À chaque cheval son propriétaire

Emmanuelle Perron-Pette, propriétaire des chevaux de l'écurie HDC
Crédit : © Scoopdyga

Mardi 14 août - 16h26 | Maxence Magnin

À chaque cheval son propriétaire

Imaginez un monde où chaque individu serait le même. Qu’on se le dise, il serait d’un ennui mortel. Chez les cavaliers et plus particulièrement chez les propriétaires de chevaux ou poneys, ce principe s’applique aussi, et c’est tant mieux. Parce que la différence est une force, GRANDPRIX-Replay.com s’est donc amusé à répertorier les différents types de propriétaires que l’on peut croiser aux écuries. Les nominés sont donc :   

- L’instable. Certains humains ne supportent pas la routine et changent régulièrement de voiture, de maison, de vêtements. Parmi eux, des cavaliers qui font de même avec les chevaux. 
  • Le protecteur. Par amour et bienveillance, certains cavaliers protègent parfois un peu trop leurs chevaux au pré, au boxe comme dans la carrière avec d’innombrables accessoires. Si l’intention n’est jamais mauvaise, il n’empêche qu’il ne faut pas oublier que le cheval est à la base, un animal sauvage qui vivait dans la nature par ses propres moyens. 
  • Le collectionneur. Lorsque l’on parle d’amour et de passion, les collectionneurs sont toujours dans les environs. Toutefois, lorsqu’on est cavalier et qu’on souhaite s’entourer de chevaux, l’espace est un élément indispensable pour gérer correctement un grand nombre de chevaux et poneys près de la maison. 
  • Le (un peu beaucoup trop) sympathique. Être sociable est une grande qualité mais cela peut aussi s’avérer traitre. Vous aussi, vous connaissez forcément un ou une propriétaire qui vient toujours aux écuries pour passer plus de temps à discuter qu’à monter. Une fois à cheval, cette personne écoute aussi un peu trop son cheval qui, s’il n’a pas envie de travailler, se fait entendre pour retourner manger.
  • Le pressé. Impossible de lui parler, c’est une fusée qui file chercher sa monture pour s’en occuper, la monter aux trois allures et repartir en vitesse pour faire autre chose. La dure vie des gens overbookés. 
  •  

 - À chaque cheval son propriétaire

Stephan Conter, propriétaire des chevaux de Daniel Deusser, Lorenzo de Luca mais également de ses filles.
Crédit : © Scoopdyga

  • Le bienveillant. Il s’assure que son cheval a toujours tout ce dont il a besoin pour être bien dans son corps et dans sa tête, quitte à passer des heures aux écuries. 
  • Le consommateur facile. À chaque fois que vous croisez cette personne, elle revient avec un nouveau produit qu’elle vient d’acheter à la sellerie du coin. Une vraie proie pour les marketeurs qui ne cessent d’innover pour les chevaux comme pour les cavaliers. L’avantage, c’est qu’il n’y a ainsi plus besoin d’aller acheter LE nouveau produit, puisque l’on peut en obtenir un aperçu. 
  • Le vacancier. Ce sont au programme des ballades, de la monte à cru, du jeu, etc plus que des séances de travail intensives pour le cheval (et le cavalier). Le vacancier n’aime pas se prendre la tête, il vient s’occuper de son partenaire pour partager un bon moment dans un objectif de détente. 
  • L’invisible. Le bouchon et le licol ont changé de place, le cheval a transpiré, mais personne ne l’a vu être monté. Le propriétaire invisible est très fort pour venir monter son cheval à des heures où personne n’est présent aux écuries. Il peut aussi tout simplement, ne jamais venir s’occuper de sa monture. 

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #109 GRANDPRIX n°109 SEPTEMBRE

GRANDPRIX #109

(GRANDPRIX n°109 SEPTEMBRE)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter