Lundi 02 mai - 12h42 | ma.thierry

Eric Lamaze réveille Leipzig

Le président d'En Garde, organisateur des quatre finales de la Coupe du monde FEI, semblait satisfait de sa billetterie, qui affichait des taux au-delà de ses attentes, en ces deux jours travaillés en Allemagne. Pour cette deuxième épreuve qualificative de la Finale de la Coupe du monde de jumping, les tribunes étaient cependant toujours parsemées, moins qu’hier certes, mais froides tout de même. Sur la piste, le spectacle mettra longtemps à s’installer. Avant un barrage heureusement à la hauteur de l'événement.


 
Onzième à s’élancer, le local [Ludger Beerbaum] allumera une lueur d’espoir après les passages lourdement sanctionnés des cavaliers les moins bien classés hier : malheureusement, sur l’oxer palanque-vertical aux couleurs de la ville organisatrice, l’Allemand devra renoncer à être le premier sans-faute de l’épreuve. Un privilège qui reviendra au Vénézuélien [Pablo Barrios], bientôt rattrapé par l’Espagnol [Sergio Alvarez Moya] sur [Action Breaker] et [McLain Ward] sur [Antares F]. Avant la première pause, le public était assuré d’avoir un barrage. Il avait avant cela assisté au sorties de ses chouchous : refus de [Checkmate], et huit points pour [Sabrina].

 
Sur le barrage justement, le Vénézuélien sera sanctionné de huit points. L’Espagnol donnera le tempo, un peu lent, en assurant le premier double sans-faute, sans prendre de gros risques. McLain Ward en revanche partira mors aux dents, assurera le meilleur chronomètre, mais renversera la dernière barre. « McLain a tenté le dernier en six foulées, ce qui l’a mis dedans. Je passais juste après lui, j’ai donc préféré rester raisonnable », commentait Eric Lamaze, son successeur dans l’ordre de passage et vainqueur de l’épreuve. « Ce barrage n’offrait pas de nombreuses options. A part cette dernière ligne, que seul McLain a tentée, le reste n’était pas si ouvert que cela. Il fallait dès le départ prendre de l’avance par la longue galopade entre le 1 et le 2. » Du coup, le Hollandais [Gerco Schroder] restera prudent : « J’ai bien vu que le temps d’Eric était imbattable. J’ai donc pris le départ sans me mettre de pression. » Une pression qu’en revanche s’est mise l’Allemand Christian Ahlmann : « Je m’étais fixé comme objectif d’aller plus rapidement que Gerco. Mais j’ai mis trop de pression à mon cheval. Dimanche, j’irai plus cool ! », prévenait celui qui prend la tête du classement provisoire, ex-aequo avec son compatriote [Marco Kutscher]. « C’est la première fois de ma vie que je mène le classement après deux épreuves. J’ai pris beaucoup de risques dans la chasse hier, ce qui a payé », précisait le pilote de [Cash].

 
Grâce à sa première place aujourd’hui, le champion olympique grimpe dans le classement provisoire. « C’est un véritable honneur de remporter cette épreuve devant mon nouveau sponsor Rolex. C’est la première finale de Coupe du monde d’Hickstead : cette épreuve est une belle étape dans sa carrière. Je n’ai jamais brillé en finale, ma meilleure place doit être treizième à Las Vegas. Mais avec ce cheval, vraiment, tout est possible. » Rendez-vous donc dimanche.

 
A Leipzig, Daniel Koroloff

À lire également...

Réagissez