L’Autorité belge de la Concurrence donne raison à l’IJRC

Crédit : Scoopdyga

Jeudi 21 décembre - 16h05 | Lucas Tracol

L’Autorité belge de la Concurrence donne raison à l’IJRC

Depuis plusieurs semaines, les membres du Club international des cavaliers (IJRC) - dont Kevin Staut vient de prendre la tête – se battent pour que la règle d’invitation 60-20-20 soit appliquée dans toutes les compétitions de haut niveau, y compris sur les évènements du Longines Global Champions Tour et de la Global Champions League. Comme elle le communique aujourd’hui, l’Autorité belge de la Concurrence a donné raison à cette revendication, obligeant ainsi le LGCT et la GCL à se soumettre à ce système d’invitations.

Le sujet divise dans les paddocks des grands concours, et, saisie par quelques cavaliers, l’Autorité belge de la Concurrence vient de trancher. La Global Champions League et le Longines Global Champions Tour vont en effet devoir se plier à la règle du 60-20-20 qui impose aux organisateurs de compétitions d’accueillir 60% des engagés selon le classement mondial, 20% en fonction de sélections de la Fédération hôte et 20% par le biais d’invitations distribuées par les organisateurs. Défendu par le Club international des cavaliers, ce système est déjà celui appliqué dans les CSIO et sur la Coupe du monde.
 
Henk Nooren l’avait expliqué en novembre, les règles du LGCT et de la GCL n’étaient pas les mêmes que sur les autres circuits et empêchaient le bon fonctionnement de la méritocratie. Pour preuve, les circuits de Jan Tops ne permettaient jusqu’alors qu’à 30% de participants d’être invités en fonction de leur classement mondial. 10% étaient alors sélectionnés par la fédération nationale du pays hôte et 60% invités par les organisateurs, la plupart du temps en échange de gros chèques. Un système d’invitation validé par la FEI dans le cadre d’un protocole d’accord confidentiel signé en février 2017 qui permettait à des cavaliers d’un niveau plus modestes mais très fortunés de s’offrir des pay-cards et de concourir ainsi sur des évènements de niveau CSI 5* richement dotés. Un privilège qui leur permettait de faire un véritable coup double puisqu’ils pouvaient ainsi empocher très rapidement des points pour le classement mondial (les points étant calculés sur la base des dotations) et faire une ascension fulgurante dans l’élite du saut d’obstacles.

“Infraction aux règles de concurrence”

Dans un communiqué de presse, l’Autorité belge de la Concurrence a donc expliqué qu’elle imposait des mesures provisoires au Longines Global Champions Tour, à la Global Champions League et à la Fédération équestre internationale. Lesdites mesures visent à assurer qu’au moins 60% des invitations pour la participation à des concours du LGCT soient envoyées à des cavaliers sur la base de leur classement mondial, sans passer par une équipe payante de la GCL. Il a été considéré dans la discussion qu'“il n’est pas déraisonnable de penser que cette diminution (de 60% à 30% du nombre d'engagés invités selon leur classement mondial) puisse constituer une infraction aux règles de concurrence.”
Comme précisé dans le communiqué, cette décision concerne uniquement la prise de mesures provisoires et ne préjuge pas la décision qui peut être prise après la clôture de l'instruction au sujet d'une éventuelle infraction. 
 
La réaction de Jan Tops ne devrait pas se faire attendre… À l’origine du LGCT et de la GCL, le Néerlandais ne se laissera certainement pas faire et tentera de trouver une solution avant le lancement de la onzième édition de son circuit. 
 

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #100 GRANDPRIX n°100 OCTOBRE

GRANDPRIX #100

(GRANDPRIX n°100 OCTOBRE)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Instagram

Twitter