Top des raisons de se (re)mettre au horse-ball

Crédit : © Scoopdyga

Vendredi 17 août - 17h03 | Maxence Magnin

Top des raisons de se (re)mettre au horse-ball

Les beaux jours sont de retour et les disciplines en extérieur aussi. Si certaines comme le cross ou le horse-ball se pratiquent aussi en manège, il est tout de même plus agréable de concourir et de s’entrainer en extérieur. C’est pour cela que la rédaction de GRANDPRIX-Replay.com vous a concocté un petit top des raisons de se mettre ou se remettre au horse-ball, histoire de promouvoir cette formidable discipline qui change du quotidien.   

 - Top des raisons de se (re)mettre au horse-ball

Crédit : © Scoopdyga

C’est l’occasion de porter des chasubles moches. Eh oui, ce premier argument devrait vous pousser directement à changer de discipline fétiche si ce n’est pas encore le cas. Quel rêve et quelle chance de pouvoir monter à cheval avec du style. Mais rassurons-nous, l’équitation nous permet de nous épargner les chasubles qui sentent la transpiration comme nous devons monter couverts. 
C’est spectaculaire pour les gens qui n’y connaissent rien. Une masse de chevaux qui coure après un ballon, c’est forcément impressionnant, surtout lorsque la balle est à terre et que les cavaliers se jettent dessus. C’est donc l’occasion parfaite de redresser son dos, de rester sur ses pieds et de se faire passer pour un cavalier expérimenté aux yeux du public qui ne connaît pas les exigences de notre sport. 
Ça fait les abdos, les bras et les jambes. Si vous ne croyez pas à ce constat, tester simplement cette pratique une fois. Vous êtes assuré de passer une bonne nuit et de ne pas arriver à vous lever le lendemain matin, tant les courbatures sont présentes sur tout le corps. 
C’est une combinaison de deux sports. Le horse-ball, c’est aussi un mélange d’équitation et de… handball ou de basket-ball, au choix. Ainsi, pour tous les cavaliers ou cavalières qui ont honte de dire qu’ils font « du poney », le horse-ball peut être un bon argument pour défendre son intérêt sportif en parlant du croisement avec d’autres sports « normaux », comme les non-pratiquants aiment si bien le dire. 
On peut pour une fois monter à cheval et jouer par équipes. « L’équitation est le seul sport individuel qui se pratique à deux ». Si cet adage est plus que vrai, il trouve tout de même son exception lors des épreuves par équipes, comme dans le horse-ball par exemple. En effet, chaque cavalier et son cheval doivent coopérer avec ses coéquipiers afin de produire des résultats. 
 

C’est un jeu et une compétition à la fois. Il y a une balle, c’est un fait. C’est donc un moyen ludique de travailler à cheval son équilibre, sa direction, son regard, etc, tout en jouant et en s’amusant. Des compétitions existent aussi et ce n’est donc plus vraiment du jeu, mais un match qui demande un maximum de concentration. 
C’est un sport loin d’être lent. Au contraire, si la bombe n’était pas là, le horse-ball en décoifferait plus d’un et il ne vaudrait mieux pas qu’un radar se cache lorsqu’il y a une course en cas d’offensive au panier. 
Les montures s’amusent. Le quotidien des poneys et chevaux est bouleversé et c’est tant mieux. Pour les changer de leur quotidien de travail et de routine, le horse-ball est une des meilleures manières avec le pony games (voir ici) pour que les montures s’amusent et prennent du plaisir. Eh oui, il n’y a pas que le mental du cavalier qui compte. 
Les chutes en horse-ball sont globalement drôles. Tant qu’elles ne sont pas dangereuses, les chutes de horse-ball sont souvent cocasses puisqu’il est déjà plus facile de finir au sol lors du ramassage. Même si des sangles spéciales sont présentes, il arrive que les cavalier(e)s chutent tout de même d’une manière ou d’une autre. Et qui ne rigole jamais d’une chute quand personne n’est blessé ? Reste à savoir si les horse-balleurs sont de bons cuisiniers.. 
 

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #109 GRANDPRIX n°109 SEPTEMBRE

GRANDPRIX #109

(GRANDPRIX n°109 SEPTEMBRE)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter