#FunFacts à propos des moniteurs

Crédit : © Scoopdyga

Mardi 22 mai - 16h46 | Maxence Magnin

#FunFacts à propos des moniteurs

Les moniteurs d’équitation rythment notre enfance de cavaliers et sont un peu comme des héros que l’on a chaque semaine, hâte de retrouver pour notre séance. Alors pour rendre à César ce qui lui appartient, GRANDPRIX-Replay.com a dressé un bilan des faits les plus drôles qui nous reviennent en tête lorsque l’on pense à nos moniteurs de coeurs. Toutefois, il ne faut pas non plus oublier ce qu’ils nous ont réellement apporté lors de nos débuts.   

Notre monture n’est pas la même sous leur selle. Il arrive que lorsque nous sommes en difficulté, notre moniteur monte sur notre monture pour faire quelques réglages et trouver des solutions. C’est alors que vous découvrez un nouvel être sous une autre selle. Et le retour à la réalité est parfois dur. Alors mieux vaut en rire qu’en pleurer, non ?
Ils ont un style incomparable en hiver ou sous la pluie. Le moniteur passe la plupart de son temps dehors, c’est bien connu. Alors pour lutter contre les intempéries, tous les moyens sont bons, quitte à enfiler les couches de vêtements les plus chauds et secs qu’ils possèdent, mais pas forcément les plus beaux. 
Un cri suffit pour que les chevaux cessent de faire les idiots. Le moniteur sait brailler et le fait entendre. Lorsque les chevaux se battent ou qu’ils ne sont pas très réceptifs, rien de tel qu’un bon coup de gueule de votre moniteur ou monitrice pour remettre les choses en ordre d’un seul cri. 
Les chevaux arrivent tous au grand galop lorsqu’ils sont appelés dans le pré. Si on vous demande d’aller chercher quelques poneys au pré, il vous faudra environ 10 minutes pour les attraper (si tout se passe bien !). Les moniteurs eux, possèdent un super pouvoir, qui est de rapatrier tout un troupeau avec un seul appel fort et puissant. Incroyable non ?

Ils savent tenir 4 poneys qui tirent tout en fermant les clôtures. Alors que nous, nous avons déjà du mal avec un seul cheval pour sortir du pré sans laisser passer les autres et refermer la barrière. Pourtant non, les moniteurs ne possèdent pas plus de deux bras comme certains dieux. 
Ils ont toujours des ragots à nous raconter pendant leur pause (ou leur temps de travail). C’est surement ce qu’il y a de mieux si vous avez (beaucoup) de temps devant vous. Parce qu’on se le dise, être à jour des derniers potins des écuries, c’est essentiel. 
Ils connaissent des expressions à dormir debout. Puisque des centaines de dialectes existent, pourquoi pas un réservé aux moniteurs ? Car il faut dire que « couper le fromage » lorsqu’on ne fait pas les coins de la carrière ne s’entend pas à tous les coins de rues. 
Ils utilisent des techniques sorties de nulle part pour faire de nous de bons cavaliers. Cravache dans le dos pour tenir ce dernier correctement, rênes passées sous le poitrail du cheval pour tenir ses rênes correctement ou encore monter sans montants aux filets pour garder le bon contact avec la bouche de son cheval, pas de doute : les moniteurs sont sans pitié. 
 

Trêve de plaisanteries, on sait aussi que l’on peut toujours demander aux moniteurs qui nous entourent, des conseils lorsque l’on monte seul, que l’on a un souci avec notre monture ou que l’on possède un doute sur sa santé. 
Rares sont également ceux qui aujourd’hui, en plus de nous apprendre à monter à cheval, nous apprennent aussi avant tout à devenir hommes et femmes de cheval, c’est-à-dire à comprendre et à respecter le cheval et à le faire passer en premier, avant nous. 
 

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #98 GRANDPRIX n°98 JUILLET-AOÛT

GRANDPRIX #98

(GRANDPRIX n°98 JUILLET-AOÛT)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Instagram

Twitter