Comment impressionner un équidé ?

Crédit : © Pedro & Marine (Page Facebook)

Vendredi 26 octobre - 16h19 | Maxence Magnin

Comment impressionner un équidé ?

Intimider un animal d’environ 1m60 et d’environ 500 kg pourrait sembler difficile au premier abord. Pourtant, il s’agit en fait du contraire. En effet, les chevaux ou poneys sont des animaux très sensibles et parfois très peureux pour pas grand-chose. À croire que la petite bête pourrait même manger la grosse. Voici donc un top des meilleures façons d’intimider un cheval avec un tout petit rien !   

 - Comment impressionner un équidé ?

Crédit : © L'animal Autrement

Se faire courser par un chien. Si la différence de taille est frappante entre un chien et un équidé, c’est souvent la petite bête qui pourrait pourtant manger la grosse lorsque certains canidés possèdent un caractère bien trempé. En effet, il arrive que certains chiens aient le courage d’aller jouer ou d’attaquer les chevaux qui eux-mêmes répondent à l’attaque ou au contraire, fuient le plus vite possible pour échapper à ces petits monstres. 
Ouvrir un parapluie devant lui. Nous sommes toujours en recherche d’explication pour cette peur du parapluie, mais il n’empêche que là aussi, les chevaux sont impressionnés par un bout de tissu qui se déplie. Comme quoi, un cheval n’est pas si courageux que cela ! 
Devoir passer de vilains troncs d’arbres. C’est une des épreuves les plus difficiles en pleine nature pour les chevaux : devoir passer à côté ou pire, entre deux troncs d’arbre qui n’étaient pas placés à cet endroit avant (et encore). Le tronc d’arbre abandonné est donc un éternel combat contre l’incompréhension de ce comportement et la peur de l’inconnu. 
Donner du vermifuge ou des solutions buccales. Le vermifuge est probablement le pire ennemi du cheval, sûrement à cause du goût ou de l’odeur et de la façon dont nous l’injectons. Car qu’on se le dise, recevoir des produits pharmaceutiques dans la bouche à l’aide d’une seringue ne doit pas être la sensation la plus agréable.
 

Sortir la tondeuse. Certains en ont peur, d’autres s’en fichent totalement. Là aussi, le caractère joue sur l’appréhension de la tonte. Mais pour les chevaux qui la craignent, la tondeuse est une épreuve terrible qui nécessite parfois même un petit calmant, au risque de se blesser ou de laisser le cheval à moitié tondu. 
Nettoyer les yeux. Tout ce qu’il y a de plus agréable pour un cheval ou un poney, surtout si l’éponge a également servi pour les cuirs. Certains équidés tentent de reculer ou de bouger la tête pour échapper à ce moment désagréable. 
Arriver avec des habits fluo. Faites fuir votre monture en arrivant avec des couleurs fluorescentes. Pour rappel, les chevaux craignent les couleurs voyantes, d’où le refus de certains sur un parcours d’obstacles. Pourtant, de nombreux vêtements de sécurité ou d’hiver sont fluorescents pour nous rendre visibles par tous les temps. Bref, voici de quoi commencer la journée avec une forte impression, non ?
Rencontrer un élan sur son chemin. C’est un événement rare et plus qu’occasionnel, surtout hors du continent nord-américain. Il n’empêche que rencontrer un élan sur son chemin en promenade ne doit pas être très drôle, pour le cheval comme pour le cavalier. Dans ces cas-là une seule solution proposée généralement par votre monture subsiste : faire demi-tour au grand galop.

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #109 GRANDPRIX n°109 SEPTEMBRE

GRANDPRIX #109

(GRANDPRIX n°109 SEPTEMBRE)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter