Dans la tête des chevaux

Crédit : © Scoopdyga

Mardi 24 juillet - 17h33 | Maxence Magnin

Dans la tête des chevaux

À chaque venue dans un centre équestre, nous sommes forcément contents de nous préparer à passer un bon moment avec nos chevaux ou poneys. Sauf que voilà, cet enthousiasme n’est peut-être pas réciproque pour nos amis herbivores. Eh oui, vous êtes-vous déjà demandé ce qu’ils pouvaient penser en vous voyant arriver ?   

« Oh non, encore lui/elle ». Oui, si votre amour et dévotion pour votre monture sont sans limite, il se peut que tout ceci ne soit pas forcément réciproque. Est-ce à cause du trop plein de câlins et de bisous, ou pas assez justement ? D’une monte qui n’est pas adaptée ou simplement un délit de faciès de la part de votre monture ? Toutes les raisons peuvent être tangibles, mais quand même, on ne leur veut que du bien après tout !
« Chouette, encore des carottes et du pain ! ». Au contraire, venir avec des friandises dans son sac peut être un bon moyen de se faire apprécier par sa monture, qui sera forcément contente de vous voir si elle sait qu’un petit plaisir gourmand sera donné à la fin de sa séance. Oui, ce n’est pas bien beau d’acheter sa monture mais bon, c’est aussi de l’amour ! 
« Oh non aujourd’hui j’ai la flemme ». Si vous venez pour travailler votre cheval ou poney, celui-ci ne sera peut-être pas très coopératif si son humeur du jour ne le permet pas. Alors que certains chevaux sont polis et prennent leur mal en patience, d’autres ne se gêneront pas de vous montrer qu’ils n’ont pas envie (en refusant d’avancer à pied comme à cheval ou même en montant joliment le dos pour vous expulser). 
  • J’ai envie de faire le pitre aujourd’hui. Voilà ma cible parfaite ». Comme nous, les équidés ont leur humeur et s’ils ne sont pas feignants, ils peuvent alors être un peu trop volontaires et cela peut donc partir en saut de moutons, montées de dos, etc. Bref, il est parfois compliqué de trouver le juste milieu avec l’humeur d’un cheval. 
  •  

  • Il/Elle me fait faire encore n’importe quoi ! ». Monter à cheval est tout un art et s’apprend. Sauf que parfois, sans nous en rendre compte (ou pas), nous aimons tester de nouvelles choses avec nos chevaux et poneys. Des choses qui peuvent ressembler à de l’improvisation, ce qui peut ne pas être au gout de nos montures, concevons-le. 
  • Trop bien encore une promenade / du saut / du dressage / etc. ». Dans la famille des chevaux volontaires, nous demandons ceux-ci. Toujours prompts à faire de l’exercice et à sortir du boxe ou du pré pour se dégourdir les jambes, l’humeur de ces chevaux est un régal pour nous mais également pour eux-même. 
  • Euh tu as un peu trop resanglé là coco(te) ». La technique du sanglage est tout un art chez les cavaliers et cavalières. En effet, serrer une once de trop au départ peut s’avérer dangereux pour celui ou celle qui sangle, puisque le cheval possède une bouche pour pincer, mais également des jambes pour se coucher (oui, certains chevaux ne supportent vraiment pas un sanglage fort). Bref, le sanglage est également tout un art pour ne pas s’attirer les foudres de celui ou celle qui porte la selle sur son dos. 
  • Si tu pouvais éviter de m’arracher la bouche ça m’arrangerait ». Certains cavaliers ne sont pas forcément les plus doux en selle et une main forte ou brusque peut vite provoquer des étincelles avec celui ou celle qui possède le mors dans sa bouche. Une phrase que l’on pourrait souvent entendre si les chevaux parlaient… 

 - Dans la tête des chevaux


À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #109 GRANDPRIX n°109 SEPTEMBRE

GRANDPRIX #109

(GRANDPRIX n°109 SEPTEMBRE)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter