“Les pires Jeux équestres mondiaux jamais organisés”, Éric Lamaze

Crédit : Scoopdyga

Dimanche 23 septembre - 00h47 | À Tryon, Lucas Tracol

“Les pires Jeux équestres mondiaux jamais organisés”, Éric Lamaze

Aujourd’hui, le champion olympique de Hong Kong Éric Lamaze a publié un message cinglant concernant les Jeux équestres mondiaux de Tryon. Le Canadien y dénonce point par point tout ce qui selon lui a été raté dans l’organisation. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’y va pas avec le dos de la cuillère…  

“Tryon marquait ma septième participation à des Jeux équestre mondiaux et, selon moi, il s’agit des pires jamais organisés. Nous avions entendu des rumeurs avant l’évènement et nous savions que les installations étaient loin d’être terminées, mais personne ne s’attendait à trouver un complexe sale, incomplet, et qui avait davantage l’air d’un site en construction qu’un terrain de sport. C’était honteux. On aurait dit que le comité organisateur avait fait le moins d’efforts possible pour mettre en place le strict minimum. 
Pour moi, c’est inacceptable. 
Les écuries, les carrières de détente, et la piste de compétition étaient correctes, mais clairement pas au niveau d’un championnat du monde. De nombreux sièges étaient vides et il n’y avait aucune ambiance. Aucune ombre pour que les cavaliers ne puissent regarder les épreuves. Il fallait passer à travers d’une zone de construction pour aller à la zone VIP, et les prix pratiqués par l’organisation étaient absolument inacceptables. Le VIP était scandaleux en comparaison à n’importe quel autre championnat mondial. 
Pire que tout, les meilleurs chevaux de saut d’obstacles au monde étaient contraints de concourir pendant le moment le plus chaud de la journée TROIS JOURS DE SUITE. Ce n’était manifestement pas respectueux pour eux, mais pour les cavaliers non plus. Lorsque nous étions au Kentucky en 2010, la météo avait été prise en compte lors de la réalisation du programme sportif. À Tryon, personne n’a pris en considération le facteur chaleur. 
Remettre tous les problèmes rencontrés sur le compte de l’ouragan n’est pas valable. Il y a eu un manque d’efforts, un manque de respect du cheval, personne n’a pris la mesure de ce qu’accueillir un championnat du monde implique. Personne n’a pensé à ce qui rend tout le monde heureux d’être ici, en tant que propriétaire, cavalier, sponsor et supporter.
Le complexe sportif mis de côté, je trouve que le sport a été superbe. Félicitations à l’équipe américaine pour son incroyable victoire et bonne chance à tous pour la compétition individuelle. Peu importe qui s’impose, le titre sera mérité. Tout le crédit va aux cavaliers, et pas aux installations. 
J’aimerais exprimer ma reconnaissance à mes coéquipiers, qui ont travaillé dur pour que nous puissions former la meilleure équipe possible. Notre but était de décrocher notre qualification olympique en faisant partie des six meilleures équipes. Nous avons fait de notre mieux, il est donc décevant que nous n’ayons pu y parvenir. Je n’ai malheureusement pas monté au mieux le premier jour, mais je suis si fier de mon élève Kara Chad, qui, grâce à une superbe performance le deuxième jour, a réussi à nous faire rester dans la course pour la qualification olympique. L’expérience qu’elle a engrangé est incroyable. Le jeune cheval de Mario (Deslauriers, ndlr)a lui aussi appris, ce qui nous servira pour la finale de la Coupe des nations de Barcelone dans deux semaines. 
J’ai hâte de représenter le Canada à Barcelone aux côtés de Kara, Mario et Lisa Carlsen, qui était notre remplaçante aux Jeux équestres mondiaux, et une super coéquipière.”
 

À lire également...

Réagissez

  • mire - le 23/09

    Au moins , c' est dit……… Pas de langue de bois, c' est si rare, mais pas de quoi inviter des mécènes à Investir, n' est ce pas Monsieur P.Rozier!!!

Le mag

GRANDPRIX #100 GRANDPRIX n°100 OCTOBRE

GRANDPRIX #100

(GRANDPRIX n°100 OCTOBRE)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Instagram

Twitter