Ramzy Hamad Al Duhami remporte son tout premier CSIO 5*

Archive
Crédit : Sportfot

Jeudi 15 février - 16h18 | Lucas Tracol

Ramzy Hamad Al Duhami remporte son tout premier CSIO 5*

Si le Grand Prix Longines se tenait jusqu’alors après la Coupe des nations, il faudra s’habituer à voir les deux épreuves inversées à l’avenir, comme ça a été le cas cet après-midi à Abou Dabi. Dans le Grand Prix Longines en deux manches, c’est le Saoudien Ramzy Hamad Al Duhami qui l’a emporté aux rênes de Ted. Il a devancé la Norvégienne Cecilie Hatteland sur Alex et le Suisse Edwin Smits associé à Dandiego B Z.

Premier CSIO 5* de la saison, le Grand Prix d’Abou Dabi s’est couru cet après-midi, et laissera place à la Coupe des nations samedi après-midi, comme le veut le nouveau format imposé par la Fédération équestre internationale. L’effet escompté de cette inversion du programme de concours est un regain de visibilité pour l’épreuve par équipes, certainement aux dépens du Grand Prix.

Quoi qu’il en soit, la plupart des meilleurs pilotes du Moyen-Orient et quelques pointures européennes se sont élancés dans ce Grand Prix en deux manches, qualificatif pour les Jeux équestres mondiaux de Tryon et les championnats d’Europe de Rotterdam. Imaginé avec justesse par le Portugais Bernardo Costa Cabral, le parcours a vu douze couples réaliser un score parfait en première manche, pour douze repris dans la seconde. Parmi eux, le deuxième meilleur cavalier saoudien Ramzy Hamad Al Duhami associé à l’excellent Ted, quatrième du Grand Prix CSI 4* d’Abou Dabi le 13 janvier. Parmi les cinq représentants irlandais, Cameron Hanley – décidemment sur une bonne dynamique – s’est lui aussi sorti du parcours sans encombre sur son jeune mais bon Quirex, neuf ans. S’il s’est séparé de deux chevaux au début du mois, Edwin Smits ne s’est pas retrouvé empêché dans ce Grand Prix, puisqu’il s’est lui aussi qualifié pour la deuxième manche, tout comme l’Australienne Samanta McIntosh sur son beau et démonstratif Check In. Au total, onze couples sont parvenus à sortir de piste avec un compteur vierge, et le Brésilien Luiz Felipe de Azevedo Filho a complété la liste des partants de la seconde manche malgré un point de temps.
Seul Tricolore engagé dans ce Grand Prix, Frédéric David n’a malheureusement pu continuer sur son excellente lancée et a préféré abandonner en première manche sur son fidèle Equador van’t Roosakker, tout comme l’Allemand Philipp Weishaupt sur Asathir.

Ramzy Hamad Al Duhami célébré en héros

En deuxième manche, aux rênes de Chacito, Luiz Felipe de Azevedo Filho a donc joué son jeu en signant un sans-faute lui permettant de conserver son point de temps. Une tactique payante puisqu’avec les erreurs de ses concurrents, il est remonté à la quatrième place finale de ce Grand Prix. Samantha McIntosh a quant à elle eu moins de chance puisqu’elle s’est faire piéger sur le premier vertical du parcours, tout comme le Russe Vladimir Tuganov associé à Suspens Floreval, qui a commis une autre faute sur le second parcours, synonyme de onzième place. En se faisant piéger sur une deuxième barre d’oxer, Cameron Hanley a dû se contenter d’une sixième place, et termine ainsi derrière l’Italien Natale Chiaudani associé à Almero. Champion du monde en 2006 à Aix-la-Chapelle grâce à Cumano, Jos Lansink a présenté un excellent cheval de dix ans, qu’il ne monte que depuis quatre mois et qui débute à ce niveau depuis quatre semaines. Démontrant un beau comportement et des moyens, Valdelamadre Clooney a toutefois fait une faute importante sur l’ultime oxer, emportant avec lui le chandelier. Le couple termine à la neuvième place derrière Luca Maria Moneta et Connery, vainqueurs hier de l’épreuve majeure.
Partie en début de seconde manche, la Norvégienne Cecilie Hatteland a imposé un chronomètre de référence de 45“75 grâce à son KWPN de treize ans, Alex. Il a fallu attendre le tour de Ramzy Al Duhami pour voir un parcours plus rapide. Aux rênes de Ted, un fils de Waranta avec une mère par Jalisco B, le Saoudien a fait preuve d’une détermination payante puisqu’il a amélioré le chronomètre de la Norvégienne de plus de deux secondes : 43“70. Dernier à s’élancer, Edwin Smits a opté pour la prudence, ce qui lui a finalement valu la troisième marche du podium, et a laissé filer la victoire au Saoudien, sa première à ce niveau.  
 

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #100 GRANDPRIX n°100 OCTOBRE

GRANDPRIX #100

(GRANDPRIX n°100 OCTOBRE)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Instagram

Twitter