour les chevaux.
 
De plus, il leur faudrait attendre une semaine supplémentaire avant l’attribution définitive de ces invitations en vertu du classement mondial. En effet, dans la mesure où les fédérations nationales conservent le pouvoir de valider ou non les demandes effectuées par leurs cavaliers, la FEI a prévu de leur laisser un laps de délibération leur permettant également d’effectuer leurs sélections en CSIO ou CSI-W. Les délais pourraient donc encore être ajustés, et adaptés au cas par cas pour des concours tels que ceux de Hong Kong et Calgary, mais ce principe devrait bien être testé durant plusieurs semaines en 2019.

“Tous les organisateurs devraient être soumis aux mêmes règles”, Steve Guerdat

“Tous les organisateurs devraient être soumis aux mêmes règles”, Steve Guerdat - La FEI va remodeler son système d’invitation en CSI… qui ne s’appliquera pas à la Global Champions League

Face aux critiques de Steve Guerdat, John Roche, directeur du jumping à la FEI, n'a pu répondre grand-chose dans la mesure où l'inéquitable situation actuelle est le fait de décisions politiques prises directement par le président Ingmar de Vos.
Crédit : Fabio Petroni/IJRC

Les nombreux cavaliers présents vendredi matin lors de l’assemblée générale de l’IJRC ont plutôt approuvé cette présentation. Cependant, Steve Guerdat a encore une fois déploré – à raison – que tous les concours ne soient pas logés à la même enseigne... “Vous avez accompli un travail fantastique, je vous en félicite. Cet outil devrait d’ailleurs être en place depuis longtemps. Pour autant, je suis navré de vous dire qu’il sera inutile aussi longtemps que tous les concours ne seront pas contraints de l’utiliser. Tous les organisateurs devraient être soumis aux mêmes règles sinon cela n’a pas de sens. Pour les CSIO, une Fédération est libre d’accepter ou non d’envoyer l’équipe ou les individuels de son choix, ce qui est normal. Pour les CSI-W, les sélectionneurs envoient les cavaliers de leur choix en fonction du nombre de places dont leur Fédération dispose (les cavaliers doivent tout de même justifier d’un rang suffisamment élevé au classement mondial, ndlr). En revanche, nous savons très bien que certains concours, au nombre de vingt environ l’an prochain (sans jamais les nommer, il évoque ici les étapes du Longines Global Champions Tour/Global Champions League, ndlr), fonctionnent avec leur propre système d’invitation, ce qui me semble inacceptable!”
 
Face à cette charge, John Roche, directeur du jumping à la FEI, n’a pu que rappeler que les règles spécifiques du LGCT/GCL, où la majorité des participants sont issus d’écuries dont les propriétaires doivent annuellement s’acquitter d’un droit d’entrée de 2 millions d’euros, lequel pourrait d’ailleurs augmenter en 2019, ont été validées par la FEI dans le cadre d’un protocole d’accord signé début 2016… Bref, un dialogue de sourds qui dure depuis bien trop longtemps et une situation inéquitable qui endommage chaque année un peu plus le fragile écosystème du saut d’obstacles mondialisé.

À lire également...

Réagissez

  • OrientdeFrebourg - le 11/12

    Merci

  • SpeedyRomy - le 10/12

    C’est le cas mais uniquement pour les CSIO, pas les autres Grand Prix

  • OrientdeFrebourg - le 10/12

    Effectivement c'était aussi le cas pour Bosty après son titre de champion d'Europe Ph Lejeune après sont titre de champion du monde. Ca semble un minimum de bon sens!

  • bob bob - le 10/12

    "À titre d’exemple, ceux du CHI de Genève, qui s’est tenu ce week-end, ont dû inviter sur leur quota de 20% l’Allemande Simone Blum, sacrée championne du monde en septembre à Tryon avec DSP Alice…" Il me semble qu'a une époque (10-15 ans) le champion olympique/monde et europe (pas sur pour europe) était considéré comme prioritaire sur les listes de 5*, quelque soit sa place dans la ranking list.

Le mag

GRANDPRIX #111 GRANDPRIX n°111 NOVEMBRE

GRANDPRIX #111

(GRANDPRIX n°111 NOVEMBRE)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter