La vraie vie des cavaliers en concours

Crédit : Scoopdyga

Mardi 05 juin - 17h03 | Maxence Magnin

La vraie vie des cavaliers en concours

Le concours d’équitation est plus qu’une partie de plaisir. C’est un moment que l’on partage avec sa monture et ses amies qui procure beaucoup d’émotions. Mais contrairement aux apparences, les concours ne sont pas simplement qu’un passage en carrière après une détente ; c’est bien plus que ça. GRANDPRIX-Replay.com vous propose donc de découvrir la face cachée des concours et ce qu’il s’y passe réellement.   

Avant tout, il faut se lever super tôt pour finalement concourir l’après-midi avec une heure de retard. Et si vous aviez quelque chose de prévu la veille qui a dû être écourté à cause de cela, le dimanche matin commence mal en général. 
Beaucoup de cavaliers font les reconnaissances alors qu’ils ne montent qu’une fois, pour faire genre. On ne va pas se mentir, qui n’a jamais fait une reconnaissance qui ne le concernait pas ? Les raisons de ce comportement sont encore à élucider, mais l’imitation des grands cavaliers mondiaux ou simplement de nos coachs reste pour le moment la plus probable. 
L’un des meilleurs moments de la journée est la critique en bord de piste. Et c’est vrai. On ne va pas se mentir, critiquer l’équitation mais surtout le style vestimentaire des cavaliers qui défilent  et l’équipement de leur monture est une grande tradition des concours. Adeptes des strass et paillettes, attention à vous !  
Vient ensuite le passage obligé à la buvette. Entre sandwichs et boissons, le temps passé à la buvette peut alors vite devenir dangereux si nous devons filer à cheval ensuite. Même s’il s’agit d’un moment sympathique entre amis, c’est en piste et au camion que les choses sérieuses se passent. 
La préparation du couple est express. Le retard accumulé en se promenant sur le lieu du concours, nombreuses sont les fois où les cavaliers courent au camion préparer rapidement leur monture ainsi qu’eux-même car ils sont déjà appelés au paddock pour s’échauffer. 
 

La panique avant d’entrer en piste. Le cheval étant préparé à moitié tout comme vous, qui avez en plus le ventre ballonné, il est pourtant l’heure de s’échauffer au paddock pour ensuite entrer en piste. C’est à ce moment-là que vous comprenez aussi que vous allez être regardé de près lors de votre passage. 
Les pleurs ou la joie ? En sortie de piste, deux options s’offrent à vous : la joie ou les pleurs. Quoi qu’il en soit, c’est aussi un moment de débrief par votre coach qui même si vous avez réalisé une bonne performance, trouvera toujours quelque chose à vous redire ! 
Direction les stands d’exposition. Pour aller se consoler ou se féliciter de sa prestation, rien n’est mieux que d’aller acheter tout et n’importe quoi, surtout n’importe quoi (mais pour son cheval bien sûr). 
Le visionnage photo. Regarder les photos de son passage pour finalement faire de faux espoirs au photographe et repartir sans rien acheter est un classique, avouez. 
Le retour du concours est enfin souvent moins bruyant que l’aller. Avec des horaires matinaux et une activité sportive intense dans la journée, il n’est pas rare que le seul qui reste éveillé soit le conducteur du camion ou de la voiture. 

Finalement, un concours n’est pas un rendez-vous sportif bien au contraire. C’est un rendez-vous d’un autre type, encore inqualifiable mais qui fait assurément des heureux. 
 

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #109 GRANDPRIX n°109 SEPTEMBRE

GRANDPRIX #109

(GRANDPRIX n°109 SEPTEMBRE)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter