Jeudi 10 mars - 14h42 | AnneClaireL

Jessica Kurten conserve ses cracks… provisoirement !

Coup de théâtre dans l’affaire Forbes-Kurten. Suite à une décision de justice, les chevaux que montait [Jessica Kurten] – Libertina, Myrtille Paulois, etc. – restent chez la cavalière irlandaise.  


 
Il faut rappeler qu’il y a quelques semaines, suite à un différend financier, l’éleveuse et sponsor Lady Georgina Forbes avait interdit à la championne irlandaise de monter ses cinq chevaux en compétition et avait exigé leur retour à ses écuries.

 
« La cour régionale de Duisburg, Allemagne, a rejeté provisoirement la demande de rapatriement des chevaux Castle Forbes chez leur propriétaire et a transmis les raisons de ce jugement, par écrit, aux deux parties le 28 février. La cavalière et la propriétaire en avaient déjà été informées le 19 janvier. La décision de la cour suit en fait l’argumentation de la cavalière. Tant que l’affaire est en cours, et tant que les différentes réclamations n’ont pas été clarifiées, les chevaux restent avec leur cavalière.

 
La cour ne voit pas d’obligation à ce que les chevaux retournent chez Lady Georgina Forbes tant que la décision du tribunal financier n’a pas été rendue. Il n’y a par ailleurs aucune indication qui démontrerait que les chevaux ne sont pas bien gardés et entretenus chez Jessica Kurten. La propriétaire a de plus interdit aux chevaux de participer à des compétitions, et en est ainsi responsable, et non la cavalière. Les questions financières affectent les deux parties, et la cour pense que c’est raisonnable pour Lady Forbes, que les chevaux restent pour l’heure chez Jessica Kürten.

 
 Dans sa décision, la cour a pris en considération le fait que Jessica Kurten était d’accord pour une inspection de ses écuries et un examen médical sur les chevaux, qui se sont déroulés le 2 février. L’examen vétérinaire et les analyses de sang étaient impeccables, et les vétérinaires des deux parties étaient d’accord. »

 
Suite à ces nouveaux développements, Jessica Kürten a déclaré : «J’espère que nous allons être en mesure de trouver un terrain d’entente, et d’arriver bientôt à une solution, afin de minimiser les inconvénients au regard du sport et des déficits financiers engendrés pour les deux parties. Parce que nous avons longtemps collaboré, je souhaite un dialogue ouvert et respectueux ».

 
 
(source communiqué)
 

À lire également...

Réagissez