Lancement de l'Académie Delaveau

Crédit : Marc Verrier

Mardi 02 octobre - 19h26 | Marc Verrier

Lancement de l'Académie Delaveau

Ce lundi 1er octobre, au Pôle international de Deauville, Sabrine Delaveau et son équipe sont venus annoncer le lancement de l’Académie Delaveau. Une nouvelle structure basée à Deauville qui alliera une formation de cavaliers de CSO à vocation haut niveau et les études scolaires.  

Un manque en matière de formation

À la rentrée de septembre 2019, une formation d’un nouveau genre verra le jour à Deauville. À l’initiative de Sabrine Delaveau, la femme de Patrice, l’Académie Delaveau accueillera sa première session d’élèves désireux d’allier leur passion du saut d’obstacles et la pratique de la compétition à la poursuite d’études scolaires dans de bonnes conditions.

Une idée venue d’un constat fait par le couple Delaveau : « Il y a trente-cinq ans, lorsque Patrice a décidé d’être cavalier, il s’est formé sur le tas, a arrêté l’école et a pris des cours par correspondance sans grands résultats. Aujourd’hui, quand des jeunes veulent se former pour accéder à cette élite, ils empruntent tous des chemins de traverse, se forment comme ils peuvent selon les opportunités, arrêtent souvent l’école et n’ont pas d’issue de secours en cas d’échec sportif. D’autant que 95 % des jeunes qui se lancent dans cette voie n’atteignent jamais le haut niveau.
Depuis que nous accompagnons notre fille, Valentine, en compétitions poneys et juniors, nous avons constaté que l’école ne répondait pas aux attentes des parents en ne permettant pas d’aménager les horaires pour que les enfants puissent monter, s’entraîner et faire de la compétition. Ce constat, nous l’avons fait avec Patrice et nous avons décidé de lancer ce projet. »,
explique Sabrine. 

Si Patrice Delaveau est impliqué dans le projet, il ne compte pas pour autant délaisser le haut niveau dans l’immédiat : « J’ai encore quelques belles années à faire en compétition, je pense. Pour l’instant, j’accompagne Sabrine et on discute énormément du projet ensemble, je suis là pour l’aider à la mise en place, discuter avec les coachs, mais pour le moment, la priorité reste la compétition et mes interventions resteront ponctuelles. »
 

Un double projet sportif et scolaire

Pour mener à bien son projet, Sabrine Delaveau a su réunir autour d’elle des soutiens de poids, comme Philippe Guerdat, Philippe Léoni, Olivier Sadran ou Joëlle Mestrallet, présidente du conseil d’administration de l’Académie. Sabrine a constitué une équipe forte, alliant diverses compétences, et a noué des partenariats avec la Ville de Deauville, le Pôle international du cheval (PIC), le Département, la Région, la Fédération française d’équitation et la Cité scolaire André Maurois de Deauville, qui pourra accueillir des élèves de la 6e à la terminale avec des horaires aménagés et une possibilité d’internat.

Les élèves de l’Académie termineront les cours scolaires à 15h30 afin de pouvoir rejoindre le PIC où seront basés leurs chevaux et où sera dispensée la formation équestre et extra-équestre. Afin de leur permettre la pratique de la compétition, un système de rattrapage des cours sera mis en place afin qu’ils puissent poursuivre leur scolarité dans des conditions optimales.
 
La formation et l’accompagnement équestre seront assurés par un coach référent qui suivra les élèves au quotidien et les accompagnera en concours. Ce coach sera épaulé par des cavaliers de haut niveau qui viendront faire des interventions régulières.
 
Outre l’enseignement équestre, les élèves de l’Académie seront suivis par un coach sportif et une coach mentale, auront des formations en média training ainsi qu’une formation approfondie en anglais, cette langue universelle sur les terrains de concours qui n’est pas forcément le point fort des cavaliers français. D’autre part, l’accent sera mis aussi sur la découverte d’autres métiers liés aux chevaux, ce qui pourra donner des idées de reconversion à ceux dont le niveau sportif s’avérerait insuffisant pour leur permettre d’être cavalier professionnel.
 
« Il s’agit vraiment d’un double projet, sportif et scolaire. Il y a le plan A, qui est une carrière de cavalier de haut niveau, mais nous voulons que les élèves de l’Académie aient également un plan B en cas d’échec sportif. Pour l’instant, ce projet s’adresse aux élèves jusqu’à la terminale, mais nous étudions la possibilité de l’étendre aux étudiants post-bac. », précise Sabrine Delaveau.
 
L’Académie Delaveau se met en place sur une base de dix élèves la première année, quinze la deuxième et vingt la troisième, mais n’exclut pas de pouvoir prendre plus d’élèves en cas de forte demande.

Les pré-inscriptions auront lieu courant octobre et les élèves seront sélectionnés sur dossier et à l’issue d’un entretien individuel et test de compétences. Cette formation s’adresse aux cavaliers tournant en compétition et disposant de leur cheval. 
 
Un site internet sera mis en ligne dans les prochains jours, CLIQUER ICI, vous pouvez également suivre l’actualité de l’Académie sur sa page Facebook en CLIQUANT ICI

Cette nouvelle est donc venue enrichir une offre comprenant déjà des structures telles que la Balanda Equestrian Academy, Eurojump, La Jument Verte, ou encore les Sports études excellence de Merzé Compétition et du Centre équestre de Grammont. 

À lire également...

Réagissez

  • mire - le 03/10

    quelle bonne idée, qui plus est, émanant de pros qui normalement ont toutes les facilités que n' ont pas les non-initiés!! Bravo, bravo, d' autant que la France manque cruellement d' un jeune vivier performant d' enviro une vingtaine d' années

Le mag

GRANDPRIX #110 GRANDPRIX n°110 OCTOBRE

GRANDPRIX #110

(GRANDPRIX n°110 OCTOBRE)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter