Avec Hans Günter Winkler, l’équitation perd l’une de ses plus glorieuses légendes

Vainqueurs du Grand Prix d'Aix-la-Chapelle en 1957, Hans-Günter Winkler et Halla formaient l’un des couples les plus emblématiques de l’histoire des sports équestres.
Crédit : Collection privée

Lundi 09 juillet - 11h20 | Lucas Tracol

Avec Hans Günter Winkler, l’équitation perd l’une de ses plus glorieuses légendes

Une véritable légende des sports équestres s’en est allée la nuit dernière. Champion olympique, du monde et d’Europe, Hans Günter Winkler nous a quittés à l’âge de quatre-vingt-onze ans, emportant avec lui une partie de l’histoire du saut d’obstacles mondial. 

 - Avec Hans Günter Winkler, l’équitation perd l’une de ses plus glorieuses légendes

Aux JO 1956 de Melbourne, dont les épreuves équestres s'étaient tenues à Stockholm, Hans Günter Winkler offre deux médailles d’or à l’Allemagne avec l’invincible Halla.
Crédit : Collection privée

Stockholm, Tokyo, Rome, Mexico, Munich et Montréal. En six participations aux Jeux olympiques, Hans Günter Winkler avait décroché pas moins de sept médailles, dont cinq en or. L’Allemand était un immense champion de saut d’obstacles, si ce n’est le plus grand. Cavalier le plus titré de l’histoire olympique dans cette discipline, il a tiré sa révérence dans la nuit, à l’âge de quatre-vingt-onze ans.

Né le 24 juillet 1926 à Wuppertal-Barmen, Hans Günter Winkler n’a que dix-neuf ans lorsque la Seconde Guerre mondiale prend fin. En 1951, sa vie emprunte un tournant décisif, lorsqu’il croise le chemin d’une jument délicate alors âgée de six ans: Halla. Avec la baie, il s’imposera dans pas moins cent vingt-cinq épreuves. L’année suivant sa rencontre, le couple remporte un premier titre de champion d’Allemagne, que le cavalier décrochera encore quatre fois. 

En 1954, Hans Günter Winkler et son exceptionnelle baie arrachent l’or à l’occasion du championnat du monde de Madrid. Aussi à l’aise dans les championnats que dans les Grands Prix et Derbies, le duo décroche l’année suivante le Derby de Hambourg, avant de s’envoler en 1956 pour leurs premiers Jeux olympiques, à Stockholm. À cette occasion, et malgré une déchirure musculaire du cavalier en première manche, Winkler et Halla sont encore les meilleurs, offrant à l’Allemagne deux médailles d’or (revivez son parcours en images ci-dessous). Les premières d’une longue série. Quatre ans plus tard à Rome, aux côtés d’Alwin Schockemöhle et Fritz Thiedemann, Hans Günter Winkler mène à nouveau la Mannschaft au sommet de l’olympe. Il gagnera encore l’or par équipes en 1964 à Tokyo sur Fidelitas et en 1972 à Munich avec Trophy. S’ajoutent à ce palmarès on ne peut plus fourni le bronze par équipes en 1968 à Mexico et l’argent collectif en 1976 à Montréal, où cette compétition consacre enfin la France. Également sacré champion d’Europe avec Halla, en 1957 à Rotterdam, Hans Günter Winkler reste le seul cavalier à avoir remporté les trois grands titres individuels avec le Néerlandais Jeroen Dubbeldam.

Parmi les chevaux ayant croisé la route du génie, Romanus a lui aussi marqué de son empreinte le sport. Médaillé d’argent aux championnats d’Europe d’Aix-la-Chapelle en 1961, puis de bronze en 1962 à Londres, il aura été à deux reprises le cheval allemand de saut d’obstacles ayant cumulé le plus de gains en une saison. 

À Aix-la-Chapelle, Hans Günter Winkler était “comme à la maison”

À Aix-la-Chapelle, Hans Günter Winkler était “comme à la maison” - Avec Hans Günter Winkler, l’équitation perd l’une de ses plus glorieuses légendes

En 2016, Aix-la-Chapelle avait rendu hommage au plus grand champion de l'histoire des sports équestres allemand.
Crédit : CHIO Aachen/Michael Strauch

​À Aix-la-Chapelle, où il se sentait “comme à la maison”, Hans Günter Winkler avait remporté le Grand Prix à trois reprises, en 1954, 1957 et 1969. Régulièrement lors du CHIO allemand, des hommages lui étaient rendus et une statue en l’honneur d’Halla a été dressée dans l’enceinte du concours. Nul doute que dans quelques jours, le Parc de la Soers et ses dizaines de milliers de spectateurs sauront honorer la mémoire de ce grand homme de cheval à l’occasion de l’indémodable CHIO allemand.

Depuis sa retraite sportive prise en 1986 à l’issue des Mondiaux d’Aix-la-Chapelle, Hans Günter Winkler avait occupé différentes fonctions au sein de la Fédération allemande d’équitation, mais aussi du Comité olympique allemand.

GRANDPRIX adresse ses pensées les plus sincères à toutes les personnes qui ont eu l’honneur de croiser la route de l’immense champion qu’était Hans Günter Winkler. 
 

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #102 GRANDPRIX n°102 DÉCEMBRE

GRANDPRIX #102

(GRANDPRIX n°102 DÉCEMBRE)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Instagram

Twitter