''L’objectif est d’être sur le podium'', Thibault Coudry

Crédit : Scoopdyga (archives)

Mercredi 08 août - 19h46 | Mélissa Vriends

''L’objectif est d’être sur le podium'', Thibault Coudry

La sélection de l'attelage est tombée hier. Benjamin Aillaud, Thibault Coudry et Anthony Hordé représenteront les couleurs de la France aux prochains Jeux Équestres Mondiaux de Tryon. Les trois meneurs ont livré leurs réactions à GRANDPRIX-Replay.com.  

« Je suis content et stressé, analyse Anthony Hordé à quelques semaines des Jeux Équestres Mondiaux de Tryon. Comme je l’ai dit à Sophie Dubourg, je ne vais pas le fêter mais surtout travailler pour essayer de ramener une médaille. » Thibault Coudry s’est réjoui de cette sélection. « Je suis très content d’y être avec mes deux amis. Cela va faire maintenant deux ans que nous faisons toutes les grosses échéances ensemble, et on avait également partagé de très bons moments l’année dernière aux championnats d’Europe de Göteborg. Maintenant, l’objectif est d’être sur le podium, et je pense qu’on peut y arriver. »

Du côté de Benjamin Aillaud, cette sélection était attendue. « Cela va faire deux ans qu’on a commencé le partenariat avec l’élevage de la Pourcaud, et cette sélection faisait partie des objectifs qu’on s’était fixé : l’année dernière on devait rentrer dans le top 10 au classement mondial et on l’a fait. Cette année, j’avais dit que Tryon était une des priorités, et nous sommes à nouveau dans le top 10 mondial [Benjamin Aillaud est actuellement quatrième, ndlr]. La sélection et la préparation de Tryon étaient vraiment les objectifs de l’année. »

Cette édition des Jeux Équestres Mondiaux ne sera pas la première expérience mondiale de ces trois meneurs, qui ont tous déjà participé à un ou deux JEM avant Tryon. Benjamin Aillaud et Thibault Coudry étaient déjà présents en 2006 à Aix-la-Chapelle, puis s’étaient retrouvés dans l’équipe de France en 2014. Anthony Hordé avait lui aussi participé aux Jeux de Caen, mais en tant qu’individuel. Quatre ans plus tard, les choses ont bien changé pour le vingt-troisième mondial. « En 2014 je n’étais pas dans l’équipe, et je n’avais pas le niveau pour y être ni les chevaux. Aujourd’hui, on a pas mal investi et on a tout fait pour être compétitifs. J’ai acheté certains de mes chevaux à Benjamin, qu’il avait en 2014 et qui seront dans mon attelage à Tryon, avec deux autres que j’avais déjà à Caen. J’ai son soutien pour partager son expérience avec ces chevaux là. Par rapport à 2014, on a pris de l’expérience et les chevaux vont bien, donc c’est super. »

« On est beaucoup plus sereins »

« On est beaucoup plus sereins » - ''L’objectif est d’être sur le podium'', Thibault Coudry

Benjamin Aillaud, ici à Caen, fera le voyage à Tryon avec des chevaux différents.
Crédit : Scoopdyga

Benjamin Aillaud, qui ira à Tryon avec des chevaux différents que lors de ses dernières participations, a également effectué quelques changements à quelques semaines du début des épreuves. « On a mis en place une nouvelle configuration pour le marathon, qui s’est révélée très efficace. On a d’ailleurs gagné une étape de la Coupe du monde en République Tchèque le week-end dernier [au CAI 3* de Nebanice, ndlr]. On ne l’avait pas utilisée à Aix-la-Chapelle [il avait terminé huitième en individuel, ndlr] où on avait fait deuxième au dressage, puis on avait reculé au marathon et j’avais ensuite fait une faute dans la maniabilité. Cette nouvelle configuration du marathon nous donne beaucoup d’espoir, parce qu’elle nous offre la possibilité de ne pas se faire trop distancer. Il y aura peut être un équilibre entre les points que je peux gagner au dressage par rapport à la concurrence, et ceux que je peux perdre au marathon. Ce ne sont pas des chevaux de vitesse, ils sont très bons en technique mais ils ont encore un peu de mal avec les grosses épreuves. On est en train de trouver des solutions pour remédier à ça. » Engagé ce week-end à Beekbergen, aux Pays-Bas, Thibault Coudry prépare lui aussi activement cette échéance mondiale. « Nous cherchons à les avoir relaxés au dressage, qui est notre point fort, et on essaye encore aujourd’hui, sur le concours où nous sommes, d’améliorer les deux dernières épreuves, le marathon et la maniabilité. »

Présente à plusieurs reprises sur les podiums des Coupes des nations cette année, notamment à Windsor, Saumur et Valkenswaard, la France peut nourrir des espoirs de médaille. « L’équipe de France a été plusieurs fois sur le podium en Coupe des nations, ça veut dire qu’on a nos chances, rappelle Anthony Hordé. Il faut travailler mais je pense qu’on est beaucoup plus sereins, Thibault, Benjamin et moi à l’approche des épreuves, autant pour le dressage que le marathon et la maniabilité. »

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #100 GRANDPRIX n°100 OCTOBRE

GRANDPRIX #100

(GRANDPRIX n°100 OCTOBRE)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Instagram

Twitter