Ce que les gens pensent lorsque nous montons à cheval

Crédit : © DR

Mardi 15 mai - 16h52 | Maxence Magnin

Ce que les gens pensent lorsque nous montons à cheval

Comme tous les sports, l’équitation ne fait pas exception à la règle de ceux qui ne s’y intéressent pas du tout et sont donc plein d’idées reçues. Toutefois, les meilleurs préjugés sont ceux qui existent dans l’entourage proche comme la famille ou les amis. GRANDPRIX-Replay.com vous propose donc une petite série de « ce que pensent…. » les personnes proches de notre entourage lorsque nous montons à cheval.   

 - Ce que les gens pensent lorsque nous montons à cheval

Le petit copain ou la petite copine. Il ou elle vous aime quoi qu’il arrive et ne veux donc surtout pas vous offenser en critiquant ou pensant mal de votre passion. C’est pour cela qu’en général, une simple idée de vous en tant qu’être divin à cheval suffit. 
Ce que mon entraineur pense que je fais : n’importe quoi. Il est inutile de rappeler que lorsque nous montons seuls, il est plus délicat de réaliser des exercices que l’on fait en cours avec quelqu’un qui nous encadre. Alors quand ce moment-là arrive, le rappel à l’ordre peut se faire sentir. 
Les amis. L’équitation est un très bon moyen de jeter l’argent par les fenêtres ou en tout cas, un prétexte pour ne pas sortir le samedi soir parce qu’on est à sec à cause du cheval et qu’en plus le lendemain, il faut se lever tôt pour sortir en concours. Ok, on peut comprendre le point de vue de nos amis finalement. 
Les parents ou les grands-parents. L’équitation, bien que gouffre financier lorsque l’on ne peut encore assumer par nous-mêmes cette passion, est aussi une source de stress et de peur intenses pour les parents ou grands-parents, qui préfèrent alors ne pas nous regarder monter par peur de nous voir chuter. Pour eux, l’équitation, c’est dangereux. 
 

 - Ce que les gens pensent lorsque nous montons à cheval

Ce que mon cheval pense que je fais. Pas grand-chose justement, ou alors n’importe quoi. Il est vrai que monter seul peut parfois nous faire prendre de mauvaises habitudes à cheval qui ne sont pas forcément agréables pour ce dernier. 
Les frères ou soeurs. Que l’on soit enfant ou adulte, petits ou grands par la taille, nous ferons éternellement du « poney » pour eux. Une discipline ridicule qui en plus, force toute la famille à venir nous voir les jours de concours. Sacrés poneys. 
Ce que je pense faire. Monter comme un dieu ou une déesse. Du moins en donner l’impression aux passants qui me regardent et ne connaissent rien à l’équitation. Heureusement, les coachs ou bien même les chevaux ne sont jamais bien loin pour nous faire revenir à la réalité. 
Ce que je fais réellement : tout sauf monter à cheval finalement. Eh oui, l’équitation ne se résume pas à monter sur le dos de sa monture pendant une heure. Au contraire, la préparation avant la séance et le rangement et les soins qui suivent après nous prennent en réalité, bien plus de temps !

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #99 GRANDPRIX n°99 SEPTEMBRE

GRANDPRIX #99

(GRANDPRIX n°99 SEPTEMBRE)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Instagram

Twitter