Isabell Werth ovationnée à la dernière étape de la Coupe du monde

L'Allemande Isabell Werth, associée à Emilio 107, ont dominé la Coupe du monde de Bois-le-Duc.
Crédit : Digishots

Samedi 10 mars - 20h12 | Léa Dall'Aglio

Isabell Werth ovationnée à la dernière étape de la Coupe du monde

L'Allemande Isabell Werth, qualifiée d'office pour la finale de la Coupe du monde, mi-avril à Paris, a été ovationnée lors de la neuvième et dernière étape du circuit, à Bois-le-Duc aux Pays-Bas, qu'elle a remporté haut la main devant Edward Gal et Madeleine Witte-Vrees. 

Absente à Neumünster, dimanche 18 février, et détrônée à Göteborg, à peine une semaine plus tard, par la jeune Danoise Cathrine Dufour, Isabell Werth a profité de la neuvième et dernière étape du circuit Coupe du monde pour rappeler sa suprématie sur le dressage mondial. Pour le plus grand plaisir du public de Bois-le-Duc. 

L'Allemande, indétrônable numéro 1 au classement mondial, a tout simplement été ovationnée debout, grâce à une colossale moyenne de 87,2 %. En partie grâce à un superbe 10 pour le piaffer de son Westphalien de 12 ans, Emilio 107. "Il ne cesse de progresser à chaque entrée en piste", s'est félicitée celle qui se disait "satisfaite à 90 %" de sa reprise libre.

Un plateau relevé

Les quatorze autres couples ont également donné le meilleur d'eux-mêmes, espérant une qualification pour la finale parisienne, qui se tiendra à l'AccorHotel arena du 11 au 15 avril. Seul le Britannique Emile Faurie a été contraint de se retirer.

L'ancienne championne hollandaise, Anne Meulendijks, en tête à la fin de la première moitié de compétition, avait pris une avance convaincante aux rênes d'un expressif MDH Avanti, avec une moyenne de 78,235 %. Elle pointe finalement à la sixième place tandis que son compatriote Hans Peter Minderhoud doit se contenter de la douzième, son étalon KWPN Zanardi s'étant montré accroché et nerveux. L'Espagnole Morgan Barbançon Mestre termine quant à elle à une neuvième place prometteuse sur son étalon Oldenburg Sir Donnerhall II, qui manquait encore parfois de puissance et d'engagement. La surprise du jour est venue de la locale Emmelie Scholtens qui, au coeur d'un plateau relevé, a pris la cinquième place sur son KWPN Apache, avec une excellente note de 80,3 %. 

Finale parisienne

Pas assez toutefois pour égaler son compatriote admiré, Edward Gal, auteur d'une prestation évaluée à 83,9 % aux rênes de son entier Glock's Zonick NOP. "Il n'a pas encore participé à beaucoup de compétitions, mais nous avons pris le départ d'une épreuve qualificative pour la Coupe du monde trois fois, et il s'est montré chaque fois meilleur. Il y a certes quelques petites choses à améliorer, mais il est jeune et ne cesse de m'étonner", s'est-il satisfait. 

Sur la troisième marche du podium, une autre Néerlandaise : Madeleine Witte-Vrees qui, sur le dos de son KWPN Cennin, a obtenu des juges une note de 82,555 %. Les médaillés du jour obtiennent ainsi leur ticket pour la finale parisienne. Isabell Werth, tenante du titre depuis la finale d'Omaha, en 2017, était qualifiée d'office. 


 

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #102 GRANDPRIX n°102 DÉCEMBRE

GRANDPRIX #102

(GRANDPRIX n°102 DÉCEMBRE)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Instagram

Twitter