Paris 2018 J-34 : Meredith Michaels-Beerbaum, la plus grande figure féminine des finales de Coupe du monde

En 2009 à Las Vegas, le couple est entré dans l'histoire du sport en signant sa troisième victoire en finale de Coupe du monde.
Crédit : Scoopdyga

Jeudi 08 mars - 16h00 | Lucas Tracol

Paris 2018 J-34 : Meredith Michaels-Beerbaum, la plus grande figure féminine des finales de Coupe du monde

Dans trente-quatre jours, l’AccorHotels Arena de Paris ouvrira ses portes pour être le théâtre de cinq jours de très grand sport. À l’occasion des finales de Coupe du monde de saut d’obstacles et de dressage, l’élite mondiale se donnera en effet rendez-vous dans la capitale française dans le but de soulever le trophée si convoité. À quelques semaines de l’évènement, retour sur les performances de ceux qui ont marqué l’histoire de cette finale mondiale. En cette journée internationale de la femme, qui de mieux que Meredith Michaels-Beerbaum, gagnante de trois finales, pour représenter les plus beaux succès des amazones dans cette apogée du circuit hivernal ? GRANDPRIX-Replay.com vous propose de revenir sur la trajectoire de l’Allemande dans les finales de Coupe du monde.

 - Paris 2018 J-34 : Meredith Michaels-Beerbaum, la plus grande figure féminine des finales de Coupe du monde

En 2008 à Göteborg, la cavalière allemande et son puissant bai ont soulevé leur deuxième trophée en finale de Coupe du monde.
Crédit : Scoopdyga

Voilà bientôt sept ans que l’exceptionnel bai a pris sa retraite. Pourtant, le couple que Shutterfly formait avec Meredith Michaels-Beerbaum est encore dans toutes les têtes des amateurs de saut d’obstacles. Et pour cause, le fils de Silvio I et l’amazone aujourd’hui âgée de quarante-huit ans ont marqué l’histoire de la discipline, et plus particulièrement celle des finales de Coupe du monde, auxquelles lesquelles ils ont pris le départ à sept reprises.
C’est en 1998 que Meredith Michaels-Beerbaum s’élance pour la première fois sur ce rendez-vous hivernal, avec Stella, une fille de Quick Star. Mais c’est avec Shutterfly que l’épouse de Markus Beerbaum et belle-sœur de Ludger a connu ses plus beaux succès sur la série. En 2003, le couple s’adjuge la huitième place de sa première finale de Coupe du monde, sur la piste de Las Vegas. L’année suivante à Milan, le duo signe une magnifique deuxième place derrière Bruno Broucqsault et Dileme de Cephe, seuls représentants français à avoir soulevé le trophée.
 
En 2005, la troisième tentative a été la bonne ! Celle qui, quelques mois plus tôt, était la première femme à accéder au trône de numéro un mondial, sera la quatrième représentante de la gent féminine à s’imposer en finale de Coupe du monde, après les Américaines Melanie Smith (en 1982 sur Calypso), Leslie Burr Lenehan (en 1986 sur McLain), et Katharine Burdsall (en 1987 sur The Natural). Même si le Belge Ludo Philippaerts prend les devants grâce à Parco à l’issue de la première journée de compétition, Meredith Michaels-Beerbaum et son énergique bai se placent en embuscade, à la sixième place. Le lendemain, le couple remporte le Grand Prix grâce à un magnifique prestation qui leur permet de prendre la tête de la compétition. Toutefois, quelques cadors dont Marcus Ehning, les frères Beerbaum, Rodrigo Pessoa, Nick Skelton, ou encore Michael Whitaker disposent encore d’une carte à jouer. Le dimanche, Meredith commet sa seule faute du week-end dans le triple de la première manche, tandis que Michael Whitaker et Rodrigo Pessoa survolent le parcours sur Portofino et Baloubet du Rouet. Pénalisé par le temps, le Britannique réitère en deuxième manche alors que le Brésilien descend du podium pour une faute sur la palanque. Avec seulement trois points d’avance sur Whitaker, Meredith Michaels-Beerbaum et son hongre survolent le parcours, et s’offrent leur première victoire en finale de Coupe du monde, de main de maître.

Un terrible échec avant la gloire

Un terrible échec avant la gloire - Paris 2018 J-34 : Meredith Michaels-Beerbaum, la plus grande figure féminine des finales de Coupe du monde

La dernière victoire du couple en finale de Coupe du monde a sans conteste été la plus émouvante.
Crédit : Scoopdyga

Cinquième de la finale en 2006 à Kuala Lumpur aux rênes de Checkmate, Meredith Michaels-Beerbaum vit une désillusion inimaginable l’année suivante à Las Vegas, terre de son premier succès. À la réception d’un oxer sur bidet, l’amazone est en effet désarçonnée après un gros saut de Shutterfly, et chute. L’année suivante, le couple se reprend de la meilleure des manières en s’imposant à Göteborg, la trentième édition de la finale et certainement l’une des plus réussies. Cinquième de la Chasse, le couple concède un point de temps dans le Grand Prix avant de remporter l’ultime épreuve en deux manches, au mérite de deux sublimes parcours sans-faute.
En 2009, l’Allemande et le bai enfoncent le clou en tenant la compétition de bout en bout, malgré une concurrence très relevée. Le dimanche, Meredith Michaels-Beerbaum dédie sa victoire à son père, disparu trois mois plus tôt.
Avec trois victoires en finales de Coupe du monde, l’amazone a rejoint Hugo Simon et Rodrigo Pessoa, qui avait eux aussi réalisé l’exploit avant elle, mais aussi Marcus Ehning qui a égalé ce record en 2010. Avec Rodrigo Pessoa et Baloubet du Rouet, Meredith Michaels-Beerbaum et Shutterfly forment donc l’un des deux seuls couples à avoir remporté trois finales de Coupe du monde. 

Réservez dès à présent vos billets pour la finale de la Coupe du monde de Paris ici. 
 

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #99 GRANDPRIX n°99 SEPTEMBRE

GRANDPRIX #99

(GRANDPRIX n°99 SEPTEMBRE)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Instagram

Twitter