Steve Guerdat et ses camarades frappent très fort

Avec une aisance déconcertante, le champion olympique Steve Guerdat a pris les rênes des Jeux équestres mondiaux de Tryon.
Crédit : Martin Dokoupil/FEI

Jeudi 20 septembre - 00h50 | À Tryon, Lucas Tracol

Steve Guerdat et ses camarades frappent très fort

Premier acte des Jeux équestres mondiaux de Tryon, la Chasse a aujourd’hui réservé un long mais superbe spectacle. Sur ce parcours où la vitesse est reine, le Suisse Steve Guerdat a été le meilleur grâce à son exceptionnelle Bianca, supplantant le Brésilien Pedro Veniss avec Quabri de l’Isle et le surprenant Rowan Willis sur Blue Movie. Par équipes, la Suisse domine aussi d’une courte tête, face à de très dangereuses compositions néerlandaise et brésilienne. Si sur le papier les Bleus ne sont pas en haut des classements provisoires, ils sont idéalement placés pour réaliser une percée dans les deux prochains jours. 

 - Steve Guerdat et ses camarades frappent très fort

Troisième de la Chasse, Rowan Willis court à Tryon son tout premier championnat.
Crédit : Martin Dokoupil/FEI

Dès 9h aujourd’hui (15h heure française), les cavaliers engagés aux Jeux équestres mondiaux de Tryon se sont élancés sur le parcours de Chasse sous une chaleur plombante. Pour tous, l’objectif était évidemment de figurer au mieux ce soir grâce au meilleur chronomètre possible. La Chasse permet en effet de déterminer le classement provisoire du championnat individuel, mais aussi par équipes. Pour rappel, une barre à terre ajoute quatre secondes au chronomètre final, et les refus ne sont pas pris en compte.
 
Et aujourd'hui, rien ne pouvait se mettre en travers de la route de Steve Guerdat. Juché sur sa bondissante et si régulière Bianca, le champion olympique suisse a littéralement écrasé la concurrence grâce à un sublime parcours sans faute conclu en 76“33. Sur le tracé d’Allan Wade, la baie, pourtant d’ordinaire très délicate, a semblé acquiescer à chacune des demandes de son pilote. Le couple poursuivra donc la compétition avec un score vierge, contre 0,17 points pour leurs dauphins, Pedro Veniss et Quabri de l’Isle. En milieu d’épreuve, le Brésilien et son superbe alezan brûlé avaient en effet pris les commandes du championnat au mérite d’un parcours tout aussi fluide. Le duo a arrêté le chronomètre Longines en 76“68, sans que l’on ait l’impression qu’ils aillent à toute vitesse. La marque des grands. Sur ce podium très provisoire, Rowan Willis a été l’invité surprise grâce à sa très énergique Blue Movie, qui, malgré quelques sursis, a réussi à laisser toutes les barres sur leurs taquets. En 76“95, ils devancent ce soir le centaure allemand Marcus Ehning. Rien que ça!
 
Comme d’habitude sans en avoir l’air et avec une fluidité rare, le maitre de la Mannschaft a une fois de plus frappé sur son Pret A Tout, l’alezan avec qui il remportait le Grand Prix du CSIO 5* d’Aix-la-Chapelle en juillet. De quoi redonner des couleurs à l’Allemagne, pas idéalement embarquée dans ce mondial. Pour cause, si Simone Blum et la géniale DSP Alice ont joué placé avec une vingt-et-unième place, leurs compatriotes Maurice Tebbel et Laura Klaphake sont beaucoup plus loin dans le classement. Alors que le premier s’est fait piéger sur l’oxer n°12 avec Don Diarado, la jeune prodige a quant à elle essuyé un refus sur le mur de Catch Me If You Can, chose qui ne ressemble pas à la sensationnelle baie, et dont la cavalière prend tout le crédit. La Mannschaft pointe ce soir à la huitième place avec un total de 9,90 points. 
Par équipes, les Helvètes sont ce soir aux commandes avec un total de 2,64 points. Martin Fuchs a lui aussi réussi son coup puisqu’il se place cinquième avec l’efficace Clooney. Superbe prestation également de Janika Sprunger et Bacardi VDL, que l’on n’a jamais vu aller aussi vite
 
Les tenants du titre ne semblent toutefois pas prêts à laisser une part du gâteau puisque les Néerlandais sont pour l’heure deuxièmes avec 4,35 points, particulièrement grâce aux bonnes entrées en matières du numéro un mondial Harrie Smolders, de Marc Houtzager et de Jur Vrieling. À 6,42 points ce soir, les Auriverdes menés par Pedro Veniss semblent également en forme, même si individuellement Pedro Junqueira Muylaert et Luiz Francisco de Azedevo ne sont pas en haut de peloton. Sacrée déconvenue pour leur coéquipier Yuri Mansur, qui après une faute sur l’entrée du double n°3 a essuyé un refus de la pourtant si généreuse révélation de la finale de Coupe du monde Longines de Paris, Ibelle Ask. Avec un écart infime de 0,17 points, les Américains sont pour le moment bien placés en embuscade, particulièrement grâce aux démonstrations signées Laura Kraut et McLain Ward, respectivement sur Zeremonie et Clinta. Déception en revanche pour Devin Ryan et l’incroyable Eddie Blue, trente-huitièmes en raison d’une faute sur la sortie du deuxième double. 
Si on ne les attendait pas si haut, les Australiens sont pour l’heure cinquièmes, évidemment en grande partie grâce à Rowan Willis. Ses compatriotes Billy Raymont et Jamie Kermond sont trente-quatre et trente-cinquièmes, et on imagine mal leur équipe aller plus haut jusqu’au bout de la compétition. Mais après tout, le sport n’est-il pas le plus grand vecteur de surprises? Wait and see… À noter qu’ils concourent sans leur pilier Edwina Tops-Alexander, qui a fait le choix de ne pas faire le déplacement. 
 
Avec des écarts de points aussi infimes, la première manche de la Coupe des nations demain devrait sans le moindre doute rebattre les cartes.

Les Bleus sixièmes mais à pas grand-chose du podium

Les Bleus sixièmes mais à pas grand-chose du podium - Steve Guerdat et ses camarades frappent très fort

Déçu de sa faute, Kevin Staut a souligné le superbe état de forme de Rêveur de Hurtebise*HDC.
Crédit : Scoopdyga

Troisième au départ ce matin, Nicolas Delmotte a lancé les Bleus de la meilleure des manières avec Ilex VP, en signant ce qui a été le premier des trois parcours parfaits réalisés par le quatuor de Philippe Guerdat. Avec tout autant de liant, Alexandra Francart en a fait de même sur le classique Volnay du Boisdeville, que l’on a avait encore jamais vu dans un tel tempo. Alexis Deroubaix a lui été un peu plus prudent – un peu trop à son goût – mais a tout de même ravi tout son entourage grâce à un très beau sans-faute sur le métronome Timon d’Aure. En individuel, ces trois couples sont pour l’heure entre les vingt-deux et trente-deuxième places, à moins d’une barre de la tête. On vous le disait, les écarts sont infimes… 
 
De son côté, Kevin Staut s’est dit partagé entre joie et colère vis-à-vis de lui-même en sortie de piste. Lorsque l’on sait finalement qu’il aurait pu prendre les commandes du championnat ce soir, on le comprend. Invité de dernière minute, son complice Rêveur de Hurtebise*HDC a montré une forme éblouissante sur les dix-sept efforts. Le tout, à une vitesse et dans un tracé assez dingues. Du haut de ses dix-sept ans, le fils de Kashmir van’t Schuttershof, s’est promené mais n’a pu sauver la faute sur l’ultime obstacle, franchissant les cellules en 76“08. Le meilleur chronomètre de la journée. Malheureusement, cette barre jaune à terre, résultat d’une erreur de cavalier selon le Normand, a ajouté quatre secondes à leur temps. Douzièmes, ils poursuivront le championnat avec 1,87 points, rien de catastrophique donc. 

Les flops

Les flops - Steve Guerdat et ses camarades frappent très fort

Extrêmement réguliers depuis plusieurs saisons, Eduardo Alvarez Aznar et Rokfeller de Pleville sont passés à côté de la Chasse.
Crédit : Scoopdyga

Comme toujours, la Chasse réserve son lot de mauvaises surprises. Si rien ne se gagne à l’issue de ce premier rendez-vous, tout peut se perdre et c’est ce qu’il est arrivé à cinq cavaliers éliminés. Sous couleurs israéliennes depuis peu, l’ex-Américaine Ashlee Bond aurait certainement aimé porter ses nouvelles couleurs plus haut, mais cette dernière a été déséquilibrée à la réception d’un énorme saut de Chela LS. Comme elle, l’Espagnole Pilar Lucrecia Cordon a été désarçonnée de Grand Cru van Rozenberg, qui n’a pu prendre son appel pour franchir l’entrée du double n°3 après un abord quelque peu approximatif. Son compatriote Eduardo Alvarez Aznar n’est pas tombé, mais il devait légitimement espérer mieux. L'hyper régulier Rokfeller de Pleville Bois Margot et lui ne se sont pas compris à l'abord du n°9 qu'ils n'ont pu franchir du premier coup, avant de commettre deux fautes en fin de parcours. Sale journée pour les Hispaniques qui sont pour l’heure vingt-quatrièmes derrière le Portugal et l’Espagne. 
 
Du côté des Britanniques, leur grande époque est désormais bien lointaine. Ce soir, les Hommes de Di Lampard sont seizièmes avec près de onze points de retard sur la tête. Il faut dire que cette équipe était loin de figurer favorite sur le papier, et que le score de 5,46 points de William Funnell, le plus capé des quatre cavaliers, ne compte pas pour l’équipe. Tant bien que mal, William Whitaker et le génial Utamaro d’Ecaussines, vingt-huitièmes avec 3,14 points, tentent de garder l’Union Jack à flot. 
Toujours du côté des déceptions, la Belgique n’est pas en reste avec sa treizième place virtuelle. Si son meilleur représentant Nicola Philippaerts a réalisé un bon sans-faute sur H&M Chilli Willi -qui n’est pas le cheval le plus rapide du monde-, Jos Verlooy et son Igor ont lourdement fauté à la rivière, Niels Bruynseels et Cas de Liberté ont été très lents, et Pieter Devos a essuyé un refus et commis une faute avec Espoir. Sale temps pour le plat pays… Championne d’Europe en titre, l’Irlande menée par Rodrigo Pessoa n’a pas réellement convaincu non plus, puisqu’elle n’a pu compter que sur deux performances honorables de Cian O’Connor, fautif à une reprise sur Good Luck, et Shane Sweetnam, pour le moment quinzième avec Chaqui Z. 
 
Demain dès 9h (15h heure française), la première manche de la Coupe des nations devrait chambouler cette hiérarchie très provisoire. Les médailles par équipes seront distribuées vendredi après la deuxième étape du combat des drapeaux. 
 
Les résultats individuels ici
Les résultats par équipes ici
 
 

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #113 GRANDPRIX n°113 FÉVRIER

GRANDPRIX #113

(GRANDPRIX n°113 FÉVRIER)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter