Daniel Deusser parachève le hold-up de l’écurie Stephex à Vérone

Crédit : Massimo Argenziano/FEI

Dimanche 28 octobre - 18h08 | Lucas Tracol

Daniel Deusser parachève le hold-up de l’écurie Stephex à Vérone

La troisième étape de la Coupe du monde Longines pour la ligue d’Europe de l’ouest s’est conclue cet après-midi sur une victoire allemande et un énième succès de l’écurie Stephex. À Vérone, Daniel Deusser a dominé un barrage fleuve grâce à Calisto Blue. Le Belge Niels Bruynseels a pu se consoler avec une deuxième place sur Gancia de Muze, devant le vice-champion du monde en titre Martin Fuchs juché sur Clooney. Pour la France, Kevin Staut a ajouté quelques points à son escarcelle. 

Stephan Conter a de quoi être fier ! Ce week-end à Vérone, les cavaliers de son écurie Stephex ont réalisé un véritable hold-up, s’invitant à presque toutes les remises des prix. Avec huit classements et cinq podiums dont deux victoires, les protégés du marchand belge ont en effet montré les crocs et enfoncé le clou cet après-midi dans le Grand Prix de la Coupe du monde Longines. Après les deux rendez-vous scandinaves d’Oslo et Helsinki, respectivement remportés par Douglas Lindelöw sur Zacramento puis Gudrun Patteet avec Sea Coast Peebles Z, l’étape italienne a en effet vu la victoire de Daniel Deusser en selle sur Callisto Blue. Après avoir atteint le plus haut niveau sous la selle de Michael Whitaker, le bai a rejoint les écuries Stephex en juin et débuté la compétition avec l’Allemand le mois suivant. Jusqu’alors, leur plus belle réussite était une quatrième place dans le Grand Prix CSI 5* de Bruxelles, à domicile. Le succès italien est d’ailleurs la première victoire internationale du fils de Chacco Blue de onze ans. Et quelle belle réussite lorsque l’on voit la liste des (nombreux) barragistes ! 
 
Derniers à s’élancer, Daniel Deusser et Calisto Blue ont en effet dû prendre de sacrés risques pour franchir la ligne d’arrivée en 36“83. Avant eux, le chronomètre de référence avait été abaissé à plusieurs reprises, et particulièrement par Niels Bruynseels et la si efficace Gancia de Muze. Le Belge et sa géniale baie ont une fois de plus réalisé une démonstration de fluidité et conclu leur deuxième parcours en 37“03, pour une deuxième place finale. Un bel hommage du pilote à son ancienne jument Lady Cracotte, tragiquement décédée hier soir à Montpellier
Lui aussi un temps aux commandes de l’épreuve, Martin Fuchs a finalement pris la troisième place sur Clooney 51 (38“40), tout juste de retour après la médaille d’argent individuelle décrochée aux Jeux équestres mondiaux de Tryon en septembre. 

On a un temps cru que Bertram Allen s’imposerait quatre ans après avoir remporté sa toute première étape de la Coupe du monde sur cette même piste. Sur une Molly Malone V en pleine forme, le prodige irlandais a délivré un barrage incroyable, mais a toutefois dû se contenter de la quatrième place, devant le meilleur italien Luca Marziani, pour qui les deux refus de Tokyo du Soleil à Tryon ne semblent être qu’un lointain souvenir. Stephex n’a pas été bien représentée qu’au sommet du classement, puisqu’après un bon double zéro, la Suédoise Petronella Anderson s’est adjugée la sixième place avec Bacardi 188, devant un Ludger Beerbaum très prudent au barrage associé à Casello. 

Des cadors manquent le barrage, de nouveaux points pour Staut

Avec à son terme quatorze parcours parfaits, la première manche n’a pas été des plus palpitantes. Si le parcours dessiné par Uliano Vezzani a semblé accessible, quelques têtes d’affiche ont tout de même manqué à l’appel du barrage, à commencer par le numéro un mondial Harrie Smolders. Son Emerald a lourdement fauté sur la spa, emportant avec lui la troisième barre sur quelques foulées. Après un tel saut, le Néerlandais a préféré en rester là. Même scénario pour le centaure allemand Marcus Ehning, qui a préféré épargner des efforts au génial Comme Il Faut après une faute sur le n°3. Troisième à Oslo, Edwina Tops-Alexander n’a pas connu la même fortune aujourd’hui sur l’excellente California, fautive sur deux oxers et un vertical. 
Pas de barrage non plus pour les Suédois médaillés d’argent aux Mondiaux, Henrik von Eckermann et Peder Fredricson. Aux rênes de Tovek’s Mary Lou, de retour à la compétition ce week-end après son périple américain, le premier a commis une faute sur l’avant-dernier saut, tandis que l’obstacle suivant a été fatal à son compatriote. Le champion d’Europe en titre avait choisi Catch Me Not S, le gris qui avait fait sensation à la finale de la Coupe des nations Longines de Barcelone en signant l’un des quatre double zéro. 
Après une lourde chute – heureusement sans conséquence – sur sa championne du monde DSP Alice vendredi, Simone Blum avait choisi de lancer le jeune Cool Hill, dans cette épreuve. Deux fautes ont finalement été à comptabiliser, mais le beau comportement de ce hongre gris de huit ans laisse présager de belles choses. 
 
Côté Bleus, Kevin Staut a une nouvelle fois réalisé la meilleure performance tricolore. Associé à For Joy van’t Zorgvliet*HDC, le Normand a obtenu son ticket pour le barrage après un premier parcours rondement mené. Pas autant de succès toutefois lors du second tour, où le fils de For Pleasure a laissé la deuxième barre du troisième oxer ainsi que la sortie du double à terre. Le couple termine douzième, permettant au numéro un français d’ajouter cinq points à son compteur du classement général de la série, sur lequel il figure deuxième.
Après avoir fait l’impasse sur les deux étapes scandinaves, Simon Delestre espérait récolter ses premiers points cet après-midi. Après avoir sollicité de nombreuses fois Chesall Zimequest avec sa cravache en début de parcours, le Lorrain a vu ses chances de barrage s’anéantir à la suite d’une faute sur le vertical numéro sept. Visiblement sur la retenue, l’alezan a ensuite refusé le milieu du triple, ce après quoi son cavalier l’a fermement repris puis abandonné. 
 
Les résultats ici
Le classement général du circuit ici 
 

À lire également...

Réagissez

  • Salvatore - le 28/10

    Sans arme ! Ni haine ! Ni violence ! (LOL)

Le mag

GRANDPRIX #101 GRANDPRIX n°101 NOVEMBRE

GRANDPRIX #101

(GRANDPRIX n°101 NOVEMBRE)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Instagram

Twitter