Pieter Devos, Irma Karlson, Eduardo Alvarez Aznar, Carlos Lopez, Emerald, les Bleus et Karim Laghouag sont dans les tops et les flops du week-end

Crédit : Scoopdyga

Mardi 06 février - 19h35 | Lucas Tracol

Pieter Devos, Irma Karlson, Eduardo Alvarez Aznar, Carlos Lopez, Emerald, les Bleus et Karim Laghouag sont dans les tops et les flops du week-end

Le week-end passé, tous les regards étaient rivés sur l’Aquitaine à l’occasion du Jumping de Bordeaux. Entre CSI 5*-W, cross indoor et épreuve poneys, le public français a eu droit à du beau sport. Qui a été au top, qui a fait un flop du côté de “La belle endormie” ? GRANDPRIX-Replay.com fait le point.

Les Tops

La belle opération d’Eduardo Alvarez Aznar, Pieter Devos et Carlos Enrique Lopez Lizararo
S’il y en a qui n’ont pas manqué leur rendez-vous à Bordeaux, ce sont Pieter Devos, Carlos Enrique Lopez Lizarazo et Eduardo Alvarez Aznar. Grâce à leurs bonnes performances dans le Grand Prix de la Coupe du monde Longines, tous trois ont marqué suffisamment de points au classement général de la série hivernale pour composter leur ticket pour la grande finale parisienne. Vainqueur de l’étape aux rênes du formidable Espoir, le Belge a par la même occasion ajouté vingt points à son compteur, ce qui porte son score à quarante-neuf points et le fait remonter à la septième place du classement général, à l’aube de la dernière étape du circuit.
Cinquième à Bordeaux grâce à son compétitif Admara 2, Carlos Enrique Lopez Lizarazo a lui aussi décroché sa place pour l’apothéose du circuit. Désormais dixième du classement général, le Colombien occupera donc – comme Edwina Tops-Alexander - l’une des trois places allouées aux cavaliers non-européens engagés dans la ligue d’Europe de l’Ouest. Avec onze nouveaux points engrangés en Aquitaine, Eduardo Alvarez Aznar s’est lui aussi assuré de pouvoir se rendre à Paris puisqu’il totalise désormais quarante-trois points et pointe à la quatorzième place du classement général.
 
La révélation Irma Karlsson 
Après la révélation de Stephanie Holmén dans le Grand Prix CSI 5*-W de Zurich la semaine précédente, le week-end passé le public bordelais a pu assister à l’éclosion d’une nouvelle amazone suédoise. Aux rênes de Chacconu et Ida van de Bisschop, Irma Karlsson s’est en effet classée à la dixième place dans l’étape de la Coupe du monde samedi soir, avant d’accrocher le cinquième rang le lendemain dans le Grand Prix secondaire.
À bientôt vingt-cinq ans, Irma Karlsson a fait partie de la Young Riders Academy en 2015 aux côtés de la Française Margaux Rocuet. Un an plus tôt, elle décrochait l’or aux championnats d’Europe Jeunes Cavaliers à Arezzo. Et c’est avec un cheval bien connu qu’elle s’est adjugée l’or, puisqu’elle a été la meilleure du championnat continental aux rênes de Cornet 39, le pie gris aujourd’hui monté par Daniel Deusser et passé plusieurs mois sous la selle de Lauren Hough. Déjà habituée à monter des chevaux de grande qualité et à la pression des grands rendez-vous, Irma Karlsson devrait donc faire parler d’elle dans les mois qui viennent, d’autant que Chacconu et Ida van de Bisschop ont montré un très beau potentiel à Bordeaux.
 
Emerald de retour au top 
Absent des terrains de compétition depuis le CSI 2* de Lier, qui s’est déroulé en septembre dernier, Emerald a fait son retour en compétition sur de petites épreuves au CSI 5*-W de Leipzig. Pour son premier Grand Prix depuis cette petite pause, le fils de Diamant de Semilly s’est tout simplement imposé dans le Grand Prix secondaire du CSI 5*-W de Bordeaux. Sous la selle du numéro deux mondial Harrie Smolders a démontré qu’il était de retour au sommet de sa forme en délivrant un double sans faute et un barrage remarquable. Aux côtés de Zinius ou encore Don VHP Z, pourra-t-il mener son pilote vers le trône de numéro un mondial… ?

Les Flops

Karim Laghouag manque la passe de quatre 
Vendredi soir au Parc des expositions de Bordeaux, Karim Laghouag et son Punch de l’Esques auraient pu ajouter à leur palmarès une quatrième victoire consécutive (!) dans le cross indoor du concours. Malheureusement, le couple n’a pu réaliser cet exploit puisque l’alezan s’est arrêté sur le huitième saut du parcours. Après un tournant très serré pour aborder cet obstacle frangible, le hongre a semblé voir l’obstacle trop tard, rendant donc impossible son franchissement. Le pilote de Nogent-le-Rotrou s’est par la suite un peu perdu dans son parcours, ce qui a entrainé l’élimination du couple. Une déception donc pour le cavalier et ses nombreux supporters, qui n’enlève toutefois rien aux exploits déjà réalisés lors des éditions précédentes.
 
Les Bleus à la peine dans le Grand Prix de la Coupe du monde
Samedi soir dans le Grand Prix Coupe du monde de Bordeaux, les Bleus n’ont pas vraiment été à la fête. Hormis la septième place de Roger-Yves Bost et la très belle prestation d’Alexis Deroubaix et Timon d’Aure, fautifs à une reprise pour leur deuxième Grand Prix de ce niveau, les prestations des Tricolores n’ont pas vraiment été étincelantes. À domicile, Olivier Robert et Quenelle du Py ont écopé de cinq fautes, explicables en partie par un changement de mors de dernière minute. Aldrick Cheronnet s’est quant à lui fait piéger sur l’oxer numéro huit, une faute qui l’a empêché d’engranger des points pour la finale et qui l’éloigne un peu plus de Paris. Si elle aussi avait besoin de points pour se qualifier pour la finale, Pénélope Leprevost n’est parvenue à se qualifier pour le barrage à cause de deux barres à terre. Huit points, c’est également le score de Cédric Angot sur Saxo de la Cour et Julien Gonin sur Soleil de Cornu CH, pour qui la finale n’était en revanche pas un objectif. Largement qualifié pour Paris, Kevin Staut a écopé d’une faute rageante sur son olympique Rêveur de Hurtebise*HDC.
Sur le fil pour Paris, Simon Delestre a écopé de deux fautes sur Teavanta II C Z, tandis que Julien Epaillard a connu un parcours encore un peu plus difficile. L’alezan a en effet refusé de s’approcher du triple dans un premier temps. Sur leur deuxième essai, le couple a fait chuter le deuxième élément pour finalement terminer avec quinze points. Une soirée difficile d’un point de vue collectif donc, et un constat décevant pour le chef d’équipe tricolore, Philippe Guerdat.
                                                                                                                         
 
Réservez dès à présent vos places pour les finales de la Coupe du monde ici. 

À lire également...

Réagissez