La Mannschaft retrouve son rang dans la Consolante de Barcelone

Crédit : Scoopdyga

Samedi 06 octobre - 22h33 | À Barcelone, Yeelen Ravier

La Mannschaft retrouve son rang dans la Consolante de Barcelone

Sans surprise, l'Allemagne a triomphé ce soir dans l'épreuve de Consolante de la finale de Coupe des nations Longines de Barcelone. Le quatuor d'Otto Becker, emmené par son fidèle leader Marcus Ehning, a pris sa revanche en devançant les États-Unis et le Brésil.

L′épreuve de Consolante de la finale de Coupe des nations Longines de Barcelone, qui ressemblait les sept moins bonnes équipes de la première manche d′hier, a été ouverte à 21h, en nocturne une fois de plus. Pour l′occasion, le chef de piste de l′Officiel d′Espagne Santiago Varela avait proposé un parcours intéressant et bien dosé. Pas imposant, le parcours demandait tout de même à être soigné, notamment à l'abord de la palanque numéro 9 et du triple vertical-oxer-vertical 11.

Médaillée de bronze par équipes aux Jeux équestres mondiaux de Tryon il y a deux semaines, l'Allemagne devait être sacrément piquée de ne pas être parvenue à se qualifier pour la grande finale de demain. Pour cause, depuis le lancement de la nouvelle formule en 2013, l'Allemagne n'avait manqué l'épreuve phare qu'une seule fois, lors de la première édition! Aujourd'hui, face à une concurrence honnêtement moins rude qu'hier soir, les soldats d'Otto Becker ont plutôt facilement enchaîné les sans-faute. Pourtant, le moins bon score fut à attribuer aux réservistes de l'équipe des JEM, Hans-Dieter Dreher et Berlinda, qui semblaient les plus en forme hier soir. Le duo a accusé neuf points de pénalité, butant sur l'oxer en milieu de triple et sur l'avant-dernier. Maurice Tebbel et Chacco's Son ont eux laissé cinq points derrière eux, concédés sur le vertical de palanque numéro 9. Les deux leaders, assurément les plus expérimentés, n'ont eux pas eu de mal à boucler deux superbes sans-faute. Philipp Weishaupt, en selle sur Asathir, puis le fidèle cavalier d'équipe Marcus Ehning, aux rênes de son exceptionnel et charismatique Comme Il Faut 5, ont permis d'amener le score total de l'équipe à cinq points. Une victoire donc méritée mais attendue pour les cavaliers de la Mannschaft, qui ont tenu à parler du calendrier FEI, qui a sacrément impacté la qualité du plateau présent ce week-end. "Je tiens à dire que je trouve ça dommage que la FEI ait choisi ces dates pour la finale de Coupe des nations", a déclaré Marcus Ehning en conférence de presse. "Les JEM se sont terminés il y a tout juste deux semaines, et certaines équipes disposent d'un vivier très restreint, ne pouvant compter que sur un ou deux couples solides... Les dates étaient trop rapprochées.′′ 

Parés d'or aux JEM de Tryon, les États-Unis ont cette fois-ci cédé le passage, devant se contenter d'une deuxième place avec neuf points. En plus, les Américains n'avaient pas droit à une seule erreur, puisque Jessica Springsteen avait déclaré forfait avec RMF Zecilie. Rattrapant les huit points d'Andrew Kocher et Kahlua, Lucy Deslauriers, avec Hester, et Alex Granato, illustre inconnu des spectateurs européens avec Carlchen W, ont bouclé un sans-faute puis un tour à un point. Mention spéciale pour ce cavalier relativement novice de trente-cinq ans, basé en Floride, qui effectuait sa première échéance européenne de niveau 5*. 
Comptabilisant dix points de pénalité, le Brésil a complété le podium. Le seul sans-faute de leur quatuor aura été signé par Marlon Modolo Zanotelli et Sirene de la Motte, derniers à s'élancer. À domicile, l'Espagne, qui avait pourtant bien commencé avec un sans-faute bouclé par Eduardo Alvarez Aznar, a terminé au pied du podium avec quinze points de pénalité. 
C'est une nouvelle douche froide pour la Grande-Bretagne de Di Lampard, qui termine sixième du classement de cette Consolante... 
 

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #102 GRANDPRIX n°102 DÉCEMBRE

GRANDPRIX #102

(GRANDPRIX n°102 DÉCEMBRE)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Instagram

Twitter