La vraie vie des propriétaires

Image d'illustration
Crédit : © DR

Mercredi 12 septembre - 09h52 | Maxence Magnin

La vraie vie des propriétaires

Être propriétaire de son propre cheval est l’objectif de nombreux cavaliers et cavalières qui  rêvent de pouvoir enfin faire ce qu’ils veulent avec leur monture. Toutefois, la réalité est beaucoup plus dure que ce que l’on peut imaginer lorsqu’on possède son propre cheval. Revue des faits et réalités qui prouvent qu’être propriétaire n’est pas forcément tout rose.   

Manger des pâtes et encore des pâtes. Eh oui, entre l’équipement, le cheval en lui-même, la pension, les cours, les frais de vétérinaire, etc… être propriétaire ne vous rend pas forcément plus riche, bien au contraire. Mais comme le dit l’adage : quand on aime, on ne compte pas ! 
Passer sa vie avec ses chevaux. C’est en quelque sorte, une obligation. Si les chevaux sont aux écuries, alors le temps à s’occuper de ses chevaux est minimisé. Toutefois, si vos montures sont dans vos prés, alors le temps à aller s’en occuper quotidiennement pour s’assurer que tout va bien est tout de même conséquent pour une personne active. 
Parler toujours de son cheval. Propriétaire ou non, parler de son cheval ou de son poney pour un cavalier est naturel. Mais lorsqu’il s’agit de sa propriété, la fierté est d’autant plus grande et on ne peut donc s’en n’empêcher. 
Être plus stressé. Être propriétaire est considérablement une dose de stress supplémentaire, principalement lorsque votre cheval est malade ou sur le point de l’être. Considéré comme un membre de votre famille, l’inquiétude est donc grande lorsque celui-ci n’est pas dans son assiette. 
 

 - La vraie vie des propriétaires

Image d'illustration
Crédit : © DR

Faire de la sellerie son magasin préféré. Lorsque ce n’est pas la couverture déchirée, c’est au tour de l’étrivière d’être changée car elle a lâché. Bref, il y a toujours une raison pour aller acheter ou changer quelque chose à la sellerie du coin pour soi ou son cheval. 
Se transformer en vétérinaire. Lors d’une blessure, votre cheval peut nécessiter des soins quotidiens spécifiques que seul votre vétérinaire vous a montrés. Si votre cheval est à  la maison, vous devez donc enfiler une nouvelle casquette pour le bien de votre protégé(e). 
Être un(e) pro de la logistique. Entre faire venir le maréchal-ferrant, gérer l’approvisionnement en foin, s’assurer quotidiennement que tout va bien, faire des soins, etc… être propriétaire demande des qualités d’organisation et de logistiques exceptionnelles. Bref, quand on est propriétaire, on ne s’ennuie jamais. 
 

Mis à part toutes ces horribles réalités, être propriétaire de son cheval est avant tout un  grand bonheur qui permet de passer et de partager de très bons moments seul avec sa monture ou ses ami(e)s.

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #101 GRANDPRIX n°101 NOVEMBRE

GRANDPRIX #101

(GRANDPRIX n°101 NOVEMBRE)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Instagram

Twitter