Les plus grands désirs des cavaliers

Crédit : © DR / Stable Express

Mardi 08 mai - 15h36 | Maxence Magnin

Les plus grands désirs des cavaliers

Les cavaliers ne cessent de rêver, c’est bien connu. Après l’acquisition de leur première monture, souvent, les objectifs s’élargissent et les rêves deviennent de plus en plus ambitieux, mais pas forcément pour de grandes choses. Au contraire, il peut s’agir  d’idéaux pour faciliter le quotidien de chaque cavalier. GRANDPRIX-Replay.com vous propose les rêves les plus fous qu’un cavalier pourrait avoir pour se simplifier la vie.   

Avoir un plan de parcours sur la têtière. Terminé les oublis et erreurs de parcours, grâce à un plan intégré avec votre cheval. Avouez que même si l’idée ne vous avait pas traversé l’esprit, partir sur une reprise de dressage ou d’obstacles avec un plan de parcours devant vos yeux serait bien plus simple pour tous les cavaliers qui enchainent les épreuves !
Une troisième main. Parce que deux ne suffisent parfois pas à tout gérer à bord de votre monture, la troisième main pourrait vous permettre de caresser votre monture sans tout lâcher ou bien encore vous aider lorsqu’un petit coup de cravache est nécessaire mais que vos deux mains sont indispensables pour guider le cheval vers l’avant. 
Une position parfaite sans forcer. C’est le rêve incontesté. Monter comme un dieu sans travail n’est pas possible, mais nombreux sont les passionnés d’équitation qui aimeraient pouvoir imiter les idoles de leur discipline.
Avoir son cheval rond directement. C’est aussi un objectif et un idéal pour tout cavalier qui aime travailler son cheval correctement. Toutefois, il n’est pas facile de coopérer avec certaines montures, qui sont physiquement ou mentalement indisposées à céder et à s’arrondir. 
 

 - Les plus grands désirs des cavaliers

Pénélope Leprévost est réputée pour sa position proche de la perfection
Crédit : © Scoopdyga

Un coussin intégré au pantalon de cheval pour éviter le mal. Pour homme comme pour femme, ce pantalon serait un cadeau tombé du ciel. Surtout lorsque les chevaux nous font quelques surprises ou qu’une incompréhension se produit sur un saut, par exemple. Les taxis et les georgettes seraient tout de suite moins douloureux(ses). 
La maîtrise du langage des chevaux pour pouvoir les comprendre.  Les humaines ont déjà du mal à se comprendre entre eux, alors que dire de l’humain avec l’animal ? Voilà pourquoi il serait révolutionnaire de pouvoir communiquer avec nos montures, pour encore plus de complicité. 
Des bras télescopiques pour pouvoir ouvrir les barrières en balade. Eh oui, cette barrière est toujours là pour nous embêter lorsque nous sommes en promenade. Si personne n’est à pied pour nous aider, il faut alors descendre de cheval mais surtout remonter sans marche-pied, dans la nature. De quoi se compliquer la vie alors qu’à la base, la sortie en extérieur sert à faire le contraire. 
Une bombe qui ne décoiffe pas. Il n’y aurait plus de honte à être coiffé comme un dessous-de-bras après une bonne séance d’équitation. Plus besoin non plus de laver ses cheveux dès que la bombe a été posée sur la tête. Le rêve, surtout pour les personnes aux cheveux longs.

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #109 GRANDPRIX n°109 SEPTEMBRE

GRANDPRIX #109

(GRANDPRIX n°109 SEPTEMBRE)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter