“Je soutiens pleinement l’annulation de la course d’endurance”, Ingmar de Vos

Crédit : Scoopdyga

Samedi 15 septembre - 00h48 | À Tryon, Sébastien Roullier

“Je soutiens pleinement l’annulation de la course d’endurance”, Ingmar de Vos

Voici l’intervention d’Ingmar de Vos à la suite de l’invraisemblable course d’endurance des Jeux équestres mondiaux de Tryon, tronquée puis annulée mercredi en fin d’après-midi aux États-Unis. Le président belge de la Fédération équestre internationale s’est exprimé publiquement pour la première fois lors d’une conférence de presse qui s’est tenue en début après-midi. On aurait aussi aimé entendre le Français Jean-Pierre Allégret, président du jury de la course, au sujet des graves dysfonctionnements qui ont entaché le début de la compétition, mais il ne répond pour l’heure à aucune sollicitation. Et près de quarante-huit heures après l’annulation de la course, la FEI est toujours en train de traiter et d’analyser les données sportives…

“Nous voulions nous exprimer dès hier à ce sujet, mais nous avons attendu de pouvoir délivrer autant d’informations et de données que possible. Nous voulions également traiter en priorité la réclamation, en première instance et en appel, déposée par l’Espagne (qui demandait à ce que des médailles soient remises aux cavaliers et équipes en tête au moment où la course a été arrêtée par le jury, ndlr). Toutes les données n’ont pas encore été compilées, mais nos équipes y travaillent et nous ne voulions pas attendre plus longtemps avant de nous exprimer.
 
D’abord, on le sait, plusieurs équipes ont été égarées au début de la course. Nous avons besoin de comprendre réellement ce qui a pu se passer, ce pourquoi nous avons immédiatement diligenté une enquête à l’Unité d’intégrité de la communauté équestre (ou Equestrian Community Integrity Unit, ECIU). Deux enquêteurs mènent actuellement une investigation complète au sujet des circonstances qui ont provoqué cela. Toutes les personnes qui doivent l’être seront entendues. L’objectif est de comprendre d’où a pu venir la confusion, et que cela ne se reproduise plus à l’avenir. Nous rendrons leurs conclusions publiques dès que le bureau de la FEI aura reçu leur rapport.
 

“Je peux vraiment comprendre la frustration des cavaliers”

 
Quant à l’annulation de la course, ce fut une décision très difficile à prendre d’un côté, parce que nous savions à quel point les cavaliers et leurs chevaux s’étaient entraînés si dur et depuis si longtemps en vue de cet objectif et que nous mesurions tout le travail accompli par les organisateurs de cet événement pour mettre sur pied cette course sur cette magnifique piste (sic), mais aussi très facile d’autre part, parce que les vétérinaires et juges ont le devoir de veiller à tout instant au bien-être des chevaux, et pas seulement des meilleurs, mais de tous les chevaux en lice. Je peux vraiment comprendre la frustration des cavaliers. C’est une décision très dure pour eux et forcément impopulaire. Cependant, nos officiels ont sauvé notre sport en privilégiant le bien-être des chevaux, qui reste notre priorité. Nous avons été beaucoup critiqués sur ce point par le passé. Et durant cette course, nous avons clairement respecté cette priorité. Et je soutiens pleinement cette décision.
 
Au vu des données climatiques et des signes cliniques des chevaux présentés au vet gate, nous avons immédiatement organisé une réunion de crise avec le président du jury (le Français Jean-Pierre Allégret, ndlr), le délégué technique (le Portugais Rui Amante, ndlr) ainsi que les vétérinaires et organisateurs, et la décision a alors été prise de stopper la course. L’humidité a augmenté de façon très importante après le gros orage que nous avons subi et le retour d’un soleil très fort. Normalement, les conditions climatiques auraient dû s’améliorer après 16h, mais elles ont empiré jusqu’à atteindre un niveau critique. Sans oublier que les pistes étaient en train de devenir très glissantes, ce qui demandait encore plus d’énergie aux chevaux.
 

“Pour l’heure, aucune sanction n’a été prise”

 
Les données officielles de la course n’ont pas encore été validées. Cela prend du temps, mais il est absolument vital que le processus soit mené correctement dans la mesure où les périodes de repos obligatoires imposées aux chevaux dépendent de ces données, et notamment des distances parcourues et des éliminations intervenues pour raisons métaboliques, ainsi que des traitements et de l’historique de chaque cheval.
 
Concernant l’appel déposé par l’Espagne, il a été traité hier par une commission composée de trois membres, qui ont décidé de confirmer la décision du jury et de ne pas attribuer de médailles puisque la course a été annulée avant que le moindre cheval n’ait couvert toute la distance (120km puisque la première boucle de 40km avait déjà été neutralisée, ndlr) et franchi le dernier vet gate.
 
Pour l’heure, aucune sanction n’a été prise à l’encontre de qui que ce soit parce que cela doit être fait de façon juste. De nombreux incidents ont été constatés à gauche et à droite (notamment après l’annulation de la course, lorsque les officiels ont été pris à partie par les concurrents, excédés par cette décision et par toutes les défaillances constatées depuis le début de la journée, ndlr), et si certains doivent faire l’objet de poursuites, nos instances s’en saisiront, mais nous devons aussi respecter le droit de la défense et entendre les personnes éventuellement concernées afin qu’elles puissent livrer leur version des faits avant de finaliser le processus.”

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #109 GRANDPRIX n°109 SEPTEMBRE

GRANDPRIX #109

(GRANDPRIX n°109 SEPTEMBRE)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter