Même en indoor, Michael Jung reste le patron à Bordeaux

Michael Jung et Corazon ont succédé à Karim Laghouag et Punch de l'Esques ce soir à Bordeaux.
Crédit : Scoopdyga

Vendredi 02 février - 23h35 | À Bordeaux, Yeelen Ravier

Même en indoor, Michael Jung reste le patron à Bordeaux

Présent depuis 2014 dans le programme du Jumping International de Bordeaux, le Devoucoux Cross Indoor a enflammé ce soir le Parc des expositions de la ville. Et à la fin, c'est bien le numéro un mondial de concours complet Michael Jung qui s'est imposé, succédant au triple vainqueur de l'épreuve Karim Florent Laghouag. Maxime Livio et Rodolphe Scherer ont complété le trio de tête.

Initié en 2014 par le Jumping International de Bordeaux, le cross indoor du concours s'est disputé ce soir dès 22h15, dans le Parc des expositions. Et pour cette quatrième édition, ce sont dix-sept partants qui se sont élancés sous les encouragements fiévreux et emportés du public !

Premier à s'élancer, le Tricolore Benjamin Massie a réalisé une bonne première prestation, associé à Vig Argent de Boussac, quittant cependant la piste avec huit points. Deux malheureuses fautes pour le Français, qui peut se targuer d'avoir bouclé le plus rapide de tous les chronomètres en 122"21. Seul Espagnol en lice, Albert Hermoso Farras n'a lui concédé aucune pénalité avec son Nereo CP, mais a franchi la ligne d'arrivée en 130"25, prenant ainsi la tête des opérations. Une bonne stratégie pour le complétiste, qui a finalement terminé quatrième. Plus lent de huit secondes et un centième que le leader, Pascal Leroy a dû lui céder le pas avec Minos de Petra pour terminer sixième. 

La température s'est ensuite réchauffée et la tension est montée dans le public avec le passage de Rodolphe Scherer ! Vainqueur du dernier cross indoor de Saumur avec ce même Coeur de Crack, le Français a bouclé une superbe prestation sans pénalité. S'approchant du temps parfait sans l'atteindre parfaitement, il a pris trois points de temps avec son chronomètre de 127"97. Le couple, à succès dans ce genre d'épreuves, s'est offert la troisième marche du podium. Le scénario n'a malheureusement pas été si fructueux pour Astier Nicolas. Le héro national des Jeux olympiques de Rio, où il fut double médaillé, a écopé de deux fautes sur le vertical en bout de ligne, à l'aller puis au retour. Le public, connaisseur, n'a pas manqué de le saluer tout de même. Juste à sa suite, Mathieu Lemoine a relancé les hostilités en déroulant un passage soigné avec Roscanvel Champeix, trop lent pour espérer plus qu'une cinquième place bien méritée.

Maxime Livio passe tout près

Maxime Livio passe tout près - Même en indoor, Michael Jung reste le patron à Bordeaux

Crédit : Scoopdyga

Mais le patron, il fut une fois de plus Allemand ce soir ! Onzième à partir, le numéro un mondial Michael Jung n'a pas franchement voulu laisser de restes à ses adversaires. Aux rênes de la très jeune Corazon, qui avait terminé deuxième de son premier cross indoor à sept ans il y a deux mois à Genève, le Germanique a franchi la ligne d'arrivée en 126"80. Avec seulement deux points de temps dépassé, le couple avait mis la barre très, très haute.
Si haute que les suivants ne sont pas parvenus à rivaliser... Aurélien Leroy a lui fauté en fin de parcours, tout comme Cédric Lyard, et Thomas Carlile a préféré assurer un parcours soigné. Gwendolen Fer a elle essuyé une dérobade de Rubis des Islots sur la combinaison de haies. Malgré ça, les spectateurs n'ont pas oublié d'entonner un touchant et chaleureux "joyeux anniversaire", en l'honneur de la victorieuse du CCI 4* de Pau qui fêtait ses trente-deux ans aujourd'hui ! Petite désillusion également pour Karim Laghouag, en passe de peut-être réaliser le quadruplé de cette même épreuve ! Il n'en fut pas ainsi, le Français a terminé éliminé, après un refus sur le numéro huit et une volte devant la dernière bute.

Le dernier partant, Maxime Livio, est pourtant passé près de détrôner le génie allemand Michael Jung. Très rapide et à l'aise sur Boleybawn Prince, l'avant-dernier vainqueur du CCI 4* de Pau a réalisé une superbe course contre la montre, l'achevant en 127"19. Il a dû se contenter du deuxième laurier. 
 

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #96 GRANDPRIX n°96 MAI

GRANDPRIX #96

(GRANDPRIX n°96 MAI)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Instagram

Twitter