Les voltigeurs entrent en scène à Tryon

Il y a quatre ans, Lambert Leclezio avait ébloui le Zénith de Caen en se classant sixième sous le drapeau mauricien.
Crédit : Scoopdyga

Mardi 18 septembre - 17h34 | Léa Dall'Aglio

Les voltigeurs entrent en scène à Tryon

Place à la voltige, dès ce soir, aux Jeux équestres mondiaux de Tryon ! La première épreuve, les Imposés, se tient ce mardi dès 19h30 (heure française), tandis que la finale de la discipline aura lieu samedi. Les Français ont leur chance en individuel. 

LES BLEUS

Alors que la Fédération française d'équitation a décidé, cet été, de ne finalement pas envoyer d'équipe à Tryon, c'est un collectif réduit qui défendra le drapeau tricolore, uniquement en individuel. Les Bleus ne pourront pas non plus défendre leurs chances de médaille dans la toute nouvelle Coupe des nations. L'espoir repose sur quatre individuels : une fille et trois garçons. 

Chez les femmes, Manon Noël (Kirch de la Love et Kevin Moneuse) a réalisé une belle saison, notamment grâce à une quatrième place dans sa première finale de Coupe du monde, cet hiver, suivie d'une médaille d'argent dans le prestigieux CVI 3* de Saumur. L'objectif est de se qualifier pour la finale.

Chez les garçons, la ou les médaille(s) sont attendues. Lambert Leclezio (Poivre Vert et François Athimon) défend les couleurs de la France pour la première fois à l'international, alors qu'il a été sacré champion du monde au Mans, en 2016, où il représentait l'Île Maurice. Vincent Haennel (Ultrachic*HDC et Fabrice Holzberger-Cottin) et Clément Taillez (Dyronn et Cédric Cottin-Holzberger), tous deux envoyés par les écuries alsaciennes de la Cigogne, ont également toutes les cartes en main pour décrocher l'or, du moins monter sur le podium. Lambert Leclezio avait été découvert aux Jeux équestres mondiaux de Caen où il avait fini sixième, juste devant Vincent Haennel, qui commençait à faire de belles performances. 

LES FAVORIS

Si les Français apparaissent comme favoris chez les garçons, qui prendraient alors la succession de Jacques Ferrari, médaille d'or en 2014 (déjà Poivre Vert et François Athimon), et Nicolas Andreani, en argent, la concurrence ne sera pas à négliger, notamment du côté des Allemands. Thomas Brüsewitz avait fini quatrième lors des JEM de Caen et a remporté, cet été, le CHIO d'Aix-la-Chapelle cet été. Jannis Drewell a, quant à lui, remporté la Coupe du monde cet hiver et avait obtenu l'argent lors des championnats d'Europe 2017. Il faudra également surveiller le Hongrois Balazs Bence, le Suisse Lukas Heppler et le Colombien Juan Martin Clavijo. 

La Britannique Joanne Eccles a également laissé la place libre à sa succession et elles seront 31 à tenter leur chance. Manon Noël devra rivaliser avec de grands noms de la discipline : l'Autrichienne Daniela Fritz, l'Italienne Anna Cavallaro (deuxième à Caen), et les Néerlandaises Claire de Ridder et Carola Sneekes, mais surtout, encore une fois, les Allemandes : Sarah Kay (vainqueur à Saumur) et Kristina Boe, qui ne descend plus des podiums depuis deux ans. 

 

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #109 GRANDPRIX n°109 SEPTEMBRE

GRANDPRIX #109

(GRANDPRIX n°109 SEPTEMBRE)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter