L’Allemagne toute puissante et une bataille acharnée pour le podium

Comme il y a quatre ans, l'Allemagne repartira des Mondiaux avec le titre par équipes.
Crédit : Scoopdyga

Vendredi 14 septembre - 00h57 | À Tryon, Lucas Tracol

L’Allemagne toute puissante et une bataille acharnée pour le podium

Les Allemands partaient favoris dans la compétition par équipes des Jeux équestres mondiaux, et ils n’ont pas flanché. Au terme des deux jours de Grand Prix, le quatuor composé de Jessica von Bredow-Werndl, Dorothee Schneider, Sönke Rothenberger et Isabell Werth a décroché le plus beau des métaux à Tryon, devant un quatuor américain combattif et une Grande-Bretagne à rien d’une médaille en chocolat. 

 - L’Allemagne toute puissante et une bataille acharnée pour le podium

Isabell Werth semble bien partie pour prendre sa revanche sur les Jeux équestres mondiaux de Normandie.
Crédit : Scoopdyga

Hier déjà, l’Allemagne avait pris les commandes de la compétition grâce aux prestations de Jessica von Bredow-Werndl sur TSF Dalera BB et Dorothee Schneider juchée sur Sammy Davis Jr. Avec une facilité presque déconcertante, leurs compatriotes ont scellé ce résultat aujourd’hui sur le terrain principal du Tryon Equestrian Center. Sous un soleil de plomb, Sönke Rothenberger a d’abord montré Cosmo 59 sous son meilleur jour, obtenant la moyenne de 81.444%, leur plus beau score en Grand Prix. Déjà parés d’or à Rio de Janeiro, le couple a aujourd’hui confirmé qu’il faisait partie des meilleurs, après s’être préparé à l’abri des regards tout l’hiver. 

Que dire ensuite de la prestation impeccable d’Isabell Werth ? Parmi ses quatre chevaux de Grand Prix, la reine du dressage mondial a choisi Bella Rose 2, celle qu’elle trouve la plus exceptionnelle. Et malgré quatre années loin des terrains de compétition après une blessure contractée lors des Jeux équestres mondiaux de Normandie, l’alezane est bien de retour au sommet. Pari réussi pour la cavalière la plus titrée des sports équestres, qui est sortie du rectangle avec 84.829%. Piaffers impeccables (9,6 points pour le premier !), allongements au trot ahurissants, énergie et élévation remarquables au passage ; tout a semblé être une formalité pour le couple. Un tel retour n’a pas manqué d’émouvoir Isabell Werth, qui malgré ses innombrables titres n’a pu retenit ses larmes en sortie de piste et en conférence de presse.

La Grande-Bretagne à 0,172 point du chocolat

La Grande-Bretagne à 0,172 point du chocolat - L’Allemagne toute puissante et une bataille acharnée pour le podium

Nouvelle pépite de Charlotte Dujardin, Mount St John Freestyle n'a pas déçu pour son premier grand rendez-vous.
Crédit : Scoopdyga

Vivement encouragée par les tribunes, la nation hôte a décroché l’argent, évidemment menée par Laura Graves et le chevronné Verdades. Dès le début de leur reprise, il a semblé évident qu’ils ne pourraient surpasser Werth et Bella Rose, mais le bai de seize ans et sa complice ont convaincu à hauteur de 81.537%. Les 76.739% et 74.850 de Kasey Perry-Glass sur Goerklintgaards Dublet et Adrienne Lyle associée à Salvino ont largement participé à cette médaille d’argent. S’il a dû changer de monture au dernier moment et que son score n’a pas compté dans ce match des nations, Steffen Peters est lui aussi monté sur le podium. Une place pas volée pour celui qui représente la bannière américaine depuis si longtemps. Cette breloque supplémentaire est un joli cadeau pour le chef d’équipe Robert Dover, dont le contrat viendra à son terme dans quelques semaines. 
Si l’écart entre les États-Unis et l’Allemagne est finalement assez important, (plus de neuf points), la Grande-Bretagne n’est pas passée si loin de l’argent. 
 
Pour moins de quatre petits points, l’Union Jack est aujourd’hui en bronze, avec de belles promesses pour le futur. Carl Hester et Charlotte Dujardin, piliers de cette composition, ont en effet présenté leurs deux jeunes cracks Hawtins Delicato et Mount St John Freestyle, qui n’avaient jusqu’alors concouru qu’en Grande-Bretagne. Encore perfectibles mais déjà remarquables pour une telle première, leurs prestations ont été appréciées à 77.283% et 77.764% par les juges. “Pendant des années, tout le monde ne voyait le dressage britannique qu’à travers Valegro. En venant ici, nous voulions prouver que nous avions un beau réservoir de chevaux, et c’est chose faite”, a justement souligné Carl Hester. 
 
Ce soir, les Suédois doivent sans doute accuser le coup... Pour cause, le bronze leur a échappé pour 0,172 points. Un écart infime, qui a bien failli être compensé par la très généreuse moyenne que la juge en F (une suédoise...!) offerte à Patrik Kittel. Avec Well Done de la Roche CMF, ce dernier a en effet obtenu des notes entre 76% et 79%, sauf de la part de ladite juge qui l’a crédité de 81.196%. 
Parés de bronze il y a quatre ans à Caen, les Néerlandais n’ont aujourd’hui pu faire mieux qu’une cinquième place. Comme toujours, Edward Gal a été la locomotive de cette composition, obtenant 77.189% avec le surpuissant Glock’s Zonick NOP. 

Pour rappel, les six meilleurs équipes de ce championnat ont obtenu leur ticket pour les Jeux olympiques de Tokyo 2020, à savoir l'Allemagne, États-Unis, Grande-Bretagne, Suède, Pays-Bas et Espagne. Après avoir fait l'impasse sur le rendez-vous mondial, la France devra donc se battre aux championnats d'Europe de Rotterdam l'an prochain pour espérer faire le voyage jusqu'en Asie dans deux ans. Les Bleus devront ainsi figurer parmi les trois meilleures nations face au Danemark, à la Belgique, au Portugal et à la Suisse. 
 
Demain dès 10h30 (16h30 heure française), les trente meilleurs couples du Grand Prix seront invités à prendre part au Grand Prix Spécial, à l’issue duquel de nouvelles médailles seront attribuées. Isabell Werth décrochera-t-elle enfin son premier grand titre individuel avec Bella Rose 2 ? Laura Graves et Verdades pourront-ils se mettre en travers de leur route ? Sönke Rothenberger et Cosmo réaliseront-ils un coup d’éclat ? La réponse demain ! 
 
Les résultats par équipes ici
Les résultats individuels ici

Les réactions ci-dessous : 
Isabell Werth
Charlotte Dujardin
Carl Hester 

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #101 GRANDPRIX n°101 NOVEMBRE

GRANDPRIX #101

(GRANDPRIX n°101 NOVEMBRE)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Instagram

Twitter