Comment bien monter dans le van ?

Crédit : collection privée

Mardi 14 novembre - 10h00 | Haras de la Cense

Comment bien monter dans le van ?

En octobre et novembre, en partenariat avec le Haras de la Cense, GRANDPRIX vous propose de découvrir en exclusivité à travers des vidéos la méthode d'approche et de rencontre avec le cheval, extraite du livre "Le Jeune cheval : le comprendre pour mieux l'éduquer" de la Cense. Partagé dans ce troisième volet, la méthode d'approche des transports.

Une éducation réussie permet aux chevaux d'exprimer 100% de leur potentiel

Les moyens de transport, van ou camion, réunissent de nombreuses difficultés pour un cheval. C’est un espace confiné, bruyant et sombre dont le sol est différent de celui de l’extérieur. Intuitivement, le cheval n’a aucune raison d’avoir envie d’aller dans cet endroit, c’est pourquoi il est important de le travailler afin qu’il soit plus confiant. Pour le jeune cheval, cet exercice peut s’avérer complexe. Nous verrons toutefois qu’en procédant pas à pas, chacune des étapes sera simple et claire pour le cheval. La première chose que vous devez obtenir de votre cheval est la cession au licol. Vous devez obtenir du cheval qu’il cède au licol dès qu’il sent la longe se tendre. Cette réponse doit devenir un réflexe mais aussi un repère pour lui.
Lorsque votre cheval est léger au licol, vous pouvez travailler le passage étroit. Exercez votre cheval à passer entre vous et la barrière, en commençant et en finissant calme face à vous. Répétez l’exercice jusqu’à ce que vous puissiez diminuer l’espace et que le cheval passe sereinement. À vous de créer des situations qui reproduisent la sensation de confinement du van en veillant à être progressif dans l’espace que vous laissez au cheval.
 

Le dernier point à travailler avant de monter dans le van est le reculer. En effet, beaucoup de chevaux, une fois montés dans le van, ne savent pas comment en descendre. Lorsque le cheval monte dans le van, il ne doit surtout pas s’y sentir coincé et doit savoir qu’il peut en sortir à tout moment. Vérifiez que votre cheval recule facilement, de façon fluide, sans pousser contre vous, lorsque vous lui demandez de reculer. Vous pouvez ensuite lui demander de reculer sur quelque chose, une barre au début, puis une bâche et pourquoi pas en montée et en descente. Veillez à être très progressif et à demander un reculer pas à pas.
Si vous avez mis en place tous ces éléments, le van ne devrait plus poser de problème à votre cheval. Vous avez tous les deux en main les outils techniques pour ce faire. Le plus important maintenant est de l’aborder avec confiance. N’ayez pas pour objectif de monter votre cheval dans le van, mais de chercher à ce qu’il réponde à vos demandes. Un poulain peut être effrayé par le van et refuser de l’approcher. Acceptez au début que la zone de confort soit simplement le pont ou à quelques mètres du pont et récompensez votre cheval pour cet effort. Partez de ce que l’animal accepte pour progresser. Permettez toujours au cheval de reculer s’il le veut et demandez-lui de remonter après. Soyez sûr que votre cheval monte, descende et accepte de rester dans le van avec confiance avant de le faire voyager. Faites un petit trajet pour l’habituer avant de partir pour un plus long voyage.. Lorsque vous manipulez votre poulain dans le van, que ce soit pour monter, descendre ou à l’intérieur, anticipez toujours ses réactions pour qu’il ne s’inquiète pas. Un animal qui panique dans le van peut être très dangereux et cela lui laisse souvent un souvenir indélébile. Gardez en tête qu’il vaut mieux prévenir que guérir.
 

  • Pour en apprendre davantage sur les premiers pas du jeune cheval,  découvrez « Le jeune cheval : le comprendre pour mieux l’éduquer »,  un ouvrage de référence dédié à la relation entre l’homme et le cheval et aux méthodes d’apprentissage du Haras de la Cense. Bénéficiez également des conseils et des secrets de professionnels du débourrage grâce à un support vidéo unique : « Le Jeune Cheval, le film », disponible sur le site internet du Haras de la Cense, rubrique E-Campus.

À lire également...

Réagissez