Julia et Emily ne lâchent rien, Thibault Fournier vice-champion du Monde

Un podium remarquable à Bramham
Crédit : Pauline Chevalier

Lundi 11 juin - 01h33 | Pauline Chevalier, à Bramham

Julia et Emily ne lâchent rien, Thibault Fournier vice-champion du Monde

Après la visite vétérinaire qui a vu le retrait de Uh La Up de Crazy chez les Jeunes, ainsi que de Traumprinz et Toronto d’Aurois chez les Seniors, le saut d’obstacle se tenait dans l’arène en herbe de Bramham, dans une ambiance de fête et sous un soleil radieux. Les Français ont globalement été en forme, obtenant les qualifications manquantes, mais les leaders du dressage ont tenu bon jusqu’au bout.  

Thibault Fournier sacré vice-champion du monde

Thibault Fournier sacré vice-champion du monde - Julia et Emily ne lâchent rien, Thibault Fournier vice-champion du Monde

Les jeunes en plein devenir sur le podium du championnat du monde des moins de vingt-cinq ans.
Crédit : Pauline Chevalier

Ce sont les petits jeunes qui ont ouvert le bal ce matin sur un tour difficile, technique et haut. Les barres ont défait des rêves. Premier français à entrer en piste, Alexis Goury ne conservera pas un excellent souvenir de ce test conclu avec dix-neuf points de pénalité, mais Trompe L’Œil d’Emery a encore une fois montré sa forme et son cœur. À contrario, Marie-Caroline Barbier est, elle, repartie le sourire aux lèvres. Son fidèle Picasso d’Oréal s'est montré réceptif, et avec juste un petit point de temps, le couple obtient la cinquième place finale.

Seul Tom Jackson réussit à conserver sa quatrième place avec Carpa du Buisson Z, ajoutant une barre à terre à son score tandis que Sam Ecroyd perd la deuxième place provisoire avec Cooley Currency pour finalement prendre la troisième avec Master Douglas. Respectivement, il a écopé de huit et zéro points avec ses deux chevaux. “Je suis déçu certes, mais heureux quand même. Je pense que j’ai deux excellents chevaux d’avenir qui me permettent de courir à ce niveau d’épreuve, et c’est une chance”, a commenté le Britannique. Le jeune cavalier a par ailleurs exprimé son admiration  (non sans un humour british !) envers Thibault Fournier, lorsque ce dernier a expliqué qu’il menait de front carrière équestre et études de   kinésithérapie, et qu’il avait un partiel mardi matin. Le jeune cavalier de Limoges a vaincu le “mauvais œil de l’an dernier” en réalisant un magnifique sans-faute avec son excellent Siniani de Lathus. “Je suis tellement heureux de mon cheval qui était à 100% présent avec moi. Je savais que c’était un bon sauteur, mais je le connais encore peu sur ce format long. Je vais aborder mes examens heureux, même si c’est un gros challenge de faire cela”, nous a-t-il confié en sortie de piste.
Thibault a aussi suscité l’admiration de la splendide gagnante : Emily King, qui signe une belle histoire de famille. “Je suis tellement contente ! C’est extraordinaire. Dargun était très frais et sautait très bien, il est en pleine forme. Arrivé dans l’arène avec cette ambiance particulière, il ne s’est pas déconcentré et a sauté comme il sait le faire. C’est la récompense de notre aventure de famille commencée il y a trois ans avec ma maman, Mary King, propriétaire de Dargun. C’est donc un sentiment incroyable que je ressens aujourd’hui”.

Les résultats ici 

“Remporter ce splendide concours de Bramham est un rêve”, Julia Krajewski

“Remporter ce splendide concours de Bramham est un rêve”, Julia Krajewski - Julia et Emily ne lâchent rien, Thibault Fournier vice-champion du Monde

Mathieu Vanlandeghem, auteur d'un splendide concours avec son fidèle Trouble Fête ENE*HN.
Crédit : Pauline Chevalier

Les Seniors se sont élancés sur le même parcours et ont fait face aux mêmes problématiques. Une barre et le classement était presque perdu, un sans faute et l’inverse se produisait. C’est ainsi que Karim Laghouag et Punch de l’Esques, le bondissant “poney” ont ravi les yeux du clan français, et donné une certaine confiance pour la suite. Le couple aura fait la plus belle remontée au classement final, pour terminer treizième. Dans la foulée, Cédric Lyard met une barre à terre avec Ulhan de l’Epine, tout comme Pipa Funnel, Sarah Bullimore ou Aoife Clark. Côté britannique, la plus grosse déception est pour William Fox-Pitt, contraint de composer avec Oratorio II, qui pousse deux barres et passe ainsi de la troisième à la onzième place. Heureusement pour les locaux, Kitty King et Vendredi Biats sont sans faute (quatrièmes), tout comme Gemma Tattersall et Santiago Bay (huitièmes), ainsi que Richard P Jones et Alfies Clover (septièmes).

Côté français si Cédric Lyard signe un excellent sans-faute avec Unum de’Or, ce qui le place neuvième au final. Mathieu Vanlandeghem confirme sa grande forme du week-end avec Trouble Fête*ENE-HN en signant lui aussi un sans-faute et la sixième place finale. Karim Laghouag ne peut doubler son exploit avec Entebbe de Hus, et pousse une barre dès le premier obstacle. Le couple termine tout de même cinquième, et - comme ses coéquipiers - obtient une qualification attendue pour les Jeux équestres mondiaux de Tryon.

Le podium est alors conquis par des cavaliers très expérimentés : Bill Levett sur Lassban Diamond Lift et Andrew Nicholson sur Swallow Springs.  “C’était le premier format long de mon cheval”, explique le cavalier australien. “Il a été dixième à Chatsworth. C’est un cheval très gentil, qui fait toujours du mieux qu’il peut. Il a beaucoup de sang car il est Pur-Sang, ce qui lui permet de tenir la distance et donc d’enchainer le jumping après le cross. Il change et devient meilleur à chaque sortie. Ma femme m’a toujours que ce serait un bon cheval et elle avait raison. Aujourd’hui, je me fais plaisir avec lui et s’il continue comme ça, étant donné que les Jeux équestres mondiaux ne sont pas mon objectif, j’irai à Brughley”, poursuit-il.
Le cavalier néozélandais a un programme similaire pour la suite de sa saison avec Swallow Springs : “J’ai fait un très bon concours depuis le dressage et j’en suis ravi. Mon cheval a couru le cross de superbe manière, très rapide et avec beaucoup d’envie. Sur l'hippique, il était attentif et a bien sauté”.

Mais aucun de ces deux ténors n’a pu détrôner la souriante Julia Krajewski, qui nous a accordé un long entretien dans le dernier numéro de GRANDPRIX Magazine (disponible ici). Auteure d’un dressage hors-normes, l'Allemande a remporté une de ses plus belles victoires en n’utilisant pas le joker d’une barre qu’elle avait. “J’ai passé un week-end fantastique avec Chipmunk FRH. Il a été sensationnel et remporter ce splendide concours de Bramham est un rêve. Je vais tous les ans sur un beau concours anglais et cette année, c’est un plaisir important. Je suis juste tellement heureuse”.

La jeune allemande va donc savourer cette belle victoire et les français vont eux aussi apprécier un déplacement synonyme de réussite, avec deux podiums et huit classements à la clé.
 
Les résultats ici 
 

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #97 GRANDPRIX n°97 JUIN

GRANDPRIX #97

(GRANDPRIX n°97 JUIN)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Instagram

Twitter