Top des inconvénients de monter en hiver

Crédit : © DR

Mardi 20 novembre - 17h49 | Maxence Magnin

Top des inconvénients de monter en hiver

L’hiver est là et il le fait savoir. Les températures commencent à se refroidir de plus en plus et les inconvénients que l’on connaît chaque année en hiver vont petit à petit montrer le bout de leur nez. Mais quels sont-ils vraiment ? GRANDPRIX-Replay.com vous propose un top de ces inconvénients qui ont en général le chic pour nous déranger pendant l’hiver.   

 - Top des inconvénients de monter en hiver

Crédit : © Scoopdyga

Les plages horaires. Avec des journées de plus en plus courtes durant l’hiver, il est difficile de trouver le temps de monter à cheval en plein jour pour les personnes qui travaillent ou qui vont à l’école. Mais pratiquer l’équitation en pleine nuit n’est pas forcément pratique non plus, d’autant plus que les températures se refroidissent. Jongler avec le jour en hiver est donc tout un savoir-faire pour les cavaliers. 
La température. Les courtes journées et les basses températures allant de pair, monter en hiver peut aussi s’apparenter à une expédition polaire. Entre gants, triples blousons, écharpes et bonnets sous la bombe, il est finalement quasi impossible de pouvoir bouger sur le cheval une fois dessus, tant nous sommes habillés (et la monture aussi !).  
Le terrain gelé. Parce que les températures peuvent parfois être glaciales en hiver, les terrains, quels qu’ils soient, gèlent alors s’ils ne sont pas couverts. De quoi ravir les professionnels de l’équitation ou les amateurs qui doivent donc trouver d’autres alternatives pour remédier à ce problème. 
Les chevaux sales. Avec la pluie, la boue, le froid, etc, les chevaux se salissent bien plus facilement. Sauf qu’avec leur poil d’hiver, la crasse d’incruste avec vigueur et c’est donc avec une bonne vieille étrille à crins qu’il faut par exemple, s’amuser à brosser les pattes de nos montures. Remercions tout de même l’inventeur de l’étrille américaine pour enlever les plaques de boues sur les parties du corps charnues.

 - Top des inconvénients de monter en hiver

© Scoopdyga

Les chevaux très poilus. Avec le vent, le froid et tout ce qui s’apparente à l’hiver, les chevaux produisent évidemment plus de poils. Un poil long et épais qui les protège s’ils n’ont pas de couvertures. Toutefois, ce poil d’hiver sait aussi se trouver des ennemis, notamment lors du pansage (surtout chez les shetlands) ou du travail. En effet, les chevaux qui transpirent beaucoup doivent ensuite sécher avant de repartir au pré. Trop cool le poil d’hiver. 
Les 15 couvertures à mettre. Pour éviter justement cette transpiration trop abondante, certains propriétaires décident de tondre leurs montures. Mais pour les protéger du froid, il faut donc à chaque changement de température, adapter la ou les couvertures. 
Casser l’eau. Pour les chevaux au pré (et au boxe par très grand froid), l’eau peut aussi geler durant l’hiver. C’est donc avec une pioche ou pelle qu’il faut aller casser la glace pour que nos petits protégés puissent tout de même aller s’abreuver. 
Le trop-plein d’énergie des chevaux. Avec le froid, certaines montures ont besoin de se réchauffer comme elles le peuvent. Si par malheur elles n’ont pas fait beaucoup d’exercice les derniers temps, il se peut que celles-ci décident de se réchauffer comme elles le peuvent. Cela se traduit en général par quelques ruades plus ou moins puissantes, toujours avec nous sur le dos (c’est bien plus marrant). 
 

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #111 GRANDPRIX n°111 NOVEMBRE

GRANDPRIX #111

(GRANDPRIX n°111 NOVEMBRE)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter