Mercredi 04 mai - 14h14 | ma.thierry

Leipzig dressage : les femmes au pouvoir

Après s’Hertogenbosch en 2010, la Coupe du monde de dressage faisait son retour en terres allemandes pour son édition 2011. Devant leur public, les trois cavalières allemandes avaient à cœur de briller mais cela n’aura pas suffi à barrer la route à la Néerlandaise Adelinde Cornelissen qui avec Jerich Parzival s’empare de sa toute première finale.


Programmée en soirée, la reprise libre en musique, support de la Coupe du monde de dressage Reem Acra, a comme toujours attirée un grand nombre de spectateurs impatients d’assister au dénouement de cette saison indoor.


Dans le premier groupe de cavaliers, on attendait plus particulièrement le champion en titre, Edward Gal, qui a présenté avec Sisther de Jeu une reprise plus décontractée que dans le Grand Prix de jeudi. La musique et la chorégraphie du triple médaillé d’or à Lexington, agrémentée d’une touche d’humour (il entre en piste sur Lady Marmelade rappelant le nom de sa jument : "Hey, sister go..."), lui permettent d’obtenir la note de 77,393% et de terminer cette finale à la quatrième place. Avant la pause, qui laissait place aux adieux du célèbre cheval de saut d’obstacles allemand, Sandro Boy, Patrik Kittel présenta une superbe reprise en selle sur Watermill Scandic HBC mais ne fut récompensé que par une moyenne de 76,375%, ce qui ne manqua pas de faire réagir bruyamment le public. En effet, le cavalier suédois parfaitement en harmonie avec sa musique et sans la moindre faute aurait largement mérité plus que sa sixième place au classement final.


Deuxième dans le Grand Prix, la princesse du Danemark, Nathalie Zu Sayn-Wittgenstein déroule elle aussi une reprise fluide qui lui permet de monter sur la deuxième marche du podium malgré une petite faute en entrée d’appuyer au trot à droite. Avec une moyenne de 80,036%, Digby prouve qu’à quatorze ans il n’est pas encore arrivé au bout de ses possibilités après sa bonne performance aux JEM. « Je suis très contente d’avoir terminé deuxième sur les deux épreuves. Je pense que nous pouvions prétendre terminer dans les six premiers donc je suis vraiment ravie et je ne réalise pas encore ce résultat », a déclaré la Danoise.


Les trois derniers couples à s’élancer pouvaient tous prétendre au titre tant convoité. Adelinde Cornelissen commet une faute dans les changements de pieds au temps qui sera vite effacée puisque la cavalière de Parzival réussira à recaler une seconde diagonale avant la fin de sa reprise et cette fois sans la moindre erreur. 84,804%, la note est élevée et le public et la cavalière enchantés par la prestation. « Parzival était très relax et j’ai monté ma reprise comme je le sentais en donnant le meilleur de moi-même. Cependant j’aime passer en dernier car là je savais qu’Ulla et Isabell restaient encore à présenter leurs reprises et que se sont de rudes concurrentes qui n’abandonnent jamais », souligne Adelinde. « Parzival a vraiment changé, il n’est plus effrayé comme il a pu l’être pendant longtemps et il est même devenu du genre à se dire en rentrant sur le carré : oh mon Dieu, mais c’est génial ici », ajoute-t-elle.


La troisième marche du podium revient à Ulla Salzgeber (78,821%) toujours aussi enthousiaste par le comportement de son cheval Herzurf’s Erbe qui lui permet de retrouver les plus beaux terrains de compétition. « Je suis vraiment contente et enchantée de mon cheval pour sa première saison indoor. Je l’aime, tout simplement, il a donné tellement pour moi aujourd’hui ».


La déception du week-end sera à mettre au compte d’Isabell Werth qui termine cinquième avec la note de 77,143%. Pourtant bien lancé sur son début de reprise, Satchmo s’est contracté au moment du galop avec une défense sur son premier développement la décalant beaucoup dans sa musique. « Isabell avait très bien commencé sa reprise avec un bon travail au trot et de superbes appuyers, mais ensuite le cheval s’est contracté et défendu à plusieurs reprises l’obligeant à courir après sa musique », explique la présidente du jury Katrina Wüst.


Pour cette première année sous les couleurs Reem Acra, la créatrice de mode New-Yorkaise Lisa Wells s’est dite ravie de la « fabuleuse expérience d’avoir fait partie d’un sport aussi magnifique » et prévoit déjà un nouveau partenariat pour 2012.


A Leipzig, Elodie Muller
 

À lire également...

Réagissez