Le palmarès des Cycles Libres à la Grande Semaine de Fontainebleau

Henzo Ti de l’Epinette, maître du Cycle Libre 2ème année 5 ans
Crédit : PSV/Morel

Mardi 28 août - 12h50 | Lucas Tracol (avec communiqué)

Le palmarès des Cycles Libres à la Grande Semaine de Fontainebleau

La Grande Semaine de Fontainebleau bat son plein, et les finales des Cycles Classiques débutent aujourd’hui. Avant que les premiers résultats ne tombent, retour sur les titres décernés dans les Cycles Libres. 

 - Le palmarès des Cycles Libres à la Grande Semaine de Fontainebleau

Crédit : PSV/Morel

Dubai De La Noé l’emporte dans Le Cycle Libre 1ère année 5 ans
Samedi sur le Grand Parquet de Fontainebleau, la finale du Cycle Libre 1ère année 5 ans a vu la victoire de Dubai de la Noé, fils du célèbre Kannan, présenté par Nicolas Moorgat pour le compte de l’écurie Bost. Le Selle Français s’est notamment vu gratifié d’une note de 18 en Style.
 
Né au Haras de la Noé, en Loire-Atlantique, alors propriété de Dorothée Amar, le mâle bai a rejoint les écuries Bost à l’âge de 4 ans, en octobre 2017, pour y faire ses gammes et évoluer avec, à terme, un objectif commercial. Repéré par la famille Bost et son actuel cavalier, Nicolas Moorgat, le fils du réputé Kannan a tout de suite séduit. “Nous faisons beaucoup de commerce et au cours d’une tournée pour voir des chevaux nous avons eu un vrai coup de cœur ! Il a une superbe tête et est très respectueux. Il n’a, par exemple, pas fait tomber une barre de l’année. Savoir que nous entrons en piste avec un cheval qui a 99% de chance d’être sans-faute rend les choses plus simples ! Couplé à une bonne tête cela devient facile de faire du concours”, sourit le cavalier Nicolas Moorgat.
À Fontainebleau, le petit fils du Selle Français Hurlevent partait en bonne posture puisqu’il disposait d’emblée de deux points de bonification. À cela est venue s’ajouter une moyenne de 16,5 lors de la NEP et deux parcours parfaits pour couronner le tout, synonymes d’une victoire et d’un titre de champion de France. 
Le bai devrait être essayé plusieurs fois cette semaine afin d’être commercialisé. S’il ne trouve pas preneur,“il bénéficiera de repos en Normandie, dans ma structure, et pour l’année prochaine nous verrons en fonction de lui. Rien n’est encore décidé”, conclut le partenaire du champion de France. 
Dans ce même championnat, Diabolo de la Chaise s’est emparé de la médaille d’argent sous la selle de Quentin Nolin, déjà vainqueur du Cycle Libre 1ère année 4 ans. Le Poney Français de Selle, fils d’Udaipur Nordmann, s’est vu attribuer une moyenne de 16 en présentation. Auteur de deux parcours parfaits, le mâle bai né chez Jean-Louis Blandin, dans la Manche, n’a pas touché une seule barre de la compétition. Le podium a été complété par Daltaelle de Grée et Christophe Bonnin. La grise, fille du Connemara Kefir de l’Étang et d’une mère par Royal Feu, avait débuté la saison en Cycle Classique Poney avant de se tourner début juin vers le Cycle Libre et de réaliser six parcours parfaits sur huit courus, dont notamment deux à l’occasion du CIR du Lion d’Angers. Née à l’élevage de Grée, en Loire-Atlantique, la tonique grise a confirmé son potentiel.

 - Le palmarès des Cycles Libres à la Grande Semaine de Fontainebleau

Easy Jump d’Ormange, vainqueur dans le Cycle Libre 1ère année 4 ans
Crédit : PSV/Morel

Easy Jump d’Ormange règne dans le Cycle Libre 1ère année 4 ans
Le Championnat Cycle Libre 1ère année 4 ans a ouvert le bal des médailles dans le cadre de la Grande Semaine de Fontainebleau. L’or est revenu à la pétillante Easy Jump d’Ormange présentée par le jeune Quentin Nolin.
Le championnat a débuté de la meilleure des manières pour la petite jument fille de Very Good de la Bonn, performer international sous la selle du Suisse Pius Schwizer. Elle décroche l’incroyable moyenne de 17 grâce à ses deux notes en dressage en Style lors de la NEP. Un parcours parfait le lendemain sur le mythique Grand Parquet couplé à ses deux points de bonification obtenus au CIR lui offre ainsi le titre de championne de France. Une médaille qui vient couronner une belle saison débutée fin juin seulement et marquée par quatre parcours sans pénalité sur cinq sorties en Cycle Libre. La jument Selle Français n’a d’ailleurs jamais caché son talent sur les barres, séduisant dès le départ son monde. “Dès ses premiers sauts en liberté elle a immédiatement montré ses qualités. Elle a toujours adoré et cela a toujours été facile. Lors du premier concours, les 3 ans montés à Rosières-aux-Salines, nous nous sommes demandés quel lion nous avions fait ! Mon conjoint la montait et nous l’avons emmené dans la carrière du bas du Haras National. Elle s’est mise debout et a explosé dans tous les sens. Finalement, et heureusement, dans la carrière de présentation avec les autres chevaux elle n’a pas bougé. Elle est ensuite arrivée au travail chez Mathieu Schmitt qui, il y a trois mois, l’a engagée pour voir sur trois parcours aux Maillys fin juin sous la selle de son jeune cavalier Quentin Nolin. Elle a réalisé trois sans-faute, comme si elle était à la maison !”.

Toutefois, la petite fille d’Eliott du Gué possède un physique plutôt frêle, ce qui lui a valu certaines critiques au départ. “Pouliche, Easy était très gentille, très proche de l’homme mais très joueuse. Elle était jolie mais n’a jamais été très grande. Elle a d’ailleurs souvent été rabaissée par rapport à sa taille ! Par exemple, lors des 3 ans à Rosières-aux-Salines, Easy était la crevette du lot et lorsque nous l’avons présentée à la toise la personne en charge nous a dit de revenir cette après-midi pour l’épreuve poneys ! Finalement elle a eu la meilleure note à l’obstacle”, sourit la passionnée.
La propriétaire a par ailleurs tenu à saluer le cavalier d’Easy, qui a mené la petite bai jusqu’au titre. “Malgré sa jeunesse, Quentin a été impressionnant de professionnalisme et de sang-froid lors de cette finale ! Nous sommes contents d’avoir pu l’aider à obtenir un petit sésame doré et commencer ainsi son palmarès et sa carrière. C’est une histoire sympa”, a conclu Agata Przychocki.
La médaille d’argent quant à elle dû être partagée pour revenir à Espoir de l’Igue et Eye Catcher de Lourcq. Le premier, aux commandes de Philippe Darcas, est un fils de Taquin des Champs et d’une mère par Ogrion des Champs. Le Selle Français a signé six parcours au score parfait sur huit sorties cette saison. À Fontainebleau, le mâle alezan a reçu une moyenne de 16,5 lors de la NEP et n’a effleuré aucune barre sur le vaste terrain en herbe. Même scénario pour l’autre vice-champion de France ; Eye Catcher de Lourcq, Poney Français de Selle fils du célèbre Aron N*SL et d’une mère par Envol d’Angrie. Sellé par Audrey Poezevara, le performant mâle bai, né dans l’Aisne à l’élevage de l’Ourcq d’Aurélie Bigot et Romain Labarre, a encore une fois brillé après s’être illustré tout au long de l’année. Il termine lui aussi son championnat avec un double sans faute et une NEP de 16.5/20.

Chanel du Lavillon sacrée dans le Cycle Libre 3èmeannée 6 ans
Dans les Cycles Libres 3èmeannée 6 ans, la victoire est revenue à Chanel du Lavillon. Montée par Marine Lemoine, cette fille de Diamant de Semilly avec une mère par Oberon du Moulin n’a pas touché la moindre barre du championnat, comme huit de ses concurrents. Achetée cet hiver, la baie est née en Charente-Maritime chez Cyril Forestier, elle devrait rester sous la selle de sa cavalière à l’avenir, qui en a fait l’acquisition pour concourir en épreuves Amateur et Pro. L’objectif pour la suite sera d’accéder à quelques CSI YH en fin d’année. 
Les juments ont eu la cote dans ce championnat puisque Cristalle Raye et Comtesse d’Harmonie ont complété le podium, respectivement montées par Guillaume Mignot et Claude Duchamp. La première est une fille de Baloubet du Rouet tandis que la seconde est un produit de Quetam des Etisses. 

 - Le palmarès des Cycles Libres à la Grande Semaine de Fontainebleau

Ghost de la Hart, champion du Cycle Libre 2ème année 6 ans
Crédit : PSV/Morel

Henzo Ti de l’Epinette, maître du Cycle Libre 2ème année 5 ans
Dans le Cycle Libre 2ème année 5 ans, le Graal est revenu à Henzo Ti de l’Epinette présenté par Nicolas Rosiaux devançant Dream du Ricou et Dora de Méré. Auteur d’une très belle saison grâce à dix sans-faute sur douze parcours, dont deux lors du CIR de Genech, le fils de Button Sitte et d’une mère par Lord Calando a fait une nouvelle fois preuve de son talent au cœur du stade équestre du Grand Parquet. Sous la selle de Nicolas Rosiaux, le cheval de sport belge a séduit les juges lors de la NEP récoltant ainsi une moyenne de 16.50 lui offrant un bel accessit pour le podium. Sorti deux fois de piste avec un score vierge de tout pénalité, le hongre gris né à l’élevage de l’Epinette, s’octroie la victoire pour le plus grand plaisir de sa naisseuse et propriétaire, Isabelle Thery.
“Henzo a vraiment passé un cap fin juillet. Nous avons alors senti une nette différence grâce notamment à un travail sur le plat poussé avec des barres au sol et des barres de réglage, même au paddock en concours. Il devait absolument apprendre à frapper et désormais il semble avoir compris. Vivant habituellement majoritairement dehors durant la journée, à Fontainebleau il était plein de gaz ! Je l’ai beaucoup marché et l’ai lâché en liberté afin qu’il garde le moral et jette son énergie. Sur les parcours il a été très guerrier et concentré”, s’enthousiasme encore la naisseuse du Champion. Henzo Ti de l’Epinette a toujours séduit son monde par son caractère que par ses aptitudes à l’obstacle.
“N’ayant qu’une poulinière Henzo était mon seul protégé cette année-là. Une véritable relation s’est donc tissée car j’ai eu le temps de faire énormément de choses à pieds avec lui dès le début et ce durant ses trois premières années. Il est très réceptif, fait tout par le jeu et par plaisir. Il joue notamment au foot, monte sur un socle à quatre pieds... Nous avons ensemble appris les bases de l’éthologie. Henzo travaille en liberté, à la voix et cela crée entre nous une communication incroyable. Pour ce qui est du saut, dès le départ il a montré son incroyable mental et son passage de dos impressionnant. Ses premiers concours montés se sont très bien passés. En concours, il est serein et très joyeux”, détaille Isabelle Thery.
Pour ce qui est de la suite rien n’est encore écrit. Le hongre ayant attiré les regards, son avenir avec sa propriétaire n’est pas encore certain. “Pour la suite rien n’est défini… J’ai eu une proposition pour le vendre donc nous verrons. En revanche, s’il n’est pas vendu il continuera sur le circuit Cycle Libre”
Dream de Ricou, un Selle Français fils de Rick d’Ick, était monté par Pauline de Menditte. Le petit fils de Cap de B’neville a obtenu une moyenne de 16 en Présentation qui, couplée, à deux sans-faute sur les barres lui ont permis de décrocher l’argent. Né au haras de Ricou, chez Eric Varin, le mâle s’était déjà illustré cette saison sur le circuit Cycle Libre avec neuf parcours parfaits sur treize participations. Dora de Méré, fille d’Upso d’Aunou et d’une mère par Apache d’Adriers, s’est également parée d’argent. La Selle Français née au Haras de Méré, géré par Lutetia Briant en Bourgogne, était pilotée par Jean-Sébastien Denizet.
Enfin, troisième appelé sur la deuxième marche du podium, Dionysos des Orcets est quant à lui un fils de Nouba A Batilly et petit fils du célèbre Stew Boy. Aux commandes d’Aurélie Berna, le Selle Français né à l’élevage des Orcets, en Haute-Saône, a ainsi confirmé son potentiel pour l’avenir.
 
Ghost de la Hart remporte le titre dans le Cycle Libre 2ème année 6 ans
Le titre de champion Cycle Libre 2ème année 6 ans revient à Ghost de la Hart, monté par Michael Pierron, son cavalier et propriétaire. “Nous avons préparé le championnat sur des tours sans chronomètre afin de prendre le temps de travailler le cheval. Il a toujours répondu présent, même s’il y a eu des hauts et des bas. Je pense que ce sera un bon cheval pour la suite, ce championnat était une étape. [...] C’est un cheval qui a beaucoup d’énergie et qui peut vite sortir du cadre. Au final, la saison s’est bien passée et il a bien évolué”, a analysé son cavalier. Dans cette compétition, aucun couple n’est parvenu à réaliser un double zéro. 
La deuxième place de ce championnat est revenue à Cartago d’Or, un mâle par Damiro B avec une mère par Espoir Breceen monté par Anais Maillot. Corlando St Priest, un fils d’Orlando avec une mère par Papillon Rouge monté par Stephanie Muller a complété le trio de tête. 
 
Les résultats des Cycles libres ici 
 

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #112 GRANDPRIX n°112 DÉCEMBRE/JANVIER

GRANDPRIX #112

(GRANDPRIX n°112 DÉCEMBRE/JANVIER)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter