“L’ambition de faire les choses différemment”, Christophe Ameeuw

À droite, Christophe Ameeuw aux côtés de Juan-Carlos Capelli, Vice-Président et Directeur Marketing International de Longines.
Crédit : Longines

Jeudi 04 janvier - 12h27 | Propos recueillis par Lucas Tracol

“L’ambition de faire les choses différemment”, Christophe Ameeuw

Président d’EEM World, Christophe Ameeuw est le fondateur de la série indoor des Longines Masters. Au début du mois passé, c’est Paris qui a accueilli une étape du circuit avant de prendre la route de Hong-Kong en février et de New York en avril. Pour GRANDPRIX-REPLAY.com, Christophe Ameeuw est revenu sur le concours parisien, mais a également évoqué ses futurs défis et l’indéfectible soutien de la maison horlogère Longines. Entretien.

GRANDPRIX-REPLAY.com : Quel est le bilan de cette neuvième édition du Longines Masters de Paris ?
Christophe Ameeuw : Le bilan global est très positif ! Je crois que nous avons eu une très belle édition avec du très beau sport et le public a répondu présent. Nous avons conclu avec un Grand Prix Longines en apothéose et la Riders Masters Cup a été exceptionnelle. C’est formidable que l’Europe ait remporté ce premier duel à domicile !
 
GPR. : Justement au sujet de la Riders Masters Cup qui a été inaugurée à Paris, quelles conclusions tirez-vous de cette première ? Avez-vous prévu des ajustements ? 
C.A. : Je crois que cette première édition de la Riders Masters Cup a été une belle réussite. Nous avons eu le meilleur du sport, que ce soit dans l’émotion et dans les drames qu’il peut engendrer. Ça a notamment été le cas pour le cheval qui a cassé son embouchure. Le spectacle a été beau jusqu’au bout, devant un public investi et tenu en haleine, et c’est tout ce que l’on recherche en créant un nouveau concept. À la dernière minute, l’Europe a pris le dessus ce qui a conclu un scénario vraiment spectaculaire. Tous les ingrédients ont été réunis ! Et les Américains ont hâte de prendre leur revanche à New York, en avril.
En termes d’ajustements, nous allons réfléchir à la pause entre les deux manches et à la façon dont le concept pourrait être mieux expliqué, même s’il a rapidement été compris. L’idée est de créer un sport compréhensible et lisible pour fédérer un public plus large.
 
GPR. : Le Longines Masters de Paris a également été le théâtre d’une épreuve de puissance, la Masters Power Lido de Paris, est-ce une épreuve qui se déclinera également à New York et Hong-Kong ? 
C.A. : Absolument, mon objectif est de créer du spectacle dans tous les évènements que nous organisons. Lorsque j’étais enfant et que je me rendais au concours de Bruxelles, j’étais vraiment impressionné par les couples qui franchissaient des murs de deux mètres. À Paris, nous avons eu un beau barrage entre la Belgique et la France qui s’est conclu à l’avantage de la France sur une barre à deux mètres. Pour cette épreuve, le Lido est un partenaire idéal puisqu’on est tout à fait dans le sensationnel, et elle convient parfaitement au samedi après-midi. Au final, nous n’avons rien inventé, mais nous sommes en train de tout réinventer.
Par ailleurs, nous avons eu un beau démarrage avec la démonstration de Salim Ejnaïni, qui a relevé un magnifique challenge avec son handicap, et qui a fait une démonstration de courage extraordinaire.

“Une excellente chose que Longines s’implique également dans d’autres sports”

GPR. : Épreuve incontournable de la série des Longines Masters, le Longines Speed Challenge a une fois de plus été l’occasion d’observer une bataille acharnée. Une victoire française à Paris représente-t-elle tout ce dont rêve un organisateur de concours ? 
C.A. : Oui complètement, nous avons eu droit à un scénario idéal et les cavaliers ont réussi à donner le meilleur au public parisien qui est très connaisseur. Les gens dans les tribunes n’hésitent pas à donner de la voix pour pousser cavalier et chevaux à relever des défis. Merci à Julien Epaillard et Kevin Staut qui ont fait deux belles démonstrations. Alors que nous pensions que Kevin était certain de l’emporter, Julien a fait encore plus fort ! Le secret de cette épreuve, c’est véritablement le public à qui on laisse le loisir de s’exprimer.
 
GPR. : Le Longines Masters de New York sera inauguré du 26 au 29 avril 2018, comment les locaux accueillent-ils cette perspective ? 
C.A. : Tout nouvel événement est un gros challenge. La Riders Masters Cup joue beaucoup dans l’engouement que ce nouveau concours suscite chez les New-Yorkais. Pour la côte Est des Etats-Unis, la date du concours est véritablement idéale puisque la compétition sera organisée après la tournée de Wellington. Ce concours sera le dernier indoor après la finale Coupe du monde Longines de l’AccorHotels Arena de Paris. Los Angeles était déjà une destination extraordinaire, mais New York est une véritable capitale mondiale !
 
GPR. : Que représente le soutien de Longines dans l’organisation de compétitions de très haut niveau en saut d’obstacles et dans le sport en général ? 
C.A. : Je suis très fier d’avoir un partenaire titre comme Longines ! La meilleure reconnaissance que l’on peut offrir à cette grande maison, c’est d’avoir une qualité d’organisation optimale. Leur indéfectible soutien est la reconnaissance d’une confiance qui s’est bâtie entre EEM et Longines. Je crois que nous vivons une très belle aventure avec les Longines Masters, qui se déclinent à Paris, Hong-Kong et New York. Avec cette série, nous avons l’ambition de faire les choses différemment, et Longines nous soutient complètement dans cette démarche, ce qui est une chance unique et extraordinaire. À nous de tenir nos promesses et d’être à la hauteur !
Par ailleurs, je pense que c’est une excellente chose que Longines s’implique également dans d’autres sports. Plus on parle de l’équitation en l’associant à d’autres sports, plus la filière sera reconnue. 

À lire également...

Réagissez